octobre 29, 2020

Epouses et Concubines

Titre Original : Da Hong Deng Long Gao Gao Gua

De : Zhang Yimou

Avec Gong Li, Caifei He, Cao Cuifen, Jin Shuyuan

Année: 1991

Pays: Chine, Hong-Kong, Taïwan

Genre : Drame

Résumé :

En Chine, dans les années 1920, Songlian, 19 ans, devient la quatrième épouse d’un riche quinquagénaire, maître Chen. Elle s’initie rapidement aux règles domestiques : Chen fait allumer chaque soir une lanterne rouge devant et à l’intérieur des appartements de l’épouse qu’il a choisie d’honorer. Entre les quatre femmes s’engage alors une lutte de pouvoir pour obtenir les faveurs du maître…

Avis :

Dans le paysage du cinéma chinois, s’il y a bien un réalisateur dont l’œuvre me marque à chaque fois, c’est bien Zhang Yimou. Cinéaste à l’imagerie forte et superbe, réalisateur romanesque et poétique à la fois, cela fait plus de trente ans maintenant que Zhang Yimou nous fait voyager et nous touche au travers de ses films. Et si j’en connais bien l’œuvre à partir des années 2000, je dois bien avouer que je n’ai pas encore posé les yeux sur ses premiers films.

« Épouses & concubines » est son quatrième film et c’est sûrement celui avec lequel le cinéaste s’est fait connaître auprès du grand public. Lion d’Argent à la Mostra de Venise en 1991, nomination aux Oscars en 1992 dans la catégorie meilleure film étranger, « Épouses & concubines » est de ces œuvres de cinéma qui ne vieillissent pas. Alors que le film convole tranquillement vers ses trente ans, il reste intact. Magnifique, puissant et élégant, avec cette grande tragédie, Zhang Yimou nous entraîne dans un huis clos féminin où se succèdent les découvertes, les amitiés, les rivalités, les révélations et les trahisons. On en ressort forcément bouleversé par le destin de cette femme qui, piégée dans des traditions moyenâgeuses, en viendra à se perdre.

Chine, les années 20, Songlian, dix-neuf ans, entre dans le palais d’un homme riche. Elle y sera sa quatrième épouse. Très vite, la jeune femme découvre les règles de la maison, le ballet incessant des lanternes du maître, qui affiche tous les soirs sa préférence amoureuse. La jeune femme fait la connaissance des trois autres épouses de cet homme. Trois femmes, toutes plus belles les unes que les autres. Trois possibles amies, mais aussi trois possibles rivales. Entre les murs, dans les couloirs de ce petit palais, va alors se jouer une lutte de pouvoir pour obtenir les faveurs du maître de maison.

Il est arrivé comme dans toute carrière que Zhang Yimou me déçoive, le dernier que j’ai vu de lui étant « La Grande muraille« … Alors pour palier à cette déception, il fallait bien que je choisisse un bon métrage, je suis donc parti dans la partie de la carrière que je ne connaissais pas du réalisateur et je dois dire que le choix s’est avéré plus que payant, car « Épouses & concubines » est l’une des plus belles œuvres qui m’ait été donné de voir de la part du réalisateur chinois. Une œuvre qui se range d’emblée aux côtés du « … secret des poignards volants » ou « Coming Home« .

Pour ce film, Zhang Yimou a décidé de filmer une tragédie presque Shakespearienne dans les couloirs et les cours d’un petit palais. Porté par un superbe scénario plus profond qu’il n’en a l’air, parlant d’une Chine piégée dans ses traditions et en même temps avide de modernité, « Épouses & concubines » est de ces films qui fascinent et passionnent du début jusqu’à leur fin. On se plaît à suivre les relations qu’entretiennent ces épouses au sein de cette maison. On se plaît à découvrir leur sournoise rivalité, il y a quelque chose de très respectueux et en même temps de très brutal qui s’échappe de ces relations. Jalousie, confrontations, coups bas, traîtrise et folie vont être au cœur de cette histoire où finalement tous les coups vont être permis. Zhang Yimou nous fait découvrir cette tragédie à travers les yeux d’une jeune femme de dix-neuf ans, qui va devoir s’endurcir si elle veut survivre au sein de cette maison. En plus d’offrir un film qui parlera finalement de la Chine des années 20 à travers les batailles de ces femmes, « Épouses & concubines » nous offre aussi des personnages et des évolutions qui sont tout aussi intéressants.

Du côté de la mise en scène, on est loin des folles fresques que Zhang Yimou nous offrira dans l’avenir. Non, ici, c’est un film plus intime, mais qui reste tout aussi passionnant de ce côté-là. Huis clos, Zhang Yimou nous immerge totalement au sein de cette demeure, on peut même dire que comme ces femmes, il nous enferme au plus près d’elles. Ainsi, avec ce procédé, les cours, les pièces, les couloirs, le ballet des lanternes, deviennent comme un labyrinthe duquel il faut s’échapper ou s’y imposer. Zhang Yimou fait bien souvent le choix du plan fixe pour regarder le drame qui va se jouer dans celui-ci, et si parfois chez d’autres le choix est ennuyant, ici l’esthétisme et le sens fou du cadre de Yimou, qui sait exactement ce qui doit se passer dans celui-ci, rend l’ensemble fort, captivant et plus l’intrigue avance, plus elle se fait intense et bouleversante. Bref, c’est du grand art !

Comme toujours au début chez Zhang Yimou, le film est avant tout porté par sa muse, Gong Li et autant dire que l’actrice est encore une fois merveilleuse, trouvant un rôle à sa mesure. Un rôle fort et complexe à la fois, un rôle où éclate toute sa fragilité et en même temps toute son envie de s’imposer au sein de cette maison. On suit ce personnage avec autant d’amour que de crainte, et comme je le disais, c’est bouleversé qu’on la quitte.

Zhang Yimou est un immense réalisateur, et ces « Épouses & concubines » me le prouvent encore une fois. Drame intense, huis clos passionnant, analyse intéressante de la Chine à travers les murs d’une grande maison, après la découverte, il est tout à fait compréhensible que ce soit ce film qui ait éclairé Zhang Yimou à un plus large public. Assurément un incontournable de la filmographie de Zhang Yimou.

Note : 18/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.