L’Adversaire

De : Nicole Garcia

Avec Daniel Auteuil, François Berléand, François Cluzet, Emmanuelle Devos

Année : 2002

Pays : France, Suisse, Espagne

Genre : Drame

Résumé :

Ce film s’inspire du tragique destin de Jean-Claude Romand, un homme qui, un matin de janvier 1993, assassina sa femme, ses enfants et ses parents, et tenta en vain de se suicider. Responsable de ce quintuple meurtre, ce « médecin » criminel s’était inventé une vie de mensonges pendant près de vingt ans.

Avis :

Nicole Garcia, c’est tout d’abord une comédienne qui petit à petit s’est faite remarquer et elle a remporté un fort succès auprès du public. Sa carrière de comédienne débute en 1967, et après bien des succès et après avoir tournée pour les plus grands, Bertrand Tavernier, Claude Sautet, Henri Verneuil, Claude Lelouch, Pierre Schoendoerffer, Alain Resnais, Claude Miller, dans les années 90, Nicole Garcia décide de se mettre à la réalisation. Là encore, c’est un choix payant et beaucoup de ses films trouveront le succès.

Après avoir laissé les années 90 avec « Place Vendôme« , qui demeure encore l’un de ses plus forts succès auprès du public, Nicole Garcia commence les années 2000 avec un film noir et difficile. « L’adversaire » est un film qui va relater l’une des affaires criminelles les plus troublantes des années 90. Retrouvant Daniel Auteuil pour l’occasion, « L’adversaire » est un bon film, même si on lui reprochera des problèmes de rythme. « L’adversaire » a tendance à tirer sur la longueur, et c’est dommage, car même si le sujet est incroyable, voire passionnant, ces longueurs se font sentir et « gâche un peu le plaisir ».

Jean-Marc Faure est un homme qui a tout, absolument tout, réussi dans sa vie. Médecin, il est marié à une femme sublime qu’il aime, et avec laquelle ils ont eu de magnifiques enfants. Mais au matin du 09 Janvier 1993, Jean-Marc va assassiner froidement sa femme, ses enfants, puis il ira dîner chez ses parents, avant de les tuer. Jean-Marc essaiera ensuite de se suicider, en vain. Ce magnifique portrait, cet homme parfait, n’était que mensonge, et la réalité va être tout autre. En vérité, Jean-Marc Faure a menti à tout le monde pendant dix-huit ans. Pendant dix-huit ans, il a vécu une vie qui n’existait pas…

« L’adversaire » est donc un film qui raconte les derniers mois de vie avant les assassinats que va commettre Jean-Claude Romand, que Nicole Garcia aura à peine masqué derrière le nom de Jean-Marc Faure. Oui, je dis à peine dissimulé, car mis à part les noms changés, absolument tout est « suivi » à la lettre par rapport aux faits qui se sont déroulés.

« L’adversaire » est donc un film sur l’enfermement, d’ailleurs, le titre du film est parfaitement trouvé, car ici, dans les silences et les non-dits, l’adversaire du film, c’est le mensonge du personnage principal et par conséquent, son adversaire n’est que lui-même. Tenu par un scénario incroyable, Nicole Garcia nous entraîne dans le final d’une descente en enfer, dans sa conclusion dans ce qu’elle peut avoir de pire, de plus brutale, de glaçant et dans un sens aussi dans ce qu’elle a de plus triste. L’analyse ici est parfaite, la réalisatrice nous prend à la gorge, elle nous terrifie, car on connaît cette histoire, on connaît les faits, et elle nous place en témoin impuissant de ce qui va arriver. Mensonges, silences, non-dits, regrets, remords, tristesse, énormément de tristesse, sentiments d’être piégé, de n’avoir aucune autre issue, « L’adversaire » est passionnant dans ce qu’il raconte. Nicole Garcia évite le pathos, ou les bons sentiments, sans juger non plus son personnage, elle livre cette histoire avec, dans l’écriture, une maîtrise assez folle.

« L’adversaire » est un film qui est tenu par Daniel Auteuil et l’acteur y est immense ici. Dérangeant parce que touchant, Auteuil sait parfaitement nous faire ressentir le piège dans lequel se trouve son personnage, il nous fait ressentir son mal-être, ses faiblesses et ses peurs. Pour un personnage aussi complexe que celui-là, il fallait bien un acteur de cette trempe. Le reste du casting est tout aussi grand, et il est là encore tenu par des acteurs géniaux, Géraldine Pailhas, François Cluzet, Emmanuelle Devos, Michel Cassagne, Joséphine Derrenne.

Dans ce magnifique et noir tableau, un petit hic vient « gâcher quelque peu la fête ». Si ce que nous raconte Nicole Garcia est aussi passionnant que terrifiant, « L’adversaire » et ses deux heures dix ont tendance à faire long. Certes, c’est très bien filmé, l’ambiance est impeccable et elle nous prend pour ne jamais nous lâcher. Certes, il y a de bonnes idées, mais pour beaucoup de scènes, il y a ce sentiment que tout est étiré, sans vraiment qu’on comprenne pourquoi. Bien sûr, Nicole Garcia joue avec le fait que la journée de son personnage est interminable, car ce dernier ne fait absolument rien, attendant patiemment, très patiemment, le soir pour rentrer chez lui. Ce côté de l’histoire est nécessaire, mais aussi nécessaire soit-il, il est aussi la faiblesse de ce métrage. Si le propos est terrible, si tout est logique et cohérent, ces errances sans but précis auraenit mérité un autre traitement.

Si la forme est un peu longue donc, le fond, lui, reste passionnant et l’analyse de Nicole Garcia de cette terrible histoire y est presque parfaite. « L’adversaire » est un film très noir, peut-être le plus sombre de la carrière de Nicole Garcia. C’est un film implacable, duquel on ressort secoué, alors même qu’on connaît déjà une grande partie, voire toute, l’histoire. À voir !

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net