Res Arcana

Fiche Technique :

Auteur : Thomas Lehmann

Joueurs : 2 à 4

Durée : 1h

Type/Public : Deckbuilding/Adulte

Age: 16 ans

Mécaniques: Construction de deck, combo, achat de cartes

Première Parution : 2019

But du Jeu :

Incarnez un personnage avec une capacité unique, construisez un deck unique de huit cartes, récoltez des ressources pour acheter des cartes supplémentaires et des lieux afin d’engranger des points de victoire. Le premier à 10 points arrête la partie et celui qui en a le plus gagne la partie.

Règles :

Pour bien commencer Res Arcana, il existe une première version avec un héros prédéfini, quatre cartes obligatoires dans le deck qui, en général, fonctionnent bien entre elles, et quatre cartes au hasard. Il est conseillé de faire la première partie, dite d’initiation, avec cette mise en place, qui permet de bien appréhender les mécaniques du jeu pour d’autres parties. A partir de la seconde, il est possible de faire autrement, à savoir, choisir entre deux héros piochés aléatoirement, faire un draft de quatre cartes, puis un autre draft de quatre cartes pour consister son deck de huit cartes. Une fois son deck constitué et son héros choisi, la partie peut commencer.

Le jeu se découpe en plusieurs phases distinctes, dont la plus importante est celle où l’on va poser ses cartes. Sur le milieu de la table, il y a ce que l’on peut acquérir avec de l’or ou des ressources. Le premier joueur commence tout d’abord par prendre gratuitement une petite carte qui fait un effet particulier, comme prendre une ressource supplémentaire lors de la phase de récolte, désengager une carte, transformer de la ressource en une autre, ou encore en or, etc… Une fois cette carte prise, l’effet ne fonctionne qu’une seul fois. Arrive ensuite la phase de désengagement des cartes que l’on a utilisé le tour précédent, puis la phase de récolte où l’on prend les ressources offertes par nos cartes.

Une fois cette première phase faite, on passe au jeu à proprement parlé. A tour de rôle, en commençant par le premier joueur, les joueurs vont pouvoir poser des cartes devant eux en payant leur coût (comme le mana dans Magic) avec les ressources demandées. Mais attention, Res Arcana ne permet pas de poser toutes ses cartes d’un coût. Ici, on joue au tour par tour, à savoir, lorsque le premier joueur pose une carte, ou fait une action, c’est au tour du joueur suivant de faire une action, et ainsi de suite. Une action peut être de poser une carte, ou de faire l’effet d’une de ses cartes, ou encore d’acheter un lieu ou une carte sur le plateau central. Une fois qu’un joueur ne peut plus rien faire, il décide de passer son tour, pioche une carte, repose la petit carte gratuite du début dans la pile et en choisit une autre, différente. Quand tous les joueurs ont passé, un nouveau tour démarre, les ressources sont récoltées, les cartes désengagées, etc… A noter qu’il est aussi possible de se défausser d’une carte pour gagner deux ressources au choix ou une pépite d’or.

Pour marquer des points, c’est assez simple. Sur certaines cartes, il y a un chiffre marqué en rouge en bas, c’est un point de victoire. Sur certains lieux, il y a aussi des points de marqué, puis certains lieux demandent à poser des ressources sur eux et chaque ressource ainsi dépensée correspond à un point de victoire. Dès qu’un joueur arrive à 10 points, on termine le tour de tous les joueurs et on fait les comptes. Le joueur ayant le plus de points de victoire remporte la partie.

Avis :

Vous l’aurez sans doute compris si vous avez lu les règles de ce jeu, il s’agit d’un deckbuilding assez particulier, qui permet non pas d’acheter des cartes pour son deck, mais pour son board et ainsi essayer de gagner un maximum de points de victoire. C’est la principale caractéristique de Res Arcana qui demande aux joueurs une exigence dans le choix des cartes pour trouver un axe de jeu et des mécaniques qui combinent bien entre elles. C’est en ce sens essentiel de faire la partie d’initiation avant de commencer avec les drafts, histoire de bien s’accommoder avec les cartes, les effets possibles et les différents styles de jeu.

Avec le draft, on peut plus facilement axer son jeu vers un lieu disponible au milieu de la table. Allons-nous jouer noir car on a plusieurs cartes qui permettent d’engendrer des ressources noires ? Allons-nous jouer dragon car on en a deux dans notre main ? Ou bête qui utilise les mêmes mécaniques ? Bref, les choix sont multiples et à deux joueurs, on peut facilement trouver un juste équilibre pour faire facilement des points de victoire. Des points de victoire qui ne sont pas faciles à dégoter, puisqu’il faut jouer des cartes qui marquent des points, mais aussi des lieux qui permettent d’en générer et ce n’est pas facile à acheter. Les coûts sont élevés et il ne faut pas oublier que parfois, on peut se défausser d’une carte pour prendre des ressources manquantes. Il ne faut pas oublier non plus que les lieux s’achètent pour quatre ors et qu’ils permettent de marquer des points de victoire assez facilement.

A deux joueurs, Res Arcana est suffisamment plaisant car il limite grandement les interactions néfastes entre joueur. Sauf si, bien évidemment, les deux joueurs axent leur mécanique sur la même chose, mais c’est peu possible avec le draft qui permet une bonne alternative à chaque fois. Par exemple, si je prends un dragon en première carte, il est peu probable que mon adversaire aille lui aussi vers le dragon. Le jeu perd cependant en intensité à quatre joueurs et sans draft. En effet, en jouant comme cela, les mécaniques peuvent se ressembler et le jeu devient une course à celui qui ira chercher le plus rapidement possible son lieu pour marquer plus vite les points de victoire salvateurs. La frustration sera alors de mise si on prend du retard. Mais cela n’entache en rien la qualité des mécaniques de jeu qui sont à la fois classiques (poser des cartes pour faire des effets et gagner des points) et novatrices, nous limitant à seulement huit cartes avec la possibilité de ne pas les poser.

Au final, Res Arcana est un deckbuilding très intéressant dans sa façon d’appréhender le genre et relativement addictif, surtout à deux joueurs. A quatre, les choses se compliquent un peu et les temps d’attente seront plus longs, mais il n’en demeure pas moins un jeu très prenant. Avec des règles assez simples et des mécaniques fluides où les cryptogrammes pour résumer les effets sont très compréhensibles, Res Arcana possède une vraie rejouabilité et des axes de jeu très différent. S’il peut souffrir d’un manque d’originalité pour les rompus aux genres et les amateurs de Race for the Galaxy par exemple, nous sommes tout de même face à un jeu efficace et plus intelligent qu’il n’y parait.

Note : 16/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net