octobre 29, 2020

The 100 Saison 2

D’Après une Idée de : Jason Rothenberg

Avec Eliza Taylor, Paige Turco, Bob Morley, Thomas McDonell

Pays : Etats-Unis

Nombres d’Episodes : 16

Genre : Science-Fiction, Aventure, Drame

Résumé :

Alors que les derniers habitants de l’Arche descendent sur Terre, une partie des 48 est emmenée au Mont Weather, qui était leur objectif lors de leur arrivée, séparant Clarke du reste du groupe. Pendant ce temps, les adultes entrent en action pour récupérer ceux qui ont été éjectés, alors même que Jaha est toujours bloqué sur la station spatiale.

Avis :

La saison 1 de The 100 s’était terminée sur un mystère plutôt alléchant. La Terre, que l’on croyait inhabitée, ne l’est décidemment pas. En plus des Natifs, que les jeunes adolescents ont découvert par hasard au compte-goutte, et de manières peu agréables, la planète ne finit pas de les étonner. En effet, d’autres peuples y ont élu domicile. On les appelle « les Montagnards ». Les Natifs les craignent et ne s’en approchent pas. Ils les fuient même comme la peste. Qui sont-ils vraiment et d’où viennent-ils ?

Le Mont Weather est un bastion imprenable, dans lequel Clarke, et quelques-uns de ses amis, ont élu domicile, un peu contre leur gré. Les Montagnards y vivent en paix, loin du chaos ambiant et, surtout, à l’abri des radiations qui pourraient les tuer en quelques secondes. Les habitants de l’Arche, soumis aux rayons du Soleil et à ceux de l’espace pendant des années, sont devenus des humains améliorés, capables de supporter l’air terrestre radioactif, ce qui n’est pas le cas des terriens du Mont Weather. Vivre parmi les Montagnards apparaît comme une solution envisageable et confortable. La nourriture y est de bonne qualité, les activités sont variées (peinture, lecture, jeux, etc.) et la vie y est calme. De plus, les Montagnards ne sont pas si ignobles, et sont même cultivés et empathiques. Ils ont sauvé de multiples tableaux et sculptures de l’ancienne Terre, par exemple, et veulent améliorer la vie de leurs nouveaux protégés.

Jasper et Monty, les deux acolytes au cœur tendre, se font vite à ce nouvel environnement, et apprécient ce climat sans conflit dans lequel ils s’épanouissent, contrairement à Clarke. Cette dernière, dont les pensées sont tournées vers ses autres amis restés au camp, après l’attaque des Natifs survenue à la fin de la saison un, a du mal à cueillir le moment. Bien que dessiner à nouveau lui fasse du bien, la jeune leader ne supporte pas de ne pas être utile, et certains évènements étranges la font douter de l’apparente bienveillance des Montagnards. Est-elle paranoïaque, comme le croient Jasper et Monty, qui ne souhaitent pas quitter ce lieu magique ? Ou doit-elle croire en son instinct, qui lui commande de ne pas croire ce qu’elle voit ?

L’intrigue autour du Mont Weather est fascinante et prenante, d’autant plus que les acteurs incarnant les Montagnards sont joués de mains de maîtres. Charismatiques à souhait, leurs leaders sont intelligents, et tous leurs objectifs et principes sont fondés. Cette saison deux est d’autant plus perturbante que l’on comprend aussi bien les intérêts des Montagnards que ceux des amis de Clarke. Bien qu’ils divergent, ils n’offrent pas de choix meilleurs que les autres. Ils sont tous crédibles et cohérents, la survie de son peuple restant le point central de toutes les réflexions. Par ailleurs, le Mont Weather amène quelques pistes intéressantes concernant la création du nuage toxique, ou celle des démons, deux grandes menaces exposées dans la saison un et dont on ne savait rien jusqu’alors.

En plus de l’histoire avec les Montagnards, cette saison enchaîne sur d’autres sous-intrigues toutes aussi géniales. Les habitants de l’Arche sont à présent sur Terre, et leur colonie se prépare à affronter les Natifs, dont les attaques ne désemplissent pas, malgré leur dernière défaite cuisante. Les conflits politiques subsistent et perdurent, même après l’atterrissage. Marcus et Aby prennent les choses en main, snobant ainsi les jeunes adolescents qui avaient bien su se débrouiller sans eux. Bellamy se voit floué, et son ego en prend un sacré coup. Malgré cela, il aide les siens à se construire un abri fiable, et fournit toutes les informations possibles qui pourront leur servir contre les Natifs ou les Montagnards.

Sa sœur, Octavia, vit de drôles d’aventures avec Lincoln, le Natif dont elle est tombée amoureuse. De fil en aiguille, elle apprendra à vivre parmi les Natifs, qui deviendront sa seconde famille. La langue des Natifs est magnifique et sonne joliment aux oreilles. Il est appréciable de constater qu’un effort a été fourni sur ce point. Le personnage d’Octavia évolue beaucoup ; de jeune naïve, elle s’endurcit et n’hésite pas à prendre en otage celui qui l’a guérie, pour sauver son bien-aimé. Les Natifs, qui apprécient cet état d’esprit combattif et sans peur, vont lui ouvrir les bras. De petite fille cachée sous le plancher, Octavia se transforme, petit à petit, en une guerrière redoutable, qui ne sera pas inutile à son frère et les siens, après qu’elle les ait retrouvés.

D’un autre côté, Jaha offre des passages à la fois poétiques et complètement inattendus dans une série telle que Les 100. L’épisode deux, « Mal des montagnes » met en scène ses derniers instants dans l’espace, et ceux-ci sont captivants. La solitude le gagne, et toutes ses pensées dérivent. Comment donner un sens à sa vie quand tout semble perdu ? Une fois sur Terre, Jaha décide de partir à la recherche de La Cité des Lumières. Y trouvera-t-il la lueur révélatrice dont il a besoin ? John Murphy, toujours autant malmené par ses camarades, l’accompagne et les scènes entre ces deux hommes abîmés amènent un humour noir bienvenu.

Le cas du personnage de Finn est étrangement traité dans cette saison deux et ne plaira pas à tout le monde. Cohérent pour certains, et mal exploité pour d’autres, le thème de la folie est un sujet qui n’est jamais évident à traiter. En effet, comment peut-on comprendre un tel état si on ne l’a jamais vécu ? La question de la survie, et de ses dérives, est davantage traité dans cette saison et les réponses ne satisferont pas tous les spectateurs. Par exemple, les choix de Clarke, bien que compréhensibles dans un contexte de survie, même si discutables sur la méthode, la montreront davantage comme une personne froide et sans cœur, que comme un leader aguerri et intelligent. Il est difficile de s’attacher à ce personnage dont les actes paraissent trop calculés. Au contraire de Raven, qui est une femme combattive, dont l’usage d’une des jambes a été restreint. L’actrice joue à merveille et on s’attache facilement à cette femme forte, au caractère bien trempé, à l’intelligence hors du commun et à l’attitude digne.

Cette saison deux se termine sur une révélation inattendue qui annonce une saison trois pleine de rebondissements et de nouveautés. Affaire à suivre !

Note : 17/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.