Fringe Saison 5

D’Après une Idée de : J.H. Wyman et Jeff Pinkner

Avec Anna Torv, Joshua Jackson, John Noble, Jasika Nicole

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 13

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Quand un vol international arrive à l’aéroport de Boston et que les passagers et l’équipage sont retrouvés morts, l’agent du FBI Olivia Dunham se voit confier l’enquête. Lorsque son partenaire est grièvement blessé, elle trouve une aide inattendue auprès du Dr Walter Bishop, un scientifique brillant mais fou, et de son fils, Peter. Ils ne tardent pas à découvrir que le drame du vol 627 n’est qu’une infime partie d’une bien plus grande et choquante vérité…

Avis :

La saison cinq de Fringe, et la toute dernière, également la plus courte en termes d’épisodes, offre une fin magnifique, positive, qui clôt cette série avec soin. On y retrouve nos personnages favoris, Olivia, Peter, Walter et Astrid, dans un futur peu ragoûtant, dans lequel les Observateurs ont pris le pouvoir. Souvenez-vous : la saison quatre comportait un épisode qui présentait cette triste destinée, dans l’épisode dix-neuf, intitulé Armée secrète. Le générique de cet épisode, employé maintenant pour la saison cinq, donne le ton à celle-ci. Le monde a bien changé, en à peine vingt ans, et les politiques néfastes des Observateurs perturbent l’humanité, qu’ils traitent comme une vulgaire esclave de leurs moindres désirs.

Nos héros vont s’allier à Henrietta, « Etta », une véritable rebelle dans l’âme, qui ne supporte plus cette vie, et qui fera tout pour mettre fin au règne des Observateurs, bien qu’elle n’ait finalement pas connu d’autre vie que celle-ci. L’actrice est crédible dans son rôle, et on s’attache vite à elle. Son visage fermé, et ses expressions torturées, permettent de mieux s’imprégner de ses douleurs passées, et de son enfance gâchée. On souffre avec elle, et ses convictions, comme ses opinions, trouvent rapidement un chemin vers notre cœur, tant et si bien que l’on souhaite vivement la victoire de la rébellion, dès les premières minutes.

Les panneaux « Resist » (montrés en image dans cette critique), qui s’étalent dans la ville, prennent un tout autre sens, et on se sent investi d’une véritable mission, d’une sincère rage de vaincre. Sans véritable surprise, on découvre rapidement que cette jeune femme est en fait la fille d’Olivia et Peter, enfant qu’ils avaient malheureusement perdue de vue, lors de l’invasion erratique des monstres pâles en costard, finalement aussi inhumains que ceux de Matrix.

La saison se déroule selon plusieurs temporalités. On suit celle d’Etta, parmi son groupe de rebelles, peu regardant au vu des actions sanglantes qu’ils mettent en œuvre pour les exterminer, et celle de ses parents. Ces derniers, récemment sortis de l’ambre, ont de multiples choses à nous raconter. Depuis l’invasion, ils n’ont pas arrêté de lutter, et de chercher leur fille. Henrietta compte sur leurs idées machiavéliques pour l’aider. Elle sait qu’ils avaient commencé à mettre un plan en place, et espère qu’ils se souviendront de tout, et que rien n’est perdu.

Walter, à la mémoire régulièrement défaillante, continue de nous faire sourire, tout en se montrant incroyablement efficace, notamment quand sa mémoire ne le trahit pas. Les interrogatoires des Observateurs, qui savent lire dans les pensées, sont extrêmement douloureux et peuvent briser un esprit, même le plus fort. Ces scènes sont plutôt terribles et représentent des instants de torture bien reconstitués. Le pauvre Walter sera malmené par ces séances dignes de l’Inquisition.

La perte de leur fille les a changés. Olivia et Peter ne sont plus ceux que l’on a connus. Ils s’en sont toujours voulus de ne pas avoir pu sauver leur enfant, et ces souffrances les ont détruits. Les retrouvailles avec leur fille les perturbent, surtout qu’ils se rendent compte que cette dernière a vécu sans famille, et qu’ils ne la connaissent finalement pas. Elle leur échappe. Au fil des épisodes, ils essaient des approches différentes, pour mieux la connaître, et mieux la comprendre. Ses excès de violence les choquent, et leurs tentatives de rapprochement en deviennent plus tortueuses.

Cette saison, davantage portée sur la famille que les autres, n’est heureusement pas mélodramatique pour autant. Le rythme des épisodes est plutôt soutenu, même si certains sont un peu longs. L’intrigue principale est toujours aussi captivante que d’habitude. La recherche du plan pour contrer les Observateurs n’aurait pu tenir sur plus d’une dizaine d’épisodes, sans fatiguer le spectateur ou le faire trop attendre.

L’univers dépeint est intrigant et mystérieux. Les technologies de traçage, et d’espionnage, sont bien trouvées, tout comme les avancées scientifiques de cette année 2036, crédibles et bien imaginées. De plus, de nombreuses énigmes s’accumulent. Pourquoi les Observateurs ont-ils pris en otage la Terre ? Pourquoi existe-t-il autant de Loyalistes, désireux de servir ces êtres, alors qu’ils ont conscience de leurs actes infâmes, dont ils se vantent d’ailleurs en public d’être les instigateurs ?

De nouveaux personnages entrent en scène, et l’on retrouve tous les personnages auxquels on était attachés dans les saisons précédentes. L’autre Olivia du monde parallèle, ainsi que Nina Sharp, Lincoln Lee, ou encore Phillip Broyles, reprennent du service, pour notre plus grand plaisir. Le suspense est toujours aussi palpable, comme les mystères paranormaux, et les scènes inattendues. Le scénario, moins alambiqué que pour les autres saisons, reste agréable à suivre. Les sous-intrigues sont peu nombreuses, ce qui est dommage.

Cette saison cinq est une belle conclusion, peut-être un peu trop facile, mais qui permet à cet univers fascinant de rester vivace dans nos esprits, sans que l’on soit déçus du dénouement, qui reste, tout de même, bien travaillé.

Note : 17,5/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net