septembre 24, 2020

Le Vol du Phénix

Titre Original : The Flight of the Phoenix

De: Robert Aldrich

Avec James Stewart, Richard Attenborough, Peter Finch, Hardy Krüger

Année: 1965

Pays: Etats-Unis

Genre: Aventure

Résumé:

Rescapés du crash d’un avion-cargo en plein désert, des militaires américains entreprennent de construire un avion, le Phénix, avec lequel ils espèrent échapper à la mort.

Avis:

Robert Aldrich est un immense cinéaste dont je connais malheureusement que très peu la carrière. Si on peut dire que sa carrière de réalisateur aura été assez courte comparée à d’autres, son premier long-métrage date de 1953 et le dernier est sorti en 1981, soit deux ans avant son décès. Aldrich nous aura laissé quand même une bonne pelleté de chefs-d’œuvre qu’il me tarde de découvrir. Je dis bien découvrir, car de lui, je ne connais qu’un film, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du génial, « Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?« .

« Le vol du Phénix » est donc ma deuxième incursion dans l’univers du réalisateur. Film datant de 1965, « Le vol du Phénix » a connu un remake par John Moore en 2005, film que j’avais vu à l’époque, et qui fut très oubliable. Bref, du coup, je me suis lancé dans une nouvelle sorte de séance, Original/remake, et je commence avec « Le vol du Phénix« . Très bon film, aussi original qu’il est divertissant, « Le vol du Phénix » est ce que j’ai envie d’appeler la crème du divertissement. Ici, Robert Aldrich nous offre un film à l’intrigue assez simple, mais qui tient le coup et surtout qui tient toutes ses promesses. Rebondissements, drames, courage et espoir vont être au cœur de ce petit bijou, qui est mené en plus par des acteurs impeccables, qu’on ne présente plus.

Au cœur du désert libyen, pris dans une tempête de sable, un avion se crashe, et grâce au talent du pilote, on ne déplorera que deux victimes. Ayant énormément dévié de leur itinéraire, il y a peu de chance qu’il soit retrouvé un jour. C’est donc la mort assurée. Parmi les rescapés, il se trouve un homme du nom de Heinrich Dorfmann, et le métier de cet homme est de construire des avions. Il va donc réussir à convaincre tous les rescapés de construire un nouvel appareil avec les restes de l’ancien. La tâche ne sera pas facile, mais si elle effectuée, alors peut-être que ces hommes pourront quitter le désert et rester en vie.

« Le vol du Phénix » est un film qui fut un vrai bon moment de divertissement. Robert Aldrich tient là un objet qui est rudement bien mené. S’il est clair que certains des personnages sonnent comme des stéréotypes du genre, Aldrich et ses comédiens leurs ont insufflés suffisamment d’intérêt pour qu’ils en deviennent intéressants dans certaines de leurs décisions et certaines de leurs confrontations Sur l’ensemble, ils en deviennent aussi assez complémentaires les uns des autres. Tous ces personnages offrent une sorte de patchwork d’émotions, de contradictions, de peur et de courage et c’est là que le film de Robert Aldrich nous tient le mieux. C’est là qu’il est le plus intriguant. Si l’on devine très vite que cette histoire se finira bien, Aldrich nous tient sur le « Comment vont-ils travailler ensemble ? ». Certains égos s’entrechoquent, les caractères sont diamétralement opposés, certains personnages sont même à la limite d’agacer et pourtant, tous sont finalement intéressants à suivre et Aldrich, même pour les plus agaçants, nous donne l’envie qu’ils s’en sortent.

L’intrigue est aussi suffisamment bien écrite pour offrir de l’aventure et du suspens. Certes, on ne bouge jamais de l’endroit du crash et pourtant, « Le vol du Phénix » est une petite leçon du genre, qui ira même jusqu’à offrir des scènes sacrément marquantes.

Parfaitement tenu, rythmé, offrant des idées de mise en scène intéressantes, Aldrich sait ce qu’il veut, et si on pourrait lui reprocher d’offrir un film qui aurait peut-être mérité plus de profondeur, ou du moins, moins de facilités dans son développement, Aldrich nous fait oublier le fait qu’on soit tatillon, tant finalement son film fonctionne du début à la fin.

« Le vol du Phénix« , en plus d’avoir un bon scénario et une excellente mise en scène, c’est aussi un casting de rêve. James Stewart, Richard Attenborough, Ernest Borgnine, George Kennedy, Peter Finch, Hardy Krüger. Tous sont excellents, et si pour beaucoup, leurs personnages sont comme des stéréotypes, Aldrich et Lukas Heller (le scénariste), leur font dépasser ce postulat et au fur et à mesure que l’intrigue évolue, que les espoirs ou les désespoirs se confirment, ces personnages gagnent en ambiguïté et deviennent presque passionnants.

« Le vol du Phénix » est donc un bon film et un très bon divertissement. Original dans un sens, facile dans un autre, Robert Aldrich livre avant tout un film qui tient toutes ses promesses et nous entraîne dans un petit bijou qui n’a pas pris une ride. Bref, je suis vraiment heureux de ma découverte.

Note : 18/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.