Casa de mi Padre

De : Matt Piedmont

Avec Will Ferrell, Diego Luna, Genesis Rodriguez, Gael Garcia Bernal

Année: 2012

Pays: Etats-Unis, Mexique

Genre: Comédie

Résumé:

Afin de sauvegarder le ranch de leur père, les frères Alvarez se retrouvent en guerre avec un terrifiant trafiquant de drogue mexicain…

Avis:

Réalisateur totalement inconnu, Matt Piedmont oscille calmement entre l’écriture de scénario et la réalisation. Réalisation qui se consacre presque exclusivement à la télévision, puisque Matt Piedmont travaille sur des séries télé. Ainsi, c’est lui qui par exemple a entièrement réalisé « The Spoils of Babylon » et « The Spoils Before Dying« . Il a aussi travaillé sur « Funny or Die Presents…« , une série créée entre autres par Judd Apatow, Will Ferrell et Adam McKay … Ceci explique donc cela.

« Casa de mi padre » est le premier et unique film à ce jour que Matt Piedmont a réalisé. Un film qui ne connut pas la joie des salles, qui est sorti directement en DVD chez nous, et qui dans son ensemble ne connut pas vraiment de succès, ce qui explique que Matt Piedmont retourna à la télévision par la suite. « Casa de mi padre » est un film qui avait beaucoup d’arguments pour lui et qui, rien qu’à l’idée de son existence, me faisait déjà marrer. Bref, peut-être est-ce l’amour que je porte à Will Ferrell, peut-être est-ce mon optimisme incessant ? Quoi qu’il en soit, je le savais, j’étais programmé pour aimer ce film. Will Ferrell en mexicano qui se venge des cartels de la drogue… Non, mais j’étais obligé de l’aimer ce film, mais au final, « Casa de mi padre » est plus qu’une déconvenue. Si le film de Matt Piedmont amuse au départ, s’il a de bonnes idées de mise en scène, la farce est un peu trop grosse et finalement, ce qui faisait son charme de départ va devenir lourd et l’on se retrouve à suivre ce film qui n’a aucun sens, du coin de l’œil… Dommage.

Armando Alvarez est un homme qui mène une vie des plus tranquilles dans le ranch familial. Aimant les bêtes et les grands espaces, Armando fait de son mieux, mais ça n’est jamais assez aux yeux de son père, qui préfère son frère, Raul. Un jour, Raul revient pour annoncer ses futures épousailles, mais la femme qu’il a choisi n’est pas « faite » pour lui, car c’est l’ex d’un baron de la drogue, baron qui se trouve être en plus le concurrent de Raul. Très vite, la vie paisible du ranch va tourner au drame…

Quelle déception que « Casa de mi padre« . Le film sur le papier avait tout pour être un moment éclatant de cinéma. Un moment totalement absurde comme on les aime avec Will Ferrell. Le comédien s’est un peu fait le roi dans le domaine, avec des films comme « Les rois du patin« , « Very bad Cops« , « Frangins Malgré eux« , les deux « Anchorman« … L’idée, là encore sur le papier, faisait sourire d’emblée, on imaginait déjà tous les gags et les délires qui auraient pu en découler. Puis « Casa de mi padre« , c’était aussi un casting qui avait tendance à faire sourire, car loin de ce qu’ils font habituellement. Gael García Bernal et Diego Luna en mafioso qui s’affrontent… Bref, vulgairement, j’en avais l’eau à la bouche.

Mais sur la « pellicule », le constat va être tout autre et c’est terriblement dommage, car le film avait très bien commencé, avec un Will Ferrell en péquenaud mexicain, bête comme ses pieds, imitant presque De Niro dans certaines mimiques. L’humour est con, et surtout au départ la réalisation abîmée de Matt Piedmont fait son petit effet. Le film est tourné comme un vieux film qu’on aurait retrouvé. L’image saute parfois, les couleurs sont trop vives, les décors font faux, mais dans l’ensemble et au départ, c’est amusant et le tout passe très bien. Mais très vite, le charme se rompt et « Casa de mi padre » vire au grand n’importe quoi. Paradoxe, c’est du grand n’importe quoi que je suis venu chercher ici. Mais la farce est poussée trop loin et surtout, ce qui fait défaut au film, c’est que finalement, il n’a strictement aucun scénario.

« Casa de mi padre« , c’est un minimum dans le scénario. C’est un film qui utilise des ficelles tellement grosses qu’elles ne fonctionnent pas. Et pourquoi cela ? Parce qu’elles laissent une impression désagréable d’avoir plus misé sur le casting, les gags et l’ambiance « grindhouse » qu’autre chose. Là où un Adam McKay, un Ben Stiller, ou un duo comme Josh Gordon et Will Speck ne se reposent pas sur une idée ou un acteur, pensent à allier l’absurde, la connerie à une histoire qui a un but, un sens ou une enquête, bref, là où il y a de l’écriture derrière, ici, Matt Piedmont vole d’un délire à l’autre, sans se soucier de savoir si ça fonctionne. Alors bien sûr certains gags sont drôles, certaines absurdités fonctionnent, Will Ferrell dont le rôle est en espagnol, le final ou encore les scènes avec la DEA. Puis il y a ces comédiens donnant tout ce qu’ils ont, Gael García Bernal est une caricature géniale, mais sur l’ensemble, on reste sur notre faim, notre envie de nous éclater et de suivre une bêtise qui aurait raconté quelque chose.

Je ressors donc déçu de cette « Casa de mi padre« . Tournée comme une mauvaise télénovela, le premier film de Matt Piedmont a des idées qui sont bonnes, et il tient quelques petits moments amusants, mais c’est bien peu, car au final, son film apparaît comme lourd, mal foutu, et surtout essayant de fonctionner sur l’idée de ses comédiens et son ambiance, plus que sur une histoire. Bref, une belle déception.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net