La Bolduc

De : François Bouvier

Avec Debbie Lynch-White, Emile Proulx-Cloutier, Bianca Gervais, Laurence Deschênes

Année : 2018

Pays : Canada

Genre : Biopic

Résumé :

Peu de temps après que Mary Travers ait rencontré Édouard Bolduc, ils se sont mariés et ont commencé à fonder une famille. Quand Édouard perd son emploi à l’usine, Mary accepte de remplacer un violoniste dans une soirée folklorique. La jeune femme connaît rapidement le succès dans un Québec en plein changement, qui vit ses premiers élans de la lutte pour les droits de la femme. Mary Travers Bolduc se fera appeler dès lors La Bolduc par le public et sera rapidement confrontée à de grands débats moraux : rester auprès de ses enfants ou partir en tournée et subvenir aux besoins matériels de sa famille.

Avis :

Réalisateur et scénariste québécois, François Bouvier n’est pas connu par chez nous. Si au Québec l’arrivage de films français est monnaie courante, l’inverse est plus complexe et finalement peu de films ou même de séries québécoises arrivent à traverser l’Atlantique. François Bouvier est donc un réalisateur qui exerce depuis le milieu des années 80 et il compte dans sa filmographie une bonne douzaine de films et tout autant de projets télé et séries, d’ailleurs, on peut même noter qu’il a bossé sur la série « Urgences » dans les années 90.

Sorti au printemps 2018, « La Bolduc » est un biopic qui raconte la vie de Mary Travers, dit La Bolduc, chansonnière et chanteuse québécoise des plus connues qui trouva un énorme succès dans les années 30. Raffiné, subtil, et surtout très intéressant, le film de François Bouvier est un petit bijou d’émotion, mais aussi d’humour et de combat, car à travers la vie de cette femme, le réalisateur aborde aussi une multitude de sujets qui vont être tous plus beaux, profonds et essentiels les uns que les autres. Bref, un bien beau travail, qui on l’espère arrivera jusque chez nous dans l’année !

Mary Travers est femme au foyer et elle vit très bien ainsi. Enfin, elle vivait très bien ainsi, jusqu’à ce que son mari Edouard Bolduc ait un accident à son travail, ce qui le laisse alité pendant un bien long moment. Dès lors, privé de salaire, Mary doit faire vivre sa famille. Sachant chanter et jouer du violon et de l’harmonica, elle se laisse convaincre de faire quelques spectacles le soir dans des cabarets. Sa façon d’être, son humour, pour ne pas dire son ironie, vont alors taper dans l’œil d’un producteur, qui va lui offrir la chance de graver un disque. Dès lors, La Bolduc est née et le succès va être fou…

La Bolduc, au Canada, c’est une star, une icône et le réalisateur François Bouvier ne s’y est pas trompé, car sorti au printemps 2018, « La Bolduc » est le plus gros succès du cinéma canadien et c’est avec plaisir que je fais cette sublime découverte. Piégé dans l’avion qui me ramenait de mes vacances, je n’avais pas envie de quitter immédiatement le Canada. Je me suis donc arrêté sur ce film dont je n’avais pas entendu parler. Un film qui avait pour simple argument pour lui ce jour-là d’être estampillé d’une feuille d’Érable, indiquant donc cinéma canadien et j’ai vraiment bien fait de m’y arrêter, puisque le film de François Bouvier est bien l’une des plus jolies surprises pour commencer ce début d’année 2019.

« La Bolduc » est un film qui s’est avéré être aussi intéressant que passionnant aussi bien dans son fond que dans sa forme. Partant sur les routes du flashback, narré par la fille adulte de La Bolduc, le film de François Bouvier va être plus qu’un simple biopic, racontant à travers la vie et les chansons de cette femme, le Canada du début du siècle dernier.

Tenu par un scénario exigeant, « La Bolduc » prend le temps pour nous présenter aussi bien son héroïne que l’époque dans laquelle elle évolue. Ainsi, elle ne sera pas la célèbre Bolduc d’emblée et c’est de manière intéressante que François Bouvier va nous raconter les femmes dans années 10 et 20, tout comme il va nous raconter la vie si dramatique de Mary Travers, mariée à Édouard Bolduc. Si l’on regrettera une rencontre quelque peu expédiée, on sera touché aussi bien par l’amour qui règne dans ce foyer que par les drames que la famille traverse. Prenant encore une fois le temps de s’appuyer sur un scénario construit, François Bouvier racontera alors aussi bien les évènements qui amèneront Mary Bolduc à devenir l’icône qu’elle est, que le Canada en pleine mutation. Un Canada où l’homme et le patriarcat est tout-puissant, un Canada où les femmes se battent pour leur droit. Chaque instant, chaque rebondissement, chaque évolution, François Bouvier arrive à les rendre intéressants et captivants et finalement, on se laisse totalement envahir par son film qui passe bien trop vite.

Un film qui passe aussi bien trop vite car il nous est offert avec une très belle révélation, Debbie Lynch-White. Incroyable, belle, drôle, pétillante, l’actrice y est fabuleuse, ce qui rend son personnage encore plus passionnant. On restera pendu à ses lèvres lors de shows musicaux superbement mis en scène. Puis c’est en sa compagnie qu’on découvre une artiste aussi passionnante que complexe. Une artiste qui a su mettre des mots sur les maux d’une société, racontant une vie ordinaire à travers ses chansons qui ont touché le cœur des gens.

Doté d’un très bel esthétisme, d’une reconstitution parfaite, prenant dans ce qu’il raconte, et surtout porté par une interprétation sublime de la part de Debbie Lynch-White, « La Bolduc » est une révélation. « La Bolduc« , en plus de faire découvrir une artiste fabuleuse, est une découverte qui aura su me toucher, me passionner, me faire vibrer, et même, chose rare, me faire oublier mon angoisse de l’avion tout du long. Bref, le film de François Bouvier mérite qu’on s’y arrête et l’on espère qu’il arrivera jusque chez nous. À découvrir !

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net