octobre 24, 2020

Ben Harper & Charlie Musselwhite – No Mercy for This Land

Avis :

Depuis le début des années 90, Ben Harper sillonne le monde de la musique et semble même le transcender vu le nombre incroyable de fans. Entre albums solos et partenariat avec des groupes comme The Innocent Criminals ou Relentless Seven, Ben Harper oscille constamment entre le rock, le blues, la folk ou encore le reggae. Et le monsieur n’a pas toujours eu le vent en poupe, bouffant à tous les râteliers et ayant même du mal à convaincre les fans hardcore d’un genre. Les aficionados de blues diront qu’il ne fait pas de blues mais de la soupe et les accros au reggae ne citeront jamais Ben Harper comme une influence. Malgré tout, l’artiste continue son petit bonhomme de chemin et semble avoir trouvé une sorte de sérénité avec Charlie Musselwhite, harmoniciste de renom. En effet, leur collaboration commence en 2013 avec Get Up ! et après deux albums (un avec Ellen Harper et un avec The Innocent Criminals), les voilà de retour avec No Mercy in This Land, un album qui risque de surprendre plus d’une personne puisque Ben Harper délaisse ses mélanges de genre pour se concentrer uniquement sur le blues. Oui, le dernier album de Ben Harper est un concentré de Chicago Blues et écouter ça en 2018, et bien non seulement ça fait du bien, mais en plus cela montre tout le talent de cet artiste qui se fiche pas mal des effets de mode.

Le skeud débute avec When I Go et des chœurs qui ne laissent aucun doute sur le style voulu par Ben Harper. C’est doux et permet alors à la guitare de lâcher ses notes en toute sérénité, appuyée par un harmonica dépressif du plus bel effet. Avec sa rythmique assez lente, ses reprises de chœur qui rappelle La Nouvelle-Orléans, ce premier titre accroche de suite l’oreille et la voix de Ben Harper de faire le reste pour un titre simple, mais d’une belle efficacité, montant crescendo en intensité. Cette plongée bluesy sera confirmée par la suite avec le titre Bad Habits, plus rapide, plus clair, moins « dépressif », le morceau fait écho à de grands noms comme BB King ou encore Lucky Peterson et cela fait vraiment du bien d’entendre un son si pur en 2018. L’artiste se défait de toutes les fioritures électro et laisse parler sa guitariste et l’harmonica de son ami pour fournir un son pur, technique et terriblement touchant. On retrouvera cette énergie communicative avec The Bottle Wins Again, un titre classique (peut-être un peu trop), mais qui s’avère diablement efficace, faisant écho au Chicago Blues des années 60/70. On peut aussi évoquer Movin’ On qui demeure un morceau un peu plus transparent, mais qui transmet une énergie folle et donne immédiatement envie de danser. Et au-delà de cette énergie communicative, Ben Harper sait aussi toucher son public avec des sons plus sereins, plus calmes et des textes emplis d’amour.

Le premier morceau à être plus lent et pourtant tout aussi réussi est Love and Trust. Alors le titre n’est pas le plus réussi de l’album, notamment à cause d’une certaine redondance dans la rythmique et il y a quelque chose d’assez lancinant dans ce morceau, mais ça marche assez bien. Moins bien que When Love is not Enough, qui reste l’un des titres phares de cet album, un savant mélange de Blues très posé avec un beau piano et une voix tout simplement sublime qui donne une toute autre dimension à la composition. C’est simple, mais ça touche au plus profond et on sent une réelle pureté dans ce titre. On pourrait presque dire la même chose de Trust you to Dig my Grave, qui est beaucoup plus bluesy et un poil moins touchante ou encore de No Mercy in This Land qui fonctionne bien malgré une certaine facilité dans la construction de la composition. Car oui, tout l’album n’est pas impeccable. Certains titres marchent moins bien comme Found the One par exemple et on peut dire que Ben Harper reprend des classiques du blues sans y apporter du génie. Néanmoins, il faut féliciter ce genre d’initiative, cette prise de risque de faire quelque chose d’anachronique dans un milieu qui se mord de plus en plus la queue. Ben Harper n’a pas peur du succès ou de son contraire et fait ce qu’il lui plait.

Au final, No Mercy in This Land, le dernier effort de Ben Harper, en collaboration avec Charlie Musselwhite, est une belle réussite et surtout un sublime hommage au blues des années 60/70. Avec cet album, il est fort à parier que l’artiste va se réconcilier avec les fans de blues, leur offrant un opus rempli d’amour et de sincérité, car même s’il n’est pas parfait et peut sembler un simple copié/collé de certains artistes, il n’en demeure pas moins un album bien fait et qui respire l’envie de faire de la musique.

  1. When I Go
  2. Bad Habits
  3. Love and Trust
  4. The Bottle Wins Again
  5. Found the One
  6. When Love in not Enough
  7. Trust you to Dig my Grave
  8. No Mercy in This Land
  9. Movin’ On
  10. Nothing at All

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.