octobre 30, 2020

Encore un Baiser

Titre Original : Baciami Ancora

De : Gabriele Muccino

Avec Stefano Accorsi, Vittoria Puccini, Claudio Santamaria, Giorgio Pasotti

Année : 2010

Pays : Italie, France

Genre : Romance

Résumé :

Carlo est séparé de sa femme Giulia qui a la garde de leur fille de dix ans, Sveva. Il vit avec Ginevra, une jeune femme beaucoup plus jeune que lui, tandis que Giula vit avec Simone, un acteur à la petite semaine. Paolo, Alberto et Adriano, partis pour un tour du monde, ont été arrêtés dans leur élan par le tsunami. Paolo et Alberto sont rentrés, mais Adriano s’est fait arrêter pour trafic de drogues et a fait trois ans de prison en Thaïlande. Paolo a repris le magasin d’objets religieux de son père. Il sort avec Livia, l’ex d’Adriano, qui a élevé seul leur fils, Tommaso, 11 ans maintenant. Livia refuse de dire à Tommaso les liens qu’elle partage avec Paolo. Le couple de Marco et Veronica bat de l’aile : ils n’ont jamais réussi à avoir d’enfants, et maintenant, le désir a disparu. Lorsqu’Adriano rentre de Thaïlande, les amis vont se retrouver, et le temps du bilan est arrivé, 10 ans plus tard.

Avis :

Réalisateur italien, Gabriele Muccino s’est révélé aux yeux du monde, ou du moins des cinéphiles et de la profession, en 2002 avec le quasi-chef d’œuvre qu’est « Juste un baiser« . Depuis ce film, et sur demande de Will Smith, Gabriele Muccino s’était envolé pour les États-Unis où il a tourné ses films les plus connus à ce jour, « A la recherche du bonheur » et « Sept vies« . Un bien bel aparté américain qui demeure encore aujourd’hui parmi ce que le réalisateur a fait de mieux.

Puis après s’être amusé avec Will Smith, Gabriele Muccino est revenu en Italie afin de donner une suite, huit ans après, aux personnages qu’on avait tant aimé de « Juste un baiser« . Baptisé en toute logique « Encore un baiser« , on était curieux, amusé et on peut même dire impatient de savoir ce que la quarantaine pouvait réserver à Carlo, Guila et les autres. Malheureusement, si le film dans son ensemble reste sympa, il ne sera pas aussi bon et puissant que la trentaine de nos personnages. On en ressort conquis dans un sens, car on sait ce que sont devenus ces personnage, mais on en ressort quelque peu déçu, voire nostalgique, du charme fou de ce premier baiser, que ce dernier n’a clairement pas.

Après une multitude de tromperie, Carlo et Guila ont fini par se séparer. Guila a refait sa vie avec un acteur qui peine à trouver du travail, quant à Carlo, il croit être heureux avec sa nouvelle conquête. Quand Adriano, après dix ans d’absence, refait surface, l’heure est inconsciemment au bilan pour Carlo, Guila, Paolo, Marco, Alberto et Livia…

Petite déception que cette suite. Si « Encore un baiser » est loin, très loin, d’être un mauvais film ou même un film raté, il n’en reste pas moins qu’il est loin d’avoir le charme, la chaleur, la vérité et l’émotion du premier. Le principal souci qui véhicule la déception, c’est le fait que le film soit juste que sympa, alors qu’on attendait bien plus. Heureux de retrouver ces personnages, on restera toutefois déçu de certains parcours qui font clairement trop, comme si son réalisateur avait grossi tous les traits, afin de pouvoir raconter quelque chose. Il n’y a plus la finesse et la subtilité du premier film. L’intrigue et le développement de certains ont du mal à nous convaincre. Je parle bien sûr de la maladie de Paolo ou encore le parcours invraisemblable d’Adriano. Dans un sens, ce que nous raconte Gabriele Muccino tient la route, et peut être une possibilité, mais le tout, dans cette volonté de pousser l’intrigue, donne l’impression que le réalisateur fait une suite plus parce que le premier a connu un immense succès et que l’on lui a demandé, plus que parce qu’il en avait réellement envie, ce qui est dommage.

Après, si le scénario a de très gros traits pour certains, il a aussi beaucoup de charme et d’intérêt pour d’autres. « Encore un baiser » analyse plutôt bien la quarantaine et pose de jolies questions. Le film aborde d’ailleurs de beaux sujets entre deux exagérations. L’envie d’enfant, le couple, la routine, les problèmes de santé, bref, une sorte de quotidien qui n’a rien d’exceptionnel et qui comme pour le premier, touche de par son naturel. On remarquera que Gabriele Muccino développe particulièrement l’un des personnages autour de cette envie d’enfant et c’est sans aucun doute la belle idée de cette suite. Que ce soit pour le personnage en lui-même, ou alors son couple et par conséquent son mari, « Encore un baiser » vaut le coup qu’on s’y arrête.

La mise en scène, quant à elle, souffre des défauts et des qualités énoncés plus haut. Parfois terriblement accrocheuse, d’autres fois elle va manquer de souffle et d’intérêt. Alors bien sûr, ceci arrive peu, et dans l’ensemble, elle est intéressante et nous réserve même de bons et beaux moments de drame et de romantisme.

Enfin dernier point, « Encore un baiser« , c’est le plaisir et la déception de retrouver ces personnages. Plaisir, car on retrouve certains des comédiens qui demeurent toujours aussi bons dans la peau de ces personnages qui leur vont comme un gant. Mais déception dans le fait que certains, et notamment Giovanna Mezzogiorno, n’ont pas repris leurs personnages et furent donc changer. Giovanna Mezzogiorno est ici remplacée par Vittoria Puccini, et même si la jeune femme offre le meilleur d’elle-même, elle n’arrive pas à faire oublier Giovanna Mezzogiorno qui restera toujours l’amour de Stefano Accorsi, alias Carlo.

C’est donc entre le ravissement et la déception que Gabriele Muccino a placé sa caméra. « Encore un baiser » est une bonne petite suite, il reste simplement dommage qu’elle ne soit pas à la hauteur du premier film. Après, comme je le disais, « Encore un baiser » est un petit film sympathique et rien que ça, c’est déjà pas mal du tout. Il reste donc à découvrir !

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.