Shanghai Triad

Titre Original : Yao a Yao Yao Dao Waipo Qiao

De: Zhang Yimou

Avec Gong Li, Li Xuejian, Baotian Li, Chun Sun

Année : 1995

Pays : Chine, France

Genre : Drame

Résumé :

Dans les années 30, Liu Shu, parrain d’une triade, fait venir à Shanghai son jeune neveu, Shuisheng, dans le but de le former et d’en faire son dauphin.

Avis :

« Shanghai triad » est le septième film de Zhang Yimou et aussi le dernier film qu’il fera avec Gong Li, avant de se séparer d’elle, après la sortie du film. Malgré tout, Gong Li et Zhang Yimou, c’est une belle et grande histoire d’amour, et cette dernière transparaît à l’écran. Le réalisateur la magnifie dans ses films, d’ailleurs Zhang Yimou ne serait peut-être pas le réalisateur qu’il est sans elle et inversement. Et alors qu’ils se sont séparés, cette histoire d’amour, du moins à l’écran, continue puisque dix ans après « Shanghai Triad« , il la retrouvera pour encore plus l’embellir avec « La cité interdite« . Et l’on n’oubliera pas, plus récemment, « Coming Home« , un drame bouleversant (L’un des plus beaux de Zhang Yimou).

Grand Prix du Festival de Cannes en 1995, « Shanghai Triad » fait partie de ces films quelque peu oubliés de la carrière de Zhang Yimou et pourtant, même si l’on est loin des chefs-d’œuvre que sont « Le secret des poignards volants » ou encore « Coming Home« , « Shanghai Triad » mérite qu’on le redécouvre. « Shanghai Triad« , c’est une plongée dans la Chine des années 30, à travers les yeux d’un jeune garçon de quatorze ans, encore innocent, qui va découvrir la beauté comme la cruauté de ce monde et de celui de la mafia. Rythme lent et belles images, en plus d’un scénario qui se tient, font de ce Zhang Yimou, un joli petit moment de cinéma.

Shanghai dans les années 30, Shuisheng est un jeune garçon de quatorze ans qui vient d’une famille de paysans. Son père l’a envoyé auprès de son oncle à la ville, pour que l’enfant y trouve une vie meilleure. Cet oncle travaille pour le chef d’une triade. Ainsi, l’enfant entre donc dans la mafia et il aura comme travail de s’occuper du bien-être de Bijou, appelée aussi Mademoiselle. Bijou est une chanteuse célèbre de la ville, ainsi que la concubine du chef.

Une envie de petite évasion ? Alors laissez-vous séduire par « Shanghai Triad« , un petit Zhang Yimou, mais même petit, il reste beau et intéressant.

Avec ce film, le réalisateur chinois nous emmène donc dans le Shanghai brumeux des années 30, pour nous raconter la perte d’une innocence. Ce qui est bien avec ce film, c’est qu’il remplit parfaitement son cahier des charges et nous offre tout ce qu’on avait envie de trouver dans un film abordant ce thème et cette ambiance.

Doté d’un bon scénario qui sait nous tenir en alerte jusqu’au bout, « Shanghai Triad« , c’est des déambulations dans les rues, les bars et les fêtes privées. C’est aussi des concerts donnés par une Gong Li incroyable. C’est une relation attachante entre la chanteuse et ce petit garçon, presque muet. C’est aussi la mafia, avec son ambiance et les faits qui vont avec. Exécutions, trahisons, pouvoir, orgueil, amour impossible et bien entendu, un peu de tragédie.

« Shanghai Triad« , c’est aussi un esthétisme magnifique. La photographie est somptueuse, Zhang Yimou a très bien réussi a donné un caractère à son film et ça, à n’importe quel moment. Que ce soit l’impeccable Shanghai des années 30, que ce soit l’ambiance presque burlesque des concerts de Bijou, ou encore ce retranchement beau, sur une île perdue au milieu de nulle part, le film de Zhang Yimou est beau, et assure un certain cachet qui est très loin de déplaire.

Mais alors pourquoi « Shanghai Triad« , malgré toutes ses qualités, n’est-il pas un grand cru ? Eh bien je dirais que son problème vient du fait qu’il manque d’émotion. Les personnages sont beaux, intéressants et attachants. Les parcours sont bons, parfois injustes, d’autres fois tragiques, et pourtant, malgré tout, il manque ce petit quelque chose qui fait que l’on vibre pour ces personnages. Ici, on suit le tout avec attention et intérêt, mais aussi de manière détachée. Alors qu’il y a tout pour vivre le film, Zhang Yimou nous le fait que regarder. Alors ça reste très bien, et si tous les films qu’on regardait avaient autant de qualités que celui-ci, on serait « les plus heureux », mais il n’empêche qu’on attendait plus émouvant et prenant de la part d’un aussi grand réalisateur. Peut-être est-ce sa rupture avec Gong Li qui a affecté quelque peu son travail ?

Bref, quoi qu’il en soit et malgré tout, « Shanghai Triad » demeure un bon film à découvrir. Cette plongée dans la ville et ce monde est bonne et belle, et même si l’on a fait que le suivre, ça reste du bon cinéma qu’on ne peut que conseiller.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net