novembre 30, 2020

Le Sens de la Fête

De : Eric Toledano et Olivier Nakache

Avec Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Vincent Macaigne

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Avis :

Toledano et Nakache font partie de ce qui se fait de mieux dans la comédie française et ça, dès leurs premiers films avec le notamment culte « Nos jours heureux » qui à fait rire une bonne partie de la France au moment de sa sortie. Les deux réalisateurs ont franchi un autre palier avec l’immense succès d’ »Intouchables » et ses pas moins de dix-neuf millions d’entrées. Depuis, chaque nouveau film estampillé Toledano et Nakache est toujours un petit évènement dans le milieu du cinéma français.

Trois ans après leur petit « Samba« , le duo français est donc de retour avec « Le sens de la fête« , et le moins que l’on puisse en dire, c’est que ces deux-là ont vraiment le sens de la comédie. Si leur nouveau film demeure imparfait, il n’en est pas moins un excellent moment de comédie. « Le sens de la fête » est le genre de film qui survole les comédies lourdes que le cinéma français nous sert à longueur d’année. Déjantée, vraiment amusante, et même touchante, bref, on adore se laisser prendre dans la folle ambiance de ce mariage qui a tout d’une bombe à retardement.

Max est traiteur de mariage depuis plus de trente ans. Avec son équipe, il se tient au petit soin pour faire de vos rêves une réalité. Des mariages au cours de sa longue carrière, Max en a vu de tous les styles et il se pourrait bien qu’il soit arrivé au bout de son parcours. Mais ceci n’est pas à l’ordre du jour, puisqu’aujourd’hui, c’est le mariage de Pierre et Héléna, deux clients pour les moins spéciaux… Pour ne pas dire dans leur monde, pointus et un tantinet agaçant. Un mariage qui s’annonçait comme les autres…

« Le sens de la fête« , c’est une invitation qui nous est faite de la part d’Eric Toledano et Olivier Nakache. Des préparatifs en coulisses alors que les mariés sont encore à la Mairie, au lendemain, au petit matin après que la fête ait eu lieu (ou pas), les deux réalisateurs nous invitent à suivre au plus près tout ce qui fait que ce jour est l’un des plus beaux d’une vie.

Alors bien sûr, ici, on ne parle pas de documentaire, car derrière la découverte de toutes ses petites mains qui s’attellent à faire de ce jour un moment unique, les deux réalisateurs qui sont aussi les deux scénaristes nous ont concoctés une véritable comédie qui, quand elle ne vous fait pas sourire, vous fait rire aux éclats.

Moments de dérision, de drame, de drôlerie malgré les personnages, et surtout d’adaptation, « Le sens de la fête » est donc une comédie qui a tout juste et qui peut même faire penser à du vaudeville tant il se passe toujours quelque chose dans ce mariage et l’on comprend que les nerfs de ce pauvre Max, divinement incarné par un Jean-Pierre Bacri en grande forme, soient à fleur de peau.

Bourré d’énergie, d’humour, de cocasserie et de tendresse, les deux réalisateurs s’en sont donnés à cœur joie, et le résultat est bien à la hauteur de ce que les différents teasers nous présentaient, teasers qui finalement ont su garder la richesse du film, alors même qu’ils en montraient déjà beaucoup.

Cette énergie, on la retrouve aussi dans la mise en scène qui nous réserve de très bons moments qui parfois tireront vers le suspens tant on craint finalement pour ce mariage. Ayant le sens de l’humour, le sens du quiproquo (le film a des répliques cinglantes qui feront partie des meilleures qu’on aura entendu cette année) et même du clash (ce qui n’est pas donné à tout le monde), les deux réalisateurs nous entraînent dans un festival qui frôle parfois joyeusement le n’importe quoi.

« Le sens de la fête« , c’est un Jean-Pierre Bacri au sommet de lui-même. Touchant et génial, il est captivant en traiteur débordé, un poil ringard et dépassé. Mais même si Bacri est grand, il est entouré d’une pléiade de seconds rôles qui sont toujours plus bons les uns que les autres. Entre les confirmés Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouve, Hélène Vincent, Suzanne Clément et les jeunes premiers Eye Haidara (une révélation), Benjamin Lavernhe (Palme d’or de la prétention), William Lebghill, Kevin Azais, on a vraiment de quoi nous amuser et nous attacher, car chacun d’eux a ce truc en plus et c’est ensemble qu’ils font la richesse du film.

Bref, dans ce quasi sans faute, on relèvera simplement un côté social qui, s’il peut être nécessaire, est bien souvent mal placé, et donne une impression de remplissage de cahier des charges, comme le cinéma français, et même dans la comédie, voulait absolument placer quelque chose de social, comme ici avec la difficulté des petits patrons. Bien que le sujet soit intéressant, ici, il est toujours placé comme un cheveu sur la soupe et finalement, on peut se demander ce qu’il vient faire là.

« Le sens de la fête » est donc encore une fois une réussite de la part du duo français. « Le sens de la fête« , c’est deux heures de moments forts, tendres et hilarants. « Le sens de la fête« , c’est deux heures de personnages géniaux et de situations improbables. C’est deux heures de répliques qui valent à elles seules le coup d’être entendu. Bref, « Le sens de la fête« , c’est deux heures de cinéma qu’on adore et qu’il serait bien dommage de rater.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.