Ensiferum – Two Paths

Avis :

Formé en 1995 à Helsinki en Finlande, Ensiferum s’est rapidement vu attribué le genre Viking Métal. Genre provenant de la culture scandinave, il désigne surtout un sous-genre qui s’appuie sur des textes empreints de mythologie nordique et de sagas guerrières. Retrouvant des racines dans les années 80, ce sous-genre s’est vite décliné jusqu’à ce que certains groupes renient cette appropriation, comme c’est le cas pour Amon Amarth, qui préfère que l’on parle de Death Métal Mélodique. Mais ce n’est pas le cas avec Ensiferum, qui profite de ce sous-genre pour trouver une identité et surtout proposer des compositions intéressantes, à grands renforts d’instruments inédits, comme par exemple un accordéon. Ayant percé après leur premier album en 2001, on retrouve la formation seize ans plus tard pour un septième album à la jaquette somptueuse et aux rythmes effrénés. Dans les faits, Two Paths sera très certainement une synthèse de tout ce que le groupe a offert depuis plus d’une quinzaine d’années. A savoir des moments très heavy, plutôt rugueux, et d’autres titres plus doux, plus « mainstream », qui se rapprochent de ce qu’a fait le groupe plus récemment. En l’état, Two Paths se révèle donc très synthétique, mais ce n’est pas un synonyme de déception, les finlandais assurant toujours le spectacle et offrant quelques petites surprises.

Dont une que l’on retrouvera en tant que première pièce, après une introduction qui nous directement dans le bain, à savoir une symphonie puissante et relativement évocatrice. Pas de doute, nous sommes bien en présence de Viking métal. Avec For Those About to Fight for Metal, le groupe signe un immense hommage à AC/DC. Riffs rapides et réguliers, rythmique ultra rapide à la Angus Young et titre assez évocateur, Ensiferum fait dans le fan service, mais il arrive à le remettre à sa sauce, notamment grâce à des chœurs masculins et une ampleur épique qui montre l’appartenance du groupe. Une entame qui change un peu et offre donc de la variété dans le domaine très fermé du Viking métal. Par la suite, le groupe revient à des fondamentaux du genre avec Way of the Warrior, Two Paths ou encore King of Storms, trois titres qui rentrent pile poil dans la catégorie Viking, avec des chants guerriers, une belle alternance entre chant clair et chant guttural. Si le premier titre cité est très simpliste et dynamique, ce sera aussi le cas pour le dernier, qui balance la sauce façon violente, donnant un mélange idéal entre Power métal pour son rythme et gros Death bourrin pour la suite. On retrouvera aussi en fin d’album deux titres très puissants et dans la même veine malgré des structures plus complexes et des riffs plus lourds avec Hail to the Victor ou encore God is Dead (Black Sabbath, sort de ce corps !)

Mais le groupe fait aussi dans la diversité et ne succombe pas toujours aux sirènes de la facilité. Déjà, au niveau de l’instrumentalisation, le groupe arrive toujours à mélanger des sonorités inédites, et avec le changement de claviériste/accordéoniste, piquant Netta Skorg, anciennement Turisas. Du coup, le groupe prend des directions différentes en fonction de ses besoins. On retrouvera donc pas mal d’accordéon dans le morceau I Will Never Kneel par exemple, ce qui est une bonne chose, en plus d’une rupture féminine de toute beauté, permettant à l’auditeur de souffler un peu. Le groupe fait aussi dans le festif avec Feast With Valkyries et son introduction en piano du pauvre. Toujours cohérent avec ses thématiques, on aura droit à une belle voix féminine et quelques moments réellement enjoués donnant une vraie envie de danser autour d’une table pleine de victuailles. Bref, le groupe arrive toujours à trouver la solution pour renouveler son panel de titres et c’est avec joie que l’on accueille des morceaux assez dansants, voire même grand public. Don’t You Say est réellement un titre à part dans cet album et cela se remarque très rapidement. Démarrant avec une batterie très rock’n’roll puis une ligne de basse accompagnée d’un accordéon, le morceau démarre calmement avec de poser un chant clair limpide et surtout un refrain catchy qui reste très rapidement en mémoire. Si le morceau déplaira fortement aux fans de la première heure, il est aussi un titre percutant et montrant que le groupe peut aussi sortir de sa zone de confort pour proposer autre chose.

Au final, Two Paths, le septième et dernier album d’Ensiferum, est une belle réussite qui pourrait se percevoir comme un album synthétique de tout ce que le groupe a pu fournir jusqu’à aujourd’hui. Mélange intéressant de Viking, de Death, de Power et même de Hard, ce dernier album est intéressant à plus d’un titre et vaut bien son pesant de cérumen.

  1. Ajattomasta Unesta
  2. For Those About to Fight for Metal
  3. Way of the Warrior
  4. Two Paths
  5. King of Storms
  6. Feast With Valkyries
  7. Don’t you Say
  8. I Will Never Kneel
  9. God is Dead
  10. Hail to the Victor
  11. Unettomaan Aikaan

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net