They

De : Anahita Ghazvinizadeh

Avec Rhys Fehrenbacher, Koohyar Hosseini, Nicole Coffineau, Norma Moruzzi

Année : 2017

Pays : Etats-Unis, Qatar

Genre : Drame

Résumé :

J, 14 ans, se fait appeler « They » et habite avec ses parents dans la banlieue de Chicago. J est en plein questionnement sur son identité sexuelle et prend des traitements hormonaux pour retarder sa puberté. Après deux ans de suivi médical et thérapeutique, J doit décider de son identité future. Alors que ses parents sont partis, Lauren sa sœur et Araz, son compagnon iranien, viennent s’occuper de J lors d’un week-end qui pourrait changer sa vie.

Avis :

Anahita Ghazvinizadeh est une jeune réalisatrice iranienne de vingt-huit ans dont le premier film, « They« , commence à faire le tour des festivals dans le monde et chez nous par la même occasion, puisqu’il fut présenté en Mai dernier au Festival de Cannes. Sans date de sortie chez nous et sélectionné en compétition officielle, c’est la deuxième fois que « They » est projeté en France.

Quand on découvre le synopsis de « They« , on se dit qu’il a tout pour faire parler de lui, car pour son premier film, Anahita Ghazvinizadeh n’a pas choisi la facilité, puisqu’elle y explore les doutes d’un jeune adolescent qui a quatorze ans et désire changer de sexe. Sujet ô combien brûlant et tabou, « They » avait bien des arguments pour marquer, mais malheureusement, ce n’est pas ce qui va se passer, puisque la réalisatrice s’offre un hors sujet et finalement évoquera très peu les interrogations de ce jeune homme, préférant s’attarder sur d’autres thèmes. On ressort donc de la séance l’esprit confus, n’étant pas vraiment sûr de savoir ce dont la réalisatrice a voulu nous parler.

J a quatorze ans et ne sait pas trop s’il veut être un garçon ou une fille. Ayant des parents compréhensifs, il a déjà fait les démarches pour stopper sa croissance, afin de lui laisser le temps de se trouver. Sa grande sœur revient à la maison avec un nouveau copain qu’elle compte épouser. Et c’est là, pendant ce week-end, que J, discutant avec sa sœur comme avec lui-même, pourrait bien voir sa vie changer.

Si l’on traduit « They« , cela veut dire « Ils » et c’est bien ce qui se passe dans le corps de J, se cherchant en permanence, tour à tour garçon ou fille, selon les matins. Pour son premier film, on peut dire que Anahita Ghazvinizadeh s’est mise des bâtons dans les roues et peut-être trop, car finalement, pour son premier film, la jeune réalisatrice effleure son sujet, passant bien souvent à côté de ce dernier. « They« , c’est le genre de film qui a le cul entre deux chaises et c’est ce que l’on ressent en découvrant ce film, qui est aussi intéressant qu’inintéressant. C’est un film qui détient de belles idées et de grands sujets mais qu’il n’ose aborder. C’est un film qui s’égare pour aborder d’autres choses, mais qui donne finalement l’impression de fuir son propre sujet. On se retrouve donc devant un film qui remplit le reste de son scénario avec des discussions qui trouvent bien peu d’intérêt. Des personnages parfois agaçants et d’autres fois insignifiants.

Anahita Ghazvinizadeh étire des scènes qui ne sont pas nécessaires, s’attarde sur des réflexions qui brouillent plus son film qu’autre chose et finalement, à force, elle nous perd et l’on se retrouve à attendre avec ennui la fin de son film. Et malheureusement, quand cette dernière arrive, que la réalisatrice repart quelque peu sur son sujet de base, « They » retrouve de l’intérêt, mais trop tard malheureusement et c’est assez frustrant, car quand elle parle des questions, des doutes, des peurs ou des désirs de son personnage, elle en parle bien. Elle le fait avec pudeur. Elle nous charme, nous intéresse, surtout qu’en prime, elle a un petit acteur assez phénoménal, qui démontre une grande maturité face à un rôle difficile.

On ressort déçu face à un film qui s’annonçait intéressant et beau. Des sujets qui n’arrivent jamais à nous prendre autant que son sujet de départ. Des sujets qui sont tenus par des personnages peu attachants, dont on reste en réflexion sur le pourquoi de leurs conversations ou même de leurs relations.

Bref, si ce film avait été une rédaction, alors la note aurait été un hors sujet. Bref, c’est vraiment dommage.

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net