septembre 24, 2020

Doctor Who Saison 9

D’après une Idée de : Russel T. Davies

Avec Peter Capaldi, Jenna-Louise Coleman, Samuel Anderson, Dan Starkey

Pays : Angleterre

Genre : Science-Fiction

Nombre d’Episodes : 12

Résumé :

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l’espace à l’aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s’adapter à l’environnement, a l’apparence d’une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d’une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu’ils explorent…

Avis :

« Doctor Who« , c’est un tourbillon d’émotions et je le dis clairement, commencer la série fut l’une des meilleures idées que j’ai pu avoir dans ma vie de sérivore. Quand on découvre « Doctor Who« , très vite la série nous apporte une appréhension, un moment que tout Whovian finit par redouter. Cette crainte tient en un mot, régénération… Et oui, la série, pour se renouveler, tue ses Doctors et laisse la place à un nouveau comédien pour l’incarner.

Après Christopher Eccleston et David Tennant, la série s’est séparée de Matt Smith, pour laisser la place à Peter Capaldi.

Peter Capaldi est un très bon acteur, mais pourtant, malgré le capital sympathie on a eu du mal à accrocher à ce nouveau Doctor. Si l’aventure était bien présente dans la saison 8, le nouveau côté froid, voire égoïste du personnage, a eu tendance à amoindrir le plaisir. Mais si cette neuvième saison a des défauts, il faut avouer que nous sommes pleinement convaincus par ce nouveau Doctor et ces douze nouveaux épisodes, qui sont pour le moins cools, voire très cools.

Le Doctor a enfin retrouvé Clara, et lancés dans son Tardis, les deux voyageurs du temps parcourent l’univers et l’espace et les époques afin de venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Au travers de leurs aventures, le Doctor et Clara vont avoir à faire à des daleks, vont entrevoir Missy, vont avoir à faire à des fantômes, des Vikings, des Zygons, des bandits de grands chemins, ou encore un corbeau détestable !

Deuxième saison avec Peter Capaldi aux commandes du tardis et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette saison ne va pas manquer d’aventures, de surprises, et d’émotions. Ce qui est très bien avec cette saison, c’est la sensation de retrouver le fun et la liberté qu’on avait dans les saisons précédentes avec les autres Doctors.

Au travers des « douze épisodes » que la série nous a concoctés, le Doctor va avoir à faire à de sacrés dilemmes. Les épisodes sont bien foutus, nous réservant des intrigues intéressantes, passionnantes parfois. Des intrigues captivantes qui savent créer le suspens et la surprise chez le spectateur en offrant un spectacle Whovian imprévisible. Bon, il y a aura bien un ou deux épisodes qui seront moins bons, voire même insignifiants, comme « Dans les bras de Morphée » où l’intrigue est tirée par les cheveux et s’avère assez ridicule, en plus d’être peu intéressante.

Si la réalisation des épisodes est pile dans ce que l’on aime chez « Doctor Who« , c’est-à-dire kitschouille, mais en même temps assumée, tenant des effets spéciaux assez bluffants pour de la télé, si on retrouve de grands moments de n’importe quoi, qui font le charme fou de la série, avec des théories géniales à écouter, même si l’on n’est pas sûr que ça fonctionne bien, la série aura toutefois un défaut, qui devient une récurrence dans la saison et qui a eu tendance à vraiment être agaçant. Ce défaut, c’est le double épisode pour suivre une intrigue. Comme toute série, « Doctor Who » a déjà fait des doubles épisodes afin de créer de plus longue intrigue et pouvoir les développer plus en profondeur, et le principe est tout à fait louable, mais là où la série pêche pour cette saison, c’est qu’elle use du double épisode sur tout le long, un seul épisode sera en une seule histoire, et c’est en prime le plus mauvais de la saison. Du coup, cette saison donne l’impression de n’avoir vraiment que cinq épisodes sur douze et le sentiment qu’on éprouve est ennuyant, car on a l’impression de s’être fait voler l’autre partie de la saison et c’est dommage, car pour la plupart des épisodes, les histoires sont bien foutues et on adore suivre les aventures dingues de Clara et son Doctor.

Qui dit nouvelle saison, dit nouveaux personnages, nouveaux êtres en difficulté, ou encore nouveaux ennemis et là, on va être servi, car la série nous apporte pas mal de nouveaux monstres, de nouvelles personnes à aider, de nouveaux personnages récurrents, et même quelques guest stars, comme Maisie Williams qui quitte la peau d’Arya Stark pour incarner une petite peste divinement adorable et détestable. On trouvera aussi l’excellent Donald Sumpter puis la talentueuse Clare Higgins. On aura le droit aussi à un petit bout de Michelle Gomez, qui retrouve son rôle de Missy. Et plus étonnant, caché derrière la carcasse d’un monstre hideux, on retrouvera Corey Taylor, le chanteur de Slipknot, rien que ça…

Cette saison 9, même si elle a eu tendance à être agaçante avec ses épisodes qui se finissent en deux, reste une bonne saison, devant laquelle on s’amuse beaucoup. Puis Peter Capaldi et sa guitare, comment ne pas l’aimer !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.