octobre 26, 2020

Pirates des Caraïbes – Le Secret du Coffre Maudit

Titre Original : Pirates of the Carribean : Dead Man’s Chest

De: Gore Verbinski

Avec Johnny Depp, Orlando Bloom, Keira Knightley, Stellan Skarsgard

Année: 2006

Pays: Etats-Unis

Genre: Aventure

Résumé:

Dans ce nouvel opus de l’aventure Pirates des Caraïbes, le toujours aussi excentrique pirate Jack Sparrow est confronté subitement à son passé. Treize ans auparavant, Jack signait un pacte avec Davey Jones, le maître des sept mers, dont l’esprit maléfique n’a d’égal que son apparence tentaculaire. En échange de son âme, ce dernier lui promettait le commandement du mythique Black Pearl…
Aujourd’hui, Jones vient donc récupérer sa dette. Mais donner son âme à Jones est sans issue, il n’y a pas de rédemption possible, c’est devenir comme tous les membres de son équipage maudit, un fantôme au physique aussi repoussant que terrifiant. Pour éviter ce sort funeste auquel Jack ne tient pas vraiment, il n’a qu’une solution : retrouver le coffre maudit de Jones où sont cachées les âmes emprisonnées…

Avis :

Issu de l’imagination de certains producteurs peu frileux, Pirates des Caraïbes provient d’une attraction et c’est avec surprise que le film fut un succès fulgurant, rapportant plus de 600 millions en 2003 quand bien même le thème du pirate est en désuétude. Qu’à cela ne tienne, le genre repart de plus belle, et les producteurs se lancent dans une suite qui fera office de pont entre le premier métrage et le troisième, tourné dans la foulée du deuxième. Le problème, c’est qu’il faut trouver des rebondissements dans l’intrigue pour pouvoir faire évoluer les personnages et ainsi proposer quelque chose de nouveau au spectateur tout en respectant l’univers créé et les protagonistes. Un dilemme complexe et que bien des réalisateurs ont eu du mal à satisfaire. Est-ce que le talent surprenant de Gore Verbinski a réussi cet exploit ?

On peut dire que dans les grandes lignes, le job est fait. En effet, Pirates des Caraïbes le Secret du Coffre Maudit est un bon film d’aventure et il est dans la continuité du précédent opus. On peut même dire qu’il lui est supérieur sur quelques points et notamment l’action. Car si le premier film faisait la part belle aux combats navals et au duel au sabre, ce deuxième volet va encore plus loin et propose des combats dantesques dans des situations délicates. Le final est d’ailleurs ultra généreux en action, ne laissant aucune minute de répit au spectateur qui va voir des combats à n’en plus finir, que ce soit sur une roue à aube, sur la plage ou encore en bateau. Encore une fois, les effets spéciaux sont saisissants et l’univers visuel de Verbinski est enchanteur en même temps qu’il peut créer de l’effroi. Davy Jones, le grand méchant de ce volet, est un être mi-homme mi-poulpe et les effets visuels sont absolument sublimes. Ils n’ont d’ailleurs pas pris une ride en dix ans de temps et le design des protagonistes est juste sublime. Comment oublier l’homme requin-marteau ou encore ce personnage complètement ancré dans la coque du bateau et dont le cerveau sort à moitié lorsqu’il tente de s’extirper du bois. Bref, le film est plus généreux que le premier métrage au niveau de l’action et des scènes spectaculaires.

On peut aussi féliciter le script du film qui, même s’il n’est pas parfait, permet de faire évoluer logiquement tous les personnages du film. Et surtout Will Turner (Orlando Bloom) qui va retrouver son pirate de père et va alors devenir le fer de lance de ce film, l’accélérateur de péripéties. Même Elizabeth Swann (Keira Knightley) va prendre de l’épaisseur dans ce métrage, jouant un jeu trouble avec les deux personnages masculins et s’affirmant comme une femme forte qui sait se défendre, malgré un léger moment qui ne sert à rien, lors du final sur la plage, quand elle décide de s’écrouler par terre pour faire cesser un combat. Mais le plus intéressant demeure la relation entre les deux tourtereaux qui va évoluer d’une manière inattendue et relativement bien trouvée. En effet, le doute va s’immiscer doucement dans la tête de Will à cause d’un Jack Sparrow roublard et dragueur et qui va semer le trouble dans son couple. Le pirate demeure lui un peu en retrait, même si on explore son passé au travers de Davy Jones et que l’on apprend qu’il a passé un pacte. Néanmoins, ce ressort scénaristique demeure assez obscur et ne sera qu’une raison de plus pour rajouter de l’action, tout comme l’arrivée du Comodor et sa volonté de regagner les faveurs de ses pairs.

L’autre défaut du film, c’est qu’il est bien trop long. Si un film est bien fait, ce n’est logiquement pas un problème, mais il aurait mérité d’être raccourci d’au moins un gros quart d’heure. Le métrage possède un ventre mou en son milieu qui fait que l’on peut décrocher. La faute à un scénario parfois obscur et qui n’est finalement qu’un récit d’accumulation et la recherche d’un trésor pour sauver le plus célèbre des pirates du septième art. On regrettera que le film ne cherche pas à aller plus loin que le simple clin d’œil à l’opus précédent ou au monde de la piraterie avec notamment Le Hollandais Volant ou encore la présence du Kraken. Rien de bien méchant donc, mais on sent que les scénaristes en ont encore sous le pied et qu’ils se réservent pour des suites à n’en plus finir afin d’engranger un maximum d’argent sur une licence juteuse qui plait aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Au final, Pirates des Caraïbes – Le Secret du Coffre Maudit est un très bon film et un excellent blockbuster. Le problème, c’est qu’à force de vouloir faire plus gros et plus lourd que le premier, le film se prend un petit peu les pieds dans le plat et livre une intrigue pataude qui joue à fond la carte de la surenchère. Fort heureusement, l’univers visuel de Gore Verbinski et sa capacité à manier la caméra sont d’une qualité exceptionnelle, tout comme les effets spéciaux qui sont grandiloquents et qui tiennent encore la route plus de dix ans plus tard. Bref, un blockbuster familial et puissant qui continue à dominer le monde de la piraterie au cinéma, sans aucune concurrence.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.