Simpatico

De : Matthew Warchus

Avec Nick Nolte, Jeff Bridges, Sharon Stone, Catherine Keener

Année: 2000

Pays: Etats-Unis, Angleterre, France

Genre : Policier, Drame

Résumé :

Après avoir fait les quatre cents coups ensemble au temps de leur jeunesse, Carter et Vincent ont pris des chemins divergents : le premier est devenu immensément riche, le second subsiste à coup d’arnaques en tout genre. Un beau jour, Vincent appelle Carter pour lui demander un service. Ce dernier accepte, ne sachant pas à quoi il s’expose…

Avis :

Matthew Warchus est un cas assez particulier, car on ne sait quasi rien du réalisateur. On ira même jusqu’à dire que le réalisateur est un mystère, puisque après avoir réalisé « Simpatico« , il ne reprendra pas la caméra avant l’année 2015 où il réalise « Pride« , un petit bijou qui a créé la surprise et avait même remporté un prix au prestigieux Festival de Cannes.

Donc aujourd’hui, on s’arrête sur « Simpatico« , film au casting rêveur où se côtoient Jeff Bridges, Nick Nolte, Sharon Stone et Albert Finney. Avec un casting comme celui-là, nous avions bon espoir de trouver un film intéressant, mais finalement, on a vite déchanté, puisque c’est un drame malade. Un drame brouillon et ennuyant qui n’arrive pas à intéresser par ses événements. Et cette petite heure quarante-cinq est devenu alors un long moment… Dommage.

Vinnie et Carter ont été très amis à une époque, et même si aujourd’hui ils sont en contact, la vie les à amener sur des chemins différents. Vinnie vit dans le chaos de sa parano, quant à Carter, il est un brillant homme d’affaires.

Un matin, Vinnie appelle Carter à l’aide. Ce dernier quitte tout pour aller porter secours à son ami. Et c’est en lui portant secours que le passé va resurgir et que sa vie, comme celle de son ami, ou encore d’autres personnages, va être bousculée.

« Simpatico« , c’est l’histoire d’un remord et d’un regret, celui d’un vol commis bien des années plutôt et qui hante tous les personnages, qu’ils en soient conscients ou non. Avec ce premier film, Matthew Warchus nous entraîne donc dans un drame qui ressemble à un immense puzzle, dont la mise en scène va rassembler les pièces petit à petit pour finalement nous révéler le pourquoi, le comment et le qu’est-ce qu’on fait pour la suite…

L’idée de « Simpatico » est loin d’être mauvaise, et quand on en comprend les grandes lignes, il était évident qu’elle pouvait être racontée et qu’elle pouvait même donner naissance à un très beau drame.

Mais voilà, ici, il n’y a que l’idée qui est bonne, car pour le reste, Matthew Warchus a bien du mal à mettre en place le tout et surtout à nous intéresser sur ce qu’il nous raconte. Problèmes de rythme, d’ellipses, d’intrigue et de personnages, « Simpatico » peine vraiment à nous accrocher.

L’histoire, pour garder du mystère, est volontairement déconstruite et on a du mal à se guider sans la narration. Le rythme lent et les longueurs donnent encore plus de raison de rester sur le carreau. Le tout apparaît comme brouillon et confus, et parfois même incohérent. Et peut-être même plus agaçant encore, puisque toute l’intrigue dans le passé, à savoir le comment et le pourquoi, n’arrive pas à nous captiver. Les personnages, pourtant excessivement bien tenus (pour ceux dans le présent), n’arrivent jamais à nous toucher et on se rend compte qu’on se fiche pas mal de ce qui peut leur arriver. Alors de là à faire l’effort de savoir pourquoi ça leur arrive, c’est encore plus demandé et l’on n’en a pas vraiment l’envie.

« Simpatico« , c’est aussi un film où l’on se demande quelle ambiance le réalisateur a voulu créer, car il n’y en a pas vraiment. Le film oscille entre plusieurs styles et l’on se demande où il va. Parfois lent, d’autre fois trop rapide et d’autres fois encore en roue libre. Bref, peut être que le projet était trop ambitieux pour Matthew Warchus dont c’était le premier film et c’est peut-être à cause de ce résultat que le réalisateur n’a plus touché une caméra pendant une quinzaine d’années.

« Simpatico » avait donc tout pour être intéressant. Des acteurs géniaux, d’ailleurs, ils sont très bons, particulièrement Nick Nolte. Une histoire qui pouvait donner naissance à un drame somptueux et désespéré de remords, mais finalement, c’est un film bancal, malade et confus qu’on trouve là. Un film qui ennuie, dont les personnages n’arrivent pas à nous toucher. Bref, une belle déception.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net