octobre 29, 2020

Penny Dreadful Saison 1

D’Après une Idée de : John Logan

Avec Eva Green, Josh Hartnett, Timothy Dalton, Harry Treadaway

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 8

Genre: Fantastique

Résumé:

Dans le Londres de l’époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d’Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population…

Avis :

Penny Dreadful est une série sombre mais tout à la fois belle et poétique. Les personnages ont tous un caractère bien étudié, une allure incroyablement effrayante et attirante, une élocution parfaite et une culture riche. Chacun, à sa manière, est mystérieux et nous touche profondément.

La série nous plonge dans le Londres des années 1890. Une menace invisible touche la ville. Certaines personnes, au courant de ces choses étranges, vont tout essayer pour enrayer cette menace.

Les décors sont époustouflants et vibrants de vie et de noirceur. On a vraiment l’impression de regarder un documentaire sur un Londres victorien malfamé et bien reconstitué. Certaines scènes se passent de dialogue pour nous laisser admirer cette ambiance et cette atmosphère unique. Les musiques misent en œuvre pour nous accompagner dans notre voyage sont aussi sublimes et bien ancrées dans le moment de l’histoire. Les costumes des femmes et des hommes sont magnifiques et resplendissants. La série a mis un point d’honneur à nous faire rêver tout en utilisant des détails et faits historiques avec un niveau de recherche et d’authenticité proche de la perfection. Les mœurs de l’époque sont également bien présentées, horripilant parfois ou atterrant même le spectateur.

Le jeu des acteurs est, en plus, à la hauteur de toute cette mise en scène. Eva Green joue Vanessa Ives, le personnage féminin principal de la série. Cette jeune femme mystérieuse possède des dons mystiques, des pouvoirs surnaturels qui la tourmentent et lui gâchent la vie. Elle apparaît dans tous les épisodes et constitue le lien entre tous les autres personnages. Eva Green est extrêmement performante dans ce rôle qui semble lui aller à ravir. Elle nous effraie, nous met mal à l’aise, nous attire et nous fait pitié. Ce personnage complexe est intéressant et donne à la série une véritable force. Josh Hartnett joue Ethan Chandler, un américain qui sait très bien user de la gâchette et que Vanessa embauchera pour l’épauler lors de ses nombreux périples dans des endroits obscurs. Le personnage cache beaucoup de choses et ne se dévoile quasiment pas dans cette saison. On s’attache à lui et à son amour pour la vie. Ses états d’âme font de cet homme un atout majeur pour Vanessa, qui lui sera reconnaissante à de multiples reprises. Timothy Dalton joue Sir Malcolm Murray, un explorateur riche qui a perdu sa fille Mina, la meilleure amie de Miss Ives et qui est prêt à tout pour la récupérer, quitte à entraîner Vanessa dans ses plus noirs desseins. Le personnage est dur et froid mais laisse tout de même parler son cœur à de rares occasions. On en vient à le détester puis à l’apprécier. Les mœurs de l’époque en ont fait un homme bien particulier.

D’autres personnages font leur apparition petit à petit. Ils sont tirés d’une littérature fantastique et d’épouvante que l’on connaît bien. Penny Dreadful porte en effet le nom de revues effrayantes qui coutaient un penny, d’où leur nom et qui intégraient des créatures magiques, démoniaques et horribles de l’époque victorienne. La série fonctionne ici de la même manière, en amenant dans l’histoire des personnages tels que le Docteur Victor Frankenstein et quelques-unes de ses créatures, le professeur Van Helsing ou Dorian Gray, dont le fameux portrait vieillit à sa place. Le Docteur Victor Frankenstein est un personnage captivant, sans cesse tiraillé entre ses désirs d’avancées scientifiques et les principes moraux qu’il bafoue. Un côté poétique sur la vie se dégage de ses apparitions ainsi que de celles de ses créatures, nous faisant rêver mais aussi réfléchir. Il paraît au final comme un jeune homme étrange auquel on peut quand même s’attacher. Le personnage de Dorian Gray n’est pas très développé. Il apparaît surtout comme un jeune playboy cherchant le plaisir avant tout. Aucune allusion n’est faite sur son tableau même si de rares scènes le montrent devant en train de guérir de ses blessures. La série, même si elle met en scène des personnages d’histoires célèbres, n’expliquent rien à leur propos pour ceux qui ne les connaissent pas et ceci est bien dommage.

Le rythme des épisodes est lent, certains dialogues s’éternisant et n’apportant pas beaucoup d’informations pour l’intrigue principale qui traîne en longueur pour des raisons difficilement explicables. Certains épisodes s’intéressent plus à certains personnages ou à leur passé et nous captivent d’emblée, nous permettant de mieux comprendre les rôles de chacun et leurs motivations. Ces épisodes sont tout de même rares. Le rythme de la saison est ainsi très étrange, certains épisodes mettant en scène de longs dialogues et d’autres alternant avec des scènes d’action et de calme plat. Ce côté mystique et lyrique donne des impressions mitigées, entre plaisir réel et ennui mortel. L’évolution des personnages est tout de même intéressante et nous donne envie d’en savoir davantage, Vanessa Ives faisant tout le travail et étonnant presque à chaque fois. Certains passages semblent même en faire un trop et dérangent. Les scènes de conflits sont peu nombreuses mais bien tournées. On y voit apparaître des vampires et autres créatures tout aussi répugnantes. Le sang coule à profusion. Cette atmosphère lugubre est prenante.

La fin de la saison est à la fois attendue et inattendue. L’intrigue principale est bouclée de manière incroyable et des révélations sur certains personnages entrent en jeu. Certaines pistes de réflexion sont aussi données pour la suite. La saison 2 risque d’être aussi surprenante !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.