décembre 5, 2020

Chacun sa Vie – Lelouch Louche

De : Claude Lelouch

Avec Eric Dupond-Moretti, Nadia Farès, Jean Dujardin, Johnny Hallyday

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Ils ne se connaissent pas, mais tous ont rendez-vous pour décider du sort d’un de leurs semblables.
Avant d’être juges, avocats ou jurés, ils sont d’abord des femmes et des hommes au tournant de leurs existences, avec leurs rêves et leurs secrets, leurs espoirs et leurs limites, tous sous un même soleil, chacun avec sa part d’ombre.
Dans une jolie ville de province, le temps d’un festival de jazz, la vie va jongler avec les destins…

Avis :

Claude Lelouch, c’est une institution à lui seul. Depuis l’inédit « Le propre de l’homme » en 1960, il n’a plus jamais éteint sa caméra. Traversant les décennies avec plus ou moins de succès, le réalisateur, qui approche de ses soixante ans de carrière, ne compte pas moins de quarante-six films au compteur, une palme d’or, deux Golden Globe, et même un Oscar.

Deux ans après le joli petit cru qu’était « Un + Une« , l’infatigable Claude Lelouch nous revient avec « Chacun sa vie« , un film choral au casting impressionnant.

Avec ce film, Claude Lelouch, comme il l’a souvent fait, se pose comme un reporter de la vie, filmant une tranche de vie de ses personnages. Le résultat donne un film bordélique et inégal, parfois excellent et incroyablement drôle et touchant et d’autrefois, longuet, anecdotique et labyrinthique. On ressort donc partagés de ce « Chacun sa vie« .

Le destin d’une multitude de personnages au moment du festival de jazz de rue de Beaune. Ces gens ne se connaissent pas, mais tous vont se donner rendez-vous sans même le savoir dans une salle d’audience.

« Chacun sa vie » est donc le nouveau cru de Claude Lelouch. Avec ce film, écrit par Lelouch, le réalisateur nous revient avec une envie de parler de beaucoup (trop) de choses. À travers une multitude de personnages il nous embarque dans une tragi-comédie dont il a le secret.

Si son nouveau film a certes des défauts (on y reviendra), c’est avant tout ses bons côtés que l’on va mettre en avant, car « Chacun sa vie » reste un sacré défi dans son écriture, sa réalisation et son montage. Peuplé d’une bonne trentaine de personnages, qui vont être autant d’intrigues à suivre, Claude Lelouch arrive à faire que l’on ne se perde jamais dans cette immense trame, alors même que cette dernière est bordélique (oui bordélique sera le mot de cette chronique).

Posant sa caméra comme un reporter de rue, Claude Lelouch nous invite à entrer dans les quotidiens de tous ses personnages. Certains d’entre eux seront à des moments cruciaux de leur vie, d’autres à des moments banals, mais pour la plupart, se sont toujours des moments intéressants. Ce qui est très bien avec « Chacun sa vie« , c’est que le film respire la vie justement. Claude Lelouch nous offre une immense fresque imprévisible qui part dans tous les sens. Tour à tour drôle, triste, pathétique, burlesque, injuste, Claude Lelouch nous emporte dans un film où chacun peut se reconnaître, tant ses personnages sont variés. On retiendra principalement un Johnny Hallyday vraiment drôle dans son propre rôle ou bien dans celui d’un sosie de Johnny. On retiendra une Elsa Zylberstein déchaînée, une Julie Ferrier toujours aussi drôle et naturelle, ou encore une belle histoire entre Marianne Denicourt et Christophe Lambert. D’ailleurs, on n’avait pas vu Christophe Lambert aussi bon depuis un bon bout de temps.

Son scénario regorge de moments très drôles, de scènes totalement folles, et pour la plupart du temps, son film fonctionne bien. De plus, entre les lignes, Lelouch pose une bonne réflexion sur la vie, sur l’amour, la musique, l’alcoolisme, le couple, la justice ou encore la médecine. C’est même ces derniers thèmes qui seront les plus importants de son film et particulièrement la justice qui va relier tous les personnages, autour d’un procès. Une réflexion intéressante, sur les gens qui jugent les autres, alors qu’eux-mêmes trainent des casseroles derrière eux.

Mais comme on le disait plus haut, si le film a de très belles qualités, il est aussi parcouru de coquilles et de moments plus ternes, voire inutiles.

Si « Chacun sa vie » est plaisant dans le bordel de son scénario (c’est un scénario qui ressemble au bordel de la vie et dégage un certain charme), ses qualités pourront être aussi ses défauts. Ainsi, il pourra agacer dans le bordel de ce trop-plein d’intrigues, de ce fil rouge qui apparaît approximatif, et tous ces personnages qui donnent l’impression de ne pas savoir où le réalisateur veut nous amener.

Ce bordel agaçant, on ne le retrouve aussi du côté de sa réalisation qui parfois s’avère bien laborieuse (le début est vraiment lourd). On restera déconcerté parfois devant les choix de réalisation. Flashbacks, flashforwards, moments d’interview, comédie musicale, ellipses qui arrivent comme un cheveu sur la soupe, drame, comédie, thriller, Claude Lelouch s’essaie à tous les styles et parfois, on ne comprend pas le pourquoi de tels choix et de telles avancées.

Si le film détient des personnages et des réflexions intéressantes, ce n’est pas toujours le cas aussi. On trouvera des personnages qui ne servent pas à grand-chose, qui apparaissent et disparaissent tout aussi vite (ceux de Mathilde Seigner, Samuel Benchetrit ou Philippe Lellouche sont les plus flagrants). Des personnages qui apporteront aussi des longueurs ainsi que des incohérences et surtout des questionnements et c’est bien dommage, car ce trop-plein de personnages, d’idées et d’intrigues vont abîmer le film en lui-même.

On ressort donc quelque peu partagés du nouveau film de Claude Lelouch.

Aussi sympathique que parfois ennuyant, aussi drôle que lourd, aussi intéressant dans ses réflexions que parfois vide sur certains de ses personnages, aussi audacieux dans les idées de mises en scène que laborieux dans cette même mise en scène, « Chacun sa vie » accumule autant de qualités que de défauts, mais une chose est sûre, chacun pourra se retrouver dans ces personnages et finalement, pour ses bons moments, pour le charme bordélique, les sourires et les rires, les émotions parfois ou encore le réquisitoire final, « Chacun sa vie » dégage un charme plaisant.

Un petit cru inégal, qui mérite toutefois qu’on s’y arrête.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.