octobre 24, 2021

Trainspotting

De : Danny Boyle

Avec Ewan McGregor, Robert Carlyle, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller

Année : 1996

Pays : Angleterre

Genre : Drame, Policier

Résumé :

Les aventures tragi-comiques de Mark Renton, junkie d’Edimbourg, qui va tenter de se séparer de sa bande de copains, losers, menteurs, psychopathes et voleurs.

Avis :

« Trainspotting« , c’est le film qu’on ne présente plus, tant cela fait vingt ans maintenant qu’il convertit toujours plus d’amoureux avec ses histoires, ses images et ses personnages. « Trainspotting » est le deuxième film d’un certain Danny Boyle. Si aujourd’hui, tout comme son film, on ne le présente plus, au moment de sa sortie, Maitre Boyle n’avait à son actif que quelques épisodes de la série télé « Inspecteur Morse » et un petit thriller qui avait fait parler de lui, « Petits meurtres entre amis« .

C’est donc avec ce film que Boyle est sorti brutalement du lot et c’est aussi avec ce film que l’homme nous a révélé toute une génération de comédiens anglais tous plus talentueux les uns que les autres.

Adapté d’un roman du même nom signé Irvine Welsh, avec « Trainspotting« , Danny Boyle a fait bien plus qu’offrir un film déjanté et dramatique sur une bande de drogués d’Édimbourg. Avec ce film, Danny Boyle a su capturer de manière surprenante les années 90. Leurs folies, leur excès, leurs détresses, leurs frustrations, leurs ennuis, leurs espoirs. Boyle emballe le tout et livre un film qui critique aussi bien la société de consommation que la politique conduite ces années-là. Bref, « Trainspotting » est un bijou rare, un pur produit jubilatoire marquant, percutant et indémodable !

Mark Renton est un jeune homme au chômage qui tue le temps et sa jeunesse avec l’héroïne. Avec ses potes, il traîne dans Édimbourg, essayant tant bien que mal de s’occuper. Mark est un garçon qui porte un regard clair, cynique et dur sur sa vie de drogué, mais pourtant, ça ne l’empêche pas de se shooter. Et quand il prend la décision de se sevrer pour aller de l’avant, il sait très bien que ça ne durera pas longtemps. Mark se définit lui-même comme un mec pas bien, mais il compte bien changer et ses dernières aventures, aussi bien tragiques qu’involontairement comiques parfois, vont l’aider à changer de sens et de cap et choisir sa vie.

« Trainspotting« , c’est tout d’abord une réalisation de malade ! C’est un film qui détient une idée à la minute. C’est des plans parfaits, c’est des séquences inoubliables, c’est une réalisation qui fascine autant qu’elle peut déranger parfois, alors même qu’on connaît le film par cœur.

Ici, Danny Boyle nous plonge directement dans l’Édimbourg des années 90 dès l’ouverture de son film. Ouverture on ne peut plus culte d’ailleurs. En l’espace de quelques minutes, Danny Boyle nous offre un condensé de ce que sera « Trainspotting« .

« Trainspotting« , c’est un film qui a une ambiance unique. Une ambiance So Scottish. La ville, les boites de nuit, les rues, les toilettes les plus crades d’Écosse, les gens, les looks… C’est décalé et sérieux à la fois, c’est fun et triste en même temps, c’est absurde et réaliste… Danny Boyle est inspiré et cette inspiration transpire par tous les plans.

« Trainspotting« , c’est une BO toute aussi culte et géniale que le film lui-même. Une Bo rock, une BO pop, une BO électro, une BO qui sent bon la Grande-Bretagne. Une BO où l’on trouve aussi bien des sons d’Iggy Pop que Lou Reed, David Bowie, New Order, Underworld, Blur, Heaven 17, Joy Division … Bref, cette BO est une leçon de bon goût intemporel et c’est avec un plaisir immense qu’elle tourne même en dehors du film.

Comme je le disais plus haut, avec « Trainspotting« , Danny Boyle livre un film qui critique et dénonce la société de consommation (dès son ouverture). C’est un film qui parle du changement du monde, du changement de la société. C’est un film parle de l’ennui, des désillusions des jeunes. C’est un film qui parle de la politique, qui critique ouvertement le régime anglais. Il s’en amuse, s’en moque, pour mieux le dénoncer. C’est un film qui parle évidemment de la drogue, des addictions et du mal que ça fait. C’est aussi un film qui parle de foot, de musique, d’amour, de rêve, de trip, des conversations sur James Bond et le cinéma en tous genres… Bref, c’est un film qui parle avec énormément énergie et de singularité de tous les thèmes qu’il aborde. Bien sûr, on peut lui reprocher d’aborder trop de choses, et de parfois ne faire qu’en survoler certaines, mais Danny Boyle nous séduit, nous touche ou nous éclate à tout instant, et on ne voudrait pas le film autrement.

Puis enfin « Trainspotting« , c’est Ewan Mcgregor, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller, Kevin McKidd, Robert Carlyle, Peter Mullan, Kelly Macdonald, Shirley Henderson, James Cosmo, autant de comédiens qui sont la crème de la crème. Autant de comédiens qui trouvent là des rôles cultes qu’on adore. Des rôles qui nous font autant rire qu’ils sont capables de nous catastropher. Des comédiens aussi charmants que répugnants, mais toujours fascinants et passionnants.

« Trainspotting » est un film passionnant. Indémodable, inoubliable, culte, archi-culte, instantanément culte… Bref, « Trainspotting« , c’est l’un des sommets de la carrière de son réalisateur, mais aussi de ses acteurs ! À voir et revoir inlassablement et pour ceux qui ne le connaissent pas encore, ce film est à découvrir avant tout !

Note : 20/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Y_EI4I4sPCE[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.