Heavy

De : James Mangold

Avec Liv Tyler, Deborah Harry, Shelley Winters, Pruitt Taylor Vince

Année: 1995

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Le Pete & Dolly est un restaurant en bordure d’une route peu fréquentée dans l’Etat de New York. Dolly, veuve nostalgique, en est l’imposante propriétaire, Victor, son fils, spécialiste de la pizza est le chef cuisinier. Obèse et introverti, il vit sous l’envahissante domination de sa mère. Delores, serveuse chevronnée et sexy et Leo le pilier de bar complètent l’ambiance. La vie de tout ce petit monde va être bouleversée quand surgit un jour Callie, ravissante jeune femme un peu paumée, à la recherche d’un job. Victor en tombe fou amoureux.

Avis:

En plus d’une vingtaine d’années, James Mangold a su s’imposer sur la scène du cinéma hollywoodien par sa diversité et surtout la qualité de son cinéma. Passant du cinéma indépendant au blockbuster, passant, du drame au thriller ou au western sans oublier le biopic ou la comédie romantique, James Mangold s’essaie à tous les styles et tous les genres et bien souvent, il en ressort avec les honneurs.

Aujourd’hui, c’est sur son premier film sur lequel on s’arrête. Si le réalisateur va connaitre le succès international avec son deuxième film, « Copland« , porté par un Sylvester Stallone dément, il était intéressant de revenir sur ce petit drame venu tout droit du circuit indépendant américain.

Magnifiquement tenu par Pruitt Taylor Vince, un comédien dont on ne parle pas assez, James Mangold nous livre ici un petit film imparfait mais qui reste charmant et touchant. Un premier film donc qui contient les maladresses d’une première réalisation, mais qui comporte aussi une envie claire et belle de cinéma.

Victor est un jeune homme introverti et peu sûr de lui. Il travaille dans un restaurant tenu par sa charismatique mère Dolly. La vie de Victor n’a rien de trépidante, et la plupart du temps, celui-ci est prisonnier dans une routine dont il ne se rend pas compte. Alors l’arrivée de Callie, la nouvelle serveuse, va mettre un peu de piquant. Belle, pétillante et pleine de vie, Callie, sans le savoir, réchauffe le cœur de Victor et la vie du Pete & Dolly.

Petit film à l’intrigue faite d’émotion et de tendresse, le premier film de James Mangold est un petit moment de cinéma aussi intéressant qu’il est tendre.

Ce qui frappe avec ce premier film, c’est le fait qu’il ne passe pas grand-chose et que finalement, le film tient grâce à la présence et au charme de ses personnages. Ici, James Mangold nous livre une tranche de vie, et un peu comme la vie elle-même, tout n’est pas excitant. Le rythme est lent et il est vrai que parfois l’on va s’ennuyer un peu, mais le réalisateur rattrape toujours son film, en partant sur des ressentis, des émotions et des interrogations concernant son personnage principal. « Heavy« , c’est un moment de cinéma intime, simple et touchant. Un moment de cinéma qui fera sourire, même quand ce dernier est triste. On est touché par la pudeur et la naïveté avec laquelle James Mangold nous raconte son personnage. « Heavy » tire vers la romance, mais on est bien loin des chemins hollywoodiens et ça change un peu de ce qu’on a l’habitude de voir. Et comme le tout n’est pas formaté, il en devient imprévisible. À aucun moment on ne serait dire comment James Mangold va nous faire quitter ses personnages. Des personnages qu’on va quitter de manière très naturelle et simple à l’image de la vie de Victor.

Avec ce film, James Mangold aborde principalement la confiance en soi et l’amour. Victor osera-t-il avouer ses sentiments à la belle Callie ? Comment cela va-t-il se passer ? La déception sera-t-elle au rendez-vous ? On se reconnaît beaucoup dans l’histoire de ce garçon qui ressemble à tout le monde. James Mangold aborde des situations simples et évocatrices et c’est là que « Heavy » trouve son cœur. C’est là que James Mangold, malgré son rythme lent ou ses petites maladresses, arrive à nous tenir en grande partie.

Oui, je dis en grande partie, car l’autre cœur du film, c’est l’interprétation sans faille de Pruitt Taylor Vince, ce gros géant timide et maladroit qu’on va aimer et adorer découvrir tout le long du film. Silencieux, empoté, Pruitt Taylor Vince laisse tout passer à travers son regard triste et amoureux. L’acteur, qui tient pour une fois un grand rôle, démontre là toute l’entendue de son talent et au vu de ce personnage et de la conviction qu’il y met, on ne comprend pas pourquoi des réalisateurs ne lui font pas plus confiance. C’est vraiment un comédien qui mérite de sortir de l’ombre et des seconds rôles qui jalonnent sa carrière.

James Mangold a eu de la chance pour son premier film, car en plus d’un acteur principal génial, il a su réunir un joli casting où l’on trouve la belle Liv Tyler en objet de tous les désirs. On trouvera aussi Debbie Harry excellente en serveuse au franc-parler. On trouvera aussi la grande Shelley Winters pour un rôle de grande gueule charismatique qu’on adore aimer. D’ailleurs, alors que la comédienne a finalemen peu de scènes, elle va se révéler être touchante.

Ce n’est pas un grand film, comme James Mangold va le faire par la suite, mais ce premier film, même avec ses moments ennuyants, mérite qu’on s’y attarde ne serait-ce que pour le portrait tendre que le réalisateur dresse de son personnage. Ne serait-ce que pour la proposition de cinéma très simple et authentique que James Mangold fait, c’est simple, beau, et tendre. « Heavy » est donc une jolie petite découverte. Et une découverte portée par un acteur génial, qui trouve là l’un de ses plus beaux rôles.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net