décembre 5, 2020

Shiri

15239309_1494418937238177_1049719946_n

De : Kang Je-Kyu

Avec Han Suk-Kyu, Choi Min-Sik, Kim Yun-Jin, Song Kang-Ho

Année : 1999

Pays : Corée du Sud

Genre : Action

Résumé :

Ryu, un agent des services secrets de la Corée du Sud, enquête sur une conspiration terroriste organisée par des activistes de la Corée du Nord. Celle-ci souhaiterait déclencher une guerre en faisant exploser une bombe au stade de Séoul pendant que les Présidents des deux pays assisteront à un match opposant le Nord au Sud.

Avis :

Kang Je-kyu, c’est celui qui a relancé dans les très grandes lignes le cinéma Coréen avec le film dont on va parler aujourd’hui, « Shiri« , qui est le deuxième du réalisateur. En fait, il y a un avant et a un après « Shiri » et comme le film connut un petit succès en salle, il permit, là encore dans les grandes lignées, à faire que le cinéma coréen puisse arriver chez nous. C’est après « Shiri » qu’on a vu débarquer des films comme « Memories of Murder« , « Old boy« , « Sympathy for Mr. Vengeance » ou « 2 Sœurs » qui furent les premiers gros chocs venus du pays.

Sorti en 2001 chez nous, mais datant de 1999, « Shiri » est un bon petit film d’action, qui détient un excellent fond politique. Avec ce deuxième film, Kang Je-kyu nous livre un film intéressant, mais qui a aussi mal vieilli et malgré toutes les bonnes intentions et les bonnes idées restantes, il reste un film sympa, qui s’apprécie pour ce qu’il est, mais qui sera très loin des immenses claques que ce cinéma nous a offert depuis.

15231726_1494418933904844_1855757635_o

Les deux Corées viennent de trouver un terrain d’entente, mais il n’est pas au goût de tout le monde. Une organisation vole alors un liquide extrêmement explosif et compte bien commettre un attentat violent avec ce qui plongerait les deux pays dans une guerre. Ryu, un agent des services secrets, est alors engagé pour enquêter sur cette affaire et arrêter ces activistes le plus vite possible.

« Shiri » est donc un film qui s’avère aussi sympathique qu’une petite déception. Film en partie fondateur du lancement du cinéma Coréen, il se retrouve dépassé par ses pairs et « Shiri » fait office de figure pour le moins banale et c’est bien dommage.

L’intrigue s’avère intéressante notamment parce qu’elle détient un vrai fond politique. « Shiri » oppose les deux Corées et aborde des sujets plutôt difficiles, voir couillus, et rien que pour cela, le film mérite d’être vu et retenu. Le film développe aussi de bonnes idées dans l’analyse du terrorisme, le pourquoi et le conditionnement.

Malheureusement, pour le reste, c’est assez convenu, quand ce n’est pas tiré par les cheveux. L’enquête que nous sert le scénario est pas mal, mais on ne peut pas dire non plus qu’elle soit palpitante. Le film se suit avec intérêt, mais on ne peut pas dire qu’il nous entraîne avec perte et fracas, comme ont pu le faire d’autres films du même acabit. On retiendra surtout l’incroyable ouverture, qui s’avère un exemple d’action. Ou encore la confrontation finale, qui malgré le fait que le traitre soit tiré par les cheveux, dans le sens du hasard de l’enquête, n’en reste pas moins dramatique et prenante. C’est peut-être même le seul vrai moment prenant du film dans ses émotions.

« Shiri » offre de l’action comme on en voulait. Si certaines scènes ont quelque peu vieilli, beaucoup d’autres sont assez démentes. Le film ne lésine pas sur les moyens et à travers ces scènes d’action, on peut entrevoir ce que le cinéma Coréen nous offrira par la suite. Même si cela a vieilli, même si c’est parfois mal amené, dans sa dimension, dans son ambition ou sa démesure (l’ouverture de film est on ne peut plus bluffante), on sent bien qu’il y a une façon de faire toute différente et que « Shiri » ouvre des portes.

« Shiri« , c’est aussi des acteurs qui sont depuis des incontournables du cinéma coréen. Et avant même aborder des rôles et des acteurs plus importants dans l’intrigue, c’est avec un immense plaisir qu’on trouve Choi Min-sik qui tient là un rôle un peu caricatural, mais qui pourtant s’avère presque jouissif dans sa détermination. Puis, Choi Min-sik en méchant, ça ne se refuse pas, et ça même quand il est caricatural. On trouvera aussi Han Suk-kyu dans un bon rôle ou encore Song Kang-ho dans un petit rôle, mais comme on aime l’acteur, on ne peut que le remarquer. On donnera aussi une bonne mention Kim Yoon-jin, qui malgré un rôle qui ne tient pas la route dans son twist, reste très bonne et badass à souhait.

15271270_1494418943904843_882694487_o

« Shiri » est donc un film devant lequel on passe un petit moment sympathique. S’il est vrai que le film a vieilli, qu’il souffre de la comparaison, qu’on ne devrait pas faire, avec d’autres films du cinéma coréen, il n’en reste pas moins un film intéressant à plusieurs points de vue et à ne surtout pas oublier, car il est en partie le vecteur d’un cinéma qui ne cesse de grandir et de s’imposer sur le devant de la scène et rien que pour ça, « Shiri » mérite tout le respect qui lui est dû.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.