octobre 28, 2020

Imperium

14371907_1418554851491253_1476457659_n

De : Daniel Ragussis

Avec Daniel Radcliffe, Toni Collette, Tracy Letts, Sam Trammell

Année : 2016

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Un agent du FBI infiltre un groupe de suprématistes pour empêcher un attentat.

Avis :

Encore un nouveau nom découvert via le Festival de Deauville. Ce nom, c’est celui de Daniel Ragussis, dont « Imperium » est le premier film après avoir planché sur deux courts-métrages.

Réalisateur, scénariste et producteur, Daniel Ragussis se lance ici dans un film fort audacieux pour un premier long métrage. Mélange entre « Les infiltrés » et « American History X« , avec « Imperium« , Daniel Ragussis veut nous plonger dans l’enfer et la complexité d’une mission d’infiltration dans un milieu nazi. Sur le papier, on dit oui sans aucun souci tant le projet est convaincant, mais le résultat à l’écran est bien moins fort qu’on ne l’avait imaginé. « Imperium » reste un bon film qui se suit avec intérêt et qui permet de voir Daniel Radcliffe dans un rôle bien loin de ceux qu’on connaît et qui lui collent à la peau, mais « Imperium« , avec un tel sujet, manque d’implication, de haine et apparaît comme trop lisse, trop propre pour pleinement convaincre. Après, cela reste un premier film et franchement avec une telle ambition et un résultat comme celui-ci, on pardonne à Daniel Ragussis le manque de caractère et l’on espère que le prochain sera mieux.

14331112_1418554998157905_1000198183_n

Nate est un agent du FBI qui se sent quelque peu inutile. Mais pourtant, il va taper dans l’œil de sa supérieure, Angela Zampino, qui voit en lui un énorme potentiel. Elle l’envoie alors en mission d’infiltration dans un groupe de fascistes et nazis. Sachant qu’un attentat est imminent afin de déclencher une guerre de race, Nate devra se rapprocher de l’un de leur leader afin de découvrir et déjouer ledit attentat. Cette mission est des plus périlleuses et surtout des plus dures moralement. Une mission qui pourrait jalonner les convictions de Nate, car malgré le fait qu’il se sait en mission, des amitiés peuvent naître.

« Imperium » est l’un des films les plus excitants qui étaient présentés à Deauville. Proposé dans le cadre d’un hommage à Daniel Radcliffe, on espérait déjà que la séance, au vu de la bande-annonce, serait un uppercut. On imaginait déjà la gifle gracieusement prise, mais le résultat ne fut pas à la hauteur des attentes, car « Imperium » s’est trouvé être un film bien gentillet. Si l’intrigue se tient sans trop de difficulté, si le film se suit sans ennui, on ne peut pas dire qu’on en ressortira chamboulé. Le principal problème de « Imperium« , c’est que son réalisateur a voulu offrir un film grand public, tout en traitant d’un sujet difficile et le résultat est que son film ne fera que survoler le milieu dans lequel il évolue. Alors bien sûr, le piège de trop en faire, de tomber dans la haine totalement gratuite à chaque scène, pouvait être un piège que Daniel Ragussis évite assez bien, mais de là à trop survoler ce milieu en offrant le minimum afin de ne pas choquer n’était pas la solution. Avec ce choix, « Imperium » devient un divertissement sympathique, qui détient une bonne mission d’infiltration, qui détient une bonne intrigue qui se suit, mais qui ne se ressent pas, notamment des moments assez tendus ou encore quelques réflexions intéressantes sur la frontière entre le boulot et ses convictions. Comment un tel milieu peut agir sur son infiltré ? Et c’est bien le tout, puisque pour le reste, hormis le fait que ce soit Daniel Radcliffe qui tienne le haut de cette affiche et qu’il trouve un rôle très loin des autres, on ne se souviendra pas plus que ça de ce « Imperium« . Même si l’intrigue se tient, le réalisateur passe à côté de son ambiance, de l’horreur qu’elle aurait pu être, du malaise qu’elle aurait pu apporter. À aucun moment on ne craint pour le personnage de Nate et ça malgré le fait que sur certaines conversations le doute peu s’installer. On sait très bien que son personnage ne craint rien avant la fin et c’est dommage. On aurait adoré être pris à la gorge et bousculé comme Tony Kaye l’avait fait avec son « American History X » ou encore comme Henry Bean l’avait fait avec son « Danny Ballint » (un film plutôt méconnu qu’on conseille fortement soit dit en passant), mais à la place de ça, on trouve un film pépère et c’est bien dommage.

Par contre, là où le film de Daniel Ragussis est particulièrement intéressant et réussi, c’est dans la façon qu’il a de présenter les médias et la parole libre. Le personnage joué par Tracy Letts est un homme public qui est capable des pires horreurs vocales et c’est très intéressant de voir qu’il a le droit de tenir de tels propos, sans qu’il y ait toute une polémique derrière et c’est assez « drôle » de voir ceci. Dans un sens, sur certains points, il pourrait rappeler Trump et ses dérapages. Ce choc des cultures est donc intéressant en tout point.

Enfin, on ne peut pas évoquer « Imperium » sans faire un arrêt sur Daniel Radcliffe. Même si le film n’est pas aussi prenant qu’on le voulait, qu’il n’est pas aussi bon qu’on le voulait, on reconnaît toutefois que Daniel Radcliffe est bien convaincant dans ce rôle d’infiltré. C’est un rôle difficile que l’acteur empoigne avec conviction et courage. À noter qu’il a de très belles scènes avec Tony Collette, elle aussi très crédible dans le rôle de sa supérieure et agent de liaison.

14348736_1418554958157909_1590000299_n

« Imperium » est donc un bon film, qui jouit d’une bonne enquête et d’un acteur très convaincant. « Imperium » reste un film appréciable et devant lequel on passe un bon moment. Mais on reste toutefois déçu. Daniel Ragussis avait de l’ambition et c’est dommage qu’il ne soit pas parti plus loin et plus profond, car finalement, son « Imperium » restera dans les mémoires pour Radcliffe en skinhead et non pour sa descente dans l’univers de ces gens-là. C’est dommage.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.