octobre 28, 2020

Infiltrator – Inside Escobar

14172087_1408912655788806_709742592_n

Titre Original : The Infiltrator

De : Brad Furman

Avec Bryan Cranston, Diane Kruger, John Leguizamo, Benjamin Bratt

Année : 2016

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

L’agent fédéral Bob Mazur a pour mission d’infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s’inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

Avis :

Brad Furman est un réalisateur américain à la carrière débutante, mais qui s’est déjà fait remarquer grâce de son deuxième film, « La défense Lincoln« , film qui marqua le début de la résurrection de la carrière de Matthew McConaughey. Baignant dans une ambiance de policier et de drame, Brad Furman avait sorti dernièrement « Players« , un film porté par Justin Timberlake et Ben Affleck qui avait moyennement convaincu les foules.

Depuis ce semi-échec, le réalisateur s’était fait discret, prenant le temps de son retour. Et c’est trois ans plus tard que le réalisateur nous revient avec un projet des plus alléchants puisque cette fois-ci, c’est en compagnie du grand Bryan Cranston que le réalisateur se lance sur les traces d’un homme qui essaya de faire tomber le légendaire Pablo Escobar. « Infiltrator » est donc un film qui offre beaucoup de promesses, mais les tient-il ? Et bien la réponse se trouve entre le oui et le non, partagé entre deux sentiments, car si le film est un bon divertissement, il reste quelque peu décevant, car il manque de caractère et l’on attendait quelque chose de plus sombre.

14203595_1408912905788781_1428113686_o

Les Etats-Unis au début des années 80. Un agent du FBI spécialisé dans les missions d’infiltration se voit infiltrer le clan de Pablo Escobar. Il rentre par une petite porte, mais très vite, il gravit les échelons pour atteindre les sommets du réseau. Mais plus il prend de l’importance dans le réseau et plus son rôle est difficile, car la frontière entre son travail et l’amitié devient compliquée à gérer.

Si certains pourront toujours râler par le manque d’originalité dans le domaine de la mafia, puisque Brad Furman se lance dans un énième film sur Pablo Escobar, il n’empêche que le sujet reste toujours intéressant à traiter et qu’on est loin d’en avoir fait le tour.

Avec « Infiltrator« , Brad Furman se lance donc dans un film qui infiltre l’organisation d’Escobar en retraçant l’histoire véridique d’un agent du FBI qui fit tomber une grosse partie du réseau du parrain de la Colombie. Quand on découvre « Infiltrator« , on découvre un film qui fait honnêtement son travail et remplit plutôt bien son cahier des charges. Brad Furman nous avait vendu un film d’infiltration, de faux-semblant et de jeux de manipulation et c’est bien ce qu’est son « Infiltrator« . Mais malheureusement pour lui, et même si l’on y a pris plaisir à le suivre et le découvrir, on attendait et on aurait aimé que son film soit bien plus tendu, plus dur, plus âpre, et plus sombre et surtout qu’on craigne pour ses personnages. Car malheureusement ici, ce n’est pas le cas. Non pas que l’intrigue soit mauvaise, loin de là, ou encore que le réalisateur et les acteurs ne mettent pas du cœur à l’ouvrage, ici tout se tient et plus particulièrement l’intrigue qui est une bonne descente dans la paranoïa de l’infiltration et le stress qu’elle peut apporter, mais derrière toutes ces qualités, on ne peut que constater que le film parait bien trop propre à l’image et qu’il manque un vrai univers, une vraie force de caractère pour passer du petit divertissement sympa au film marquant qu’on avait envie de voir et de retenir.

En plus d’un manque de caractère, « Infiltrator » est un film qui est assez mou dans sa mise en scène. Si on ne peut rien dire sur l’ambiance très années 80 qui est impeccablement reconstituée, Brad Furman nous offrant un vrai film de costume qui fait plaisir à voir, on ne pourra pas passer à côté des baisses de régime dans l’intrigue qui s’attarde parfois et traine quelque peu en longueur. Des longueurs qui sont aussi apportées par le manque de surprise. On aurait aimé être bousculé tout le temps et trouvé un thriller étouffant, et ce qui est frustrant, c’est que Brad Furman y arrive régulièrement pendant son film, mais pas assez pour rendre son film passionnant et captivant.

Par contre, là où Brad Furman a totalement réussi son film, c’est du côté du casting, car c’est avec plaisir qu’on voit qu’il ne tombe pas dans le piège du délit de faciès. Avec un film sur Escobar, ou du moins sur l’infiltration de son réseau, on pouvait craindre le film de latinos à gogo et la caricature, comme bons nombres de réalisateurs ont pu tomber dans le piège. Heureusement ici ce n’est pas le cas et « Infiltrator » est terrible dans son casting, car entre un Bryan Cranston au top dans la peau de cet agent infiltré, une Diana Kurger crédible et charmante, un Benjamin Bratt excellent, un John Leguizamo assez dingue et des rôles pas mal du tout qui sont réservés pour Joseph Gilgun, Amy Ryan et la trop rare Elena Anaya, on prend plaisir à découvrir ce acteurs.

14249168_1408913312455407_1087027367_n

Bon polar doté d’une histoire intéressante, d’autant plus qu’elle est en partie véridique, « Infiltrator » est un bon moment de cinéma, à condition de ne pas trop en attendre. Brad Furman arrive à intéresser sur tout le long de son film, malgré les longueurs qu’on peut y trouver. De plus, « Infiltrator » apporte une bonne réflexion, abordant parfois des sujets assez forts, comme les amitiés naissantes et les sentiments qui peuvent apparaitre envers certaines personnes. Il est vraiment dommage que Brad Furman n’ait pas donné à son film l’ambiance brute et percutante qu’il méritait, car quand ce réalisateur y arrive, par moments, « Infiltrator » devient vraiment prenant.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.