octobre 29, 2020

H.P Lovecraft – L’Affaire Charles Dexter Ward

affaire-charles-dexter-ward

Résumé :

Passionné par le passé, le jeune Charles Dexter Ward entreprend des recherches sur un de ses ancêtres : Joseph Curwen. A la fin du XVIIIè siècle, cet aïeul semble s’être livré à d’étranges études qui, combinées à sa longévité impressionnante, ont suscité la méfiance des habitants de Providence. Au fil de ses trouvailles, Charles Ward fait preuve d’une fascination inquiétante, mettant en péril sa santé mentale et physique.

Avis :

Avant de commencer toute critique, il est important de savoir un peu l’histoire de l’auteur et son cursus. Surtout que tout le monde connait Lovecraft, notamment Chtulhu, puisque cette œuvre a été déclinée en de nombreux supports, comme les jeux de rôle ou encore les jeux de plateau. Howard Phillips Lovecraft est donc un auteur de nouvelles horrifiques qui ont été écrites entre 1917 et 1935. Outre l’appel de Chtulhu, le monsieur va écrire d’autres histoires absolument énormes comme la couleur tombée du ciel ou encore Celui qui chuchotait dans les ténèbres. Personnage surdoué mais profondément mystérieux, Lovecraft ne gagnera jamais vraiment sa vie malgré la teneur profonde de ses romans à l’heure actuelle. L’affaire Charles Dexter Ward, petite histoire d’une centaine de pages montre une fois de plus que cet homme aurait du connaître un succès phénoménal.

L’histoire de ce livre est relativement intéressante et montre que Lovecraft est capable de manier horreur et récit scientifique de manière exceptionnelle. Il faut dire que le livre est écrit comme un rapport, un compte-rendu complet des états par lesquels va passer le jeune Charles Dexter Ward, jusqu’à une finalité abrupte et horrifique. Il s’agit ici de décrire le comportement d’un homme, recherchant son passé et se fascinant pour un ancêtre pas très recommandable. Jouant à fond la carte de la dualité entre découverte ancestrale voir primitive et modernité, Lovecraft se lance dans un récit lugubre où la folie mentale et la transformation physique ne font plus qu’une. Toujours verbeux, le texte n’est pas facile à lire, néanmoins, il demeure plus facile d’accès qu’un appel de Cthulhu et l’histoire que l’on a, a le mérite d’avoir une fin symbolique. On sait que cet écrivain n’aimait pas la modernité et il le prouve avec ce récit, qui montre que la science, quand elle va trop loin, peut avoir des effets vraiment néfastes. Il montre aussi l’incapacité de l’être humain à mesurer ses actes et que finalement, nous ne sommes que des grains poussière face à l’immensité spatiale. On peut voir ainsi un homme vaincu pour des démons invoqués, grands anciens superbes, indescriptibles, au pouvoir incommensurable et qui piège son invocateur. Lovecraft montre aussi la méfiance des gens, leur incapacité à se supporter les uns des autres, et cette forme d’égoïsme, encore plus d’actualité aujourd’hui, est écrite sur un ton acide, acerbe, avec presque une violence cachée et on ressent son profond dégout pour l’espèce humaine se sentant au-dessus des autres. En ce sens, cette histoire ne se démarque pas des autres récits de Lovecraft. Mais l’autre force de ce livre, ce sont les passages vraiment effrayants, comme la découverte du sous-sol de la maison, plein de créatures immondes, d’odeurs putrides, de décors suintants, tout cela instaure une véritable terreur au lecteur, à un tel point que l’on est hypnotisé par le texte et qu’il est impossible de s’arrêter. Le seul défaut, qui est propre à Lovecraft, c’est ce style si lourd, ce ton si verbeux, où il faut 4 voir 5 adjectifs qualificatifs pour décrire un coin de table ou un mur délavé. C’est parfois très pénible et la lecture se fait beaucoup moins fluide. Cela dit, une fois accoutumé à ce style, on y revient facilement, un peu comme avec George R.R Martin dans un autre style.

Au final, L’affaire Charles Dexter Ward est un petit livre fort passionnant, mais également très effrayant. Proposant un récit sous la forme d’un compte-rendu médical, Lovecraft pose des bases solides sur tout ce qu’il déteste dans la nature humaine et propose une vision nihiliste de la science et des chercheurs en général. Il montre aussi que nous ne sommes rien sur cette Terre et cela fait parfois du bien de lire quelqu’un de sensé, qui nous recadre avec ce que nous sommes vraiment : des êtres profondément égoïstes, destructeurs et misérables.

Note : 15/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « H.P Lovecraft – L’Affaire Charles Dexter Ward »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.