Troisième Etoile à Droite

12087426_1174777455868995_390801586_n

Titre Original: Third Star

De : Hattie Dalton

Avec Tom Burke, Benedict Cumberbatch, Hugh Bonneville, JJ Feild

Année: 2010

Pays: Angleterre

Genre: Comédie, Drame

Résumé :

James et ses proches amis de toujours poursuivent un voyage malavisé le long des côtes maritimes du Pays-de-Galles. Dans cette aventure touchante et comique, l’amitié, l’héroïsme et l’amour vont se côtoyer.

Avis :

Hattie Dalton, encore un nom inconnu. Réalisatrice anglaise, « Third Star » est son premier long métrage. Après avoir travaillé sur des films tels que « Chronique d’un scandale« , « Layer Cake » ou « Quicksand  » comme assistante, la jeune réalisatrice va faire trois courts-métrages pour enfin arriver, en 2010, au long. Un long-métrage passé complètement inaperçu à l’époque. D’ailleurs, il n’est pas arrivé chez nous et si aujourd’hui, cinq ans plus tard, il arrive, c’est grâce à l’ascension de Benedict Cumberbatch. Du coup, tous les films qu’il avait faits avant « Sherlock » sont en train de refaire surface et ainsi, on peut en profiter pour découvrir ce métrage qui sort chez nous sous le titre de « Troisième étoile à droite« .

12083708_1174777555868985_1147184468_n

James fête ses vingt-neuf ans tout en sachant que ce sera son dernier anniversaire, car James est atteint d’un cancer et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Si pour l’instant les antidouleurs et les médicaments font leur travail, James sait que d’ici peu, il ne pourra plus rien faire d’autres que d’attendre la mort, alité. Alors en guise de cadeau d’anniversaire, James demande à se rendre à la baie de Barafundle aux Pays de Galles, qui est l’endroit qu’il préfère sur Terre. Ce voyage sera l’occasion d’une dernière virée entre potes avant que la vie et la mort ne les séparent. Ce voyage sera aussi l’occasion pour chacun d’eux de livrer certains secrets et faire le point sur sa vie.

Ce n’est vraiment que lorsque l’on lit le résumé de ce film, qu’on est en droit de se dire que ce film sera encore un énième métrage sur un cancéreux qui ne demande qu’à vivre. Le genre de film qu’on a déjà vu cent fois, peut-être même le téléfilm de l’après-midi sur TF1. Mais « Third star » est très loin d’être de cet acabit et c’est au fur et à mesure que l’intrigue avance que l’on se rend compte que c’est un film humain, juste, généreux, et pudique.

Avec ce premier film, Hattie Dalton nous livre un grand film sur l’amitié. Car c’est bien de ça dont le film va parler principalement et il va en parler d’une manière incroyable, comme rarement un film l’a fait jusqu’ici. « Third Star« , c’est l’amitié dans tout ce qu’elle a de plus vrai, de plus juste, de plus beau, et surtout de plus sincère. Et j’insiste énormément sur le mot sincère. La sincérité sans aucun tabou, regret, remord, jugement, on peut tout se dire, tout s’avouer, tout se demander, tout se reprocher, tout vivre même l’impossible, sans jamais abîmer cette amitié et c’est le cœur de ce film, qui va nous emmener dans des virtuosités d’émotion, passant d’une scène à l’autre, et même parfois en plein cœur de ses scènes, du rire aux larmes. Magnifique de justesse, l’écriture est fabuleuse et les dialogues sont de véritables bijoux qui évitent avec brio le pathos. L’émotion ressentie vient des instants vécus, vient des acteurs, vient des dialogues, mais à aucun moment, elles ne sont appuyées par sa réalisatrice. D’ailleurs, je dois préciser que certaines conversations m’ont bouleversé comme rarement des dialogues m’ont bouleversé. C’est bien simple, la dernière fois que j’ai réagi ainsi face à un film, c’est devant « boy A » et « Alabama Monroe« .

Quand on entre dans « Third Star« , d’emblée la bonne humeur de ce dernier voyage, malgré la maladie, fait qu’on se sent bien. On a envie de les aimer ses quatre potes qui partent pour des derniers instants de rire et d’insouciance. Le début du film est extraordinaire dans ce sens. On passe tout le temps à sourire et rire face aux conneries qu’ils peuvent faire et l’envie unanime de s’éclater et d’oublier, l’espace de quelques jours, cette foutue maladie. Puis, sans que l’on s’en rende vraiment compte, et c’est là le génie de la réalisatrice, le film bascule dans le drame. Chacun doute face à ses problèmes et s’adapte comme il le peut à l’issue fatale de leur ami d’ici quelque mois. Hattie Dalton fait monter l’émotion petit à petit, dégradant les relations, mais en gardant un certain espoir et une bonne humeur. Et le final est une apothéose parfaite et libératrice qu’on ne voit pas arriver. C’est stupéfiant ce que cette femme a réussi à faire en un seul film et l’on se demande avec injustice pourquoi « Third Star » n’a pas eu sa chance dans les salles obscures, car il la méritait.

Le film est aussi magnifique à regarder, car il est baigné dans les paysages du Pays de Galle. Des paysages à couper le souffle, qui donne tant de relief à cette échappée belle. Le film ne serait certainement pas le même sans ces paysages qui finissent par être comme un personnage du film, tour à tour amusant et inquiétant, ou libérateur, quand on arrivera enfin à cette fameuse baie. De plus, ces paysages et l’histoire sont bercés dans une lumière naturelle sublime et un son magique laissant une belle part à la nature, à l’océan, mais aussi à l’amusement avec sa BO parfaite.

Puis enfin, il y a ces quatre mecs plus vrais que nature. Même Benedict Cumberbatch, qui commence à avoir une très belle carrière, n’a jamais été aussi sincère et émouvant. Son envie de vivre et la façon qu’il a de jouer l’espoir et le désespoir est incroyable. Tous ses potes sont terriblement attachants, mais j’avoue avoir trouvé JJ Feild, qui joue Miles, bouleversant, peut-être même plus que Benedict. La sincérité, la honte et le malaise qu’il a face à la maladie de son ami m’a laissé en miette.

12087440_1174777539202320_443839088_n

Encore une fois, ce film prouve le génie des Anglais à faire des films forts, intenses et justes. Encore une fois, Hollywood et son armée d’effets spéciaux sont très loin d’égaler ces petits chefs d’œuvre qui passent totalement inaperçu mais qui finissent par trouver nos rayons.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net