octobre 27, 2020

Hawking

11733474_1126402254039849_602179671_n

De : Philip Martin

Avec Benedict Cumberbatch, Michael Brandon, Tom Hodgkins, Christian Rubeck

Année: 2004

Pays: Angleterre

Genre: Biopic

Résumé:

L’histoire des recherches du physicien Stephen Hawking sur l’origine de l’univers.

Avis :

Après deux documentaires, Philip Martin se lance dans son premier film. Réalisateur anglais peu connu, Philip Martin fait son petit bonhomme de chemin depuis, œuvrant sur des séries connues comme « Hercule Poirot » et « Tunnel » et s’aventurant dans ses propres films. Malheureusement, il n’arrive jamais à dépasser les rives de la Grande-Bretagne.

Mais alors pourquoi celui-là a finalement pu sortir en DVD chez nous plus de dix ans après sa sortie en Angleterre ? La réponse est simple. Prenez Stephen Hawking, un homme à la vie ô combien cinématographique, dont un film est sorti sur lui en début d’année, « Une merveilleuse histoire du temps » qui a offert l’Oscar du meilleur acteur à Eddie Redmayne. Puis prenez Benedict Cumberbatch, acteur totalement inconnu à l’époque, qui aujourd’hui provoque des émeutes, cherchez dans son passé pour ressortir ses premiers films et hop, le timing est parfait et nous voilà prêt à découvrir ce petit film sympa, qui est resté dans l’ombre pendant toutes ces années.

11733546_1126402447373163_430407629_o

Angleterre, 1963, Stephen Hawking est un brillant étudiant de Cambridge. Un soir comme un autre, alors qu’il regarde les étoiles, dont il rêve de découvrir le mystère, il se retrouve paralysé l’espace de plusieurs minutes. Après des examens, le diagnostic tombe, à vingt et un an, Stephen est atteint de la maladie de Charcot, une maladie dégénérative qui va peu à peu le paralyser et finalement provoquer sa mort. Selon les médecins, il ne lui reste plus que deux années à vivre. Ne se laissant pas abattre par ce pronostique, Stephen se lance alors dans l’étude de la création de l’univers. Il ne le sait pas, mais le résultat de ses recherches va alors le révéler au monde entier.

Le film de James Marsh (Une Merveilleuse Histoire du Temps) sur Stephen Hawking s’intéresse à sa vie complète. De ses études au diagnostic de sa maladie, de son histoire d’amour, de sa vie de père de famille à la progression de sa maladie jusqu’à la reconnaissance de ses pairs et de l’Angleterre, rien n’a été oublié par le réalisateur.

Pour le film de Philip Martin, ce ne sera pas pareil, car le réalisateur s’intéressera plus aux jeunes années du scientifique. Il traitera le début de la maladie bien sûr, c’est inévitable dans le parcours du garçon, mais surtout, il s’intéressera à cette envie de vivre qu’avait le jeune Hawking, qui ne se laissera pas abattre, bien au contraire. Et c’est bien à sa thèse et ce moment où Hawking va percer le secret de l’univers que le cinéaste anglais va mettre en valeur. Ce que j’ai beaucoup aimé en découvrant ce film, c’est qu’il fait office de complément par rapport au film de James Marsh, qui avait beaucoup trop de choses à traiter et ne faisait que survoler quelque peu cette période. Alors bien sûr, j’ai vu les films dans le sens opposé de leur sortie, mais je les prends plus comme un ensemble et j’aime l’idée d’approfondir cet instant. Un instant qui est important dans la vie du personnage, car c’est le moment où tout bascule, mais aussi important pour le monde scientifique. J’aime comment Philip Martin nous le raconte, même si la mise en scène n’est pas incroyable, c’est même plutôt simple et le film manque de souffle ce qui ne le rend pas inoubliable, mais c’est n’est pas pour cela qu’il n’est pas plaisant à découvrir et comme je l’ai écrit, il s’inscrit bien en complément du film sorti cette année.

La période à laquelle s’attaque le réalisateur est donc intéressante et ce qui rend le film deux fois plus intéressant, c’est la composition d’un tout jeune Benedict Cumberbatch, âgé de vingt-cinq ans à l’époque et déjà extrêmement talentueux et mature. Le comédien qui commence à peine porte avec conviction, charme et naturel le film sur ses épaules. Il est touchant, quelque peu arrogant et ne tombe jamais dans la caricature ou encore le misérabilisme. C’est vraiment un plaisir de le voir dans ce rôle. Sa future femme est joliment composée par la belle Lisa Dillon, une petite comédienne que je ne connaissais pas, et qui est convaincante et mériterait même d’être plus présente. Et j’ai pris aussi beaucoup de plaisir à découvrir Anthony Howell, qui incarne un professeur et ami de Hawking.

Reste que les interviews des deux scientifiques qui interviennent régulièrement m’ont agacé, et le film aurait très bien pu s’en passer. Même si leur découverte reste intéressante et liée au travail d’Hawking, chaque fois qu’on revenait à eux, ça me sortait du film. Problème de montage peut-être ?

11733791_1126402367373171_982720808_o

Philip Martin a donc réalisé un film sympa et intéressant qui parfois aurait presque des airs de docu/fiction. Je suis très content de l’avoir découvert, car c’est toujours intéressant de voir et d’apprendre un peu plus sur cet homme, sur son courage, et sa découverte et c’est aussi très plaisant de découvrir le tout jeune Cumberbatch, qui crève déjà l’écran. Alors même si le film est loin d’être parfait, et qu’il ne sera pas inoubliable, c’est un film qui mérite son coup d’œil.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.