octobre 26, 2020

Poltergeist – Maudite Télé

18846052.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Tobe Hooper

Avec Craig T. Nelson, Jobeth Williams, Heather O’Rourke, Beatrice Straight

Année: 1982

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

L’heureuse famille Freeling mène une vie tranquille et prospère dans la petite ville de Cuesta Verde. Cependant, leur maison devient le théâtre d’étranges phénomènes quand des objets commencent à se déplacer et que le sol se met à trembler. Une nuit, la petite Carol Anne disparaît et se met à communiquer avec ses parents à travers la télévision. Les Freeling font alors appel à un parapsychologue.

Avis:

S’il y a bien un film d’horreur qui baigne dans les légendes urbaines, c’est Poltergeist. Il faut dire que le film a connu bien des déboires durant sa production et sa réalisation, tant et si bien que des doutes subsistent sur le vrai réalisateur dudit film. Alors que Tobe Hooper est crédité, il aurait été évincé sur la fin et c’est Steven Spielberg himself qui aurait terminé le projet. Quoiqu’il en soit, Poltergeist tient du miracle dans sa réalisation, et pourtant, il fait partie des impondérables du cinéma d’épouvante. Pourquoi ? Quelles sont les raisons d’un tel succès et d’une telle notoriété ? Le film nécessite-t-il un remake ou doit-on juste y voir un film opportuniste ? Retournons plus de trente ans en arrière pour de quoi il en retourne.

Poltergeist 1982 Réal. : Tobe Hooper et Steven Spielberg Heather O'Rourke COLLECTION CHRISTOPHEL

La famille Freeling est une famille modèle américaine qui coule de beaux jours dans la ville de Cuesta Verde. Néanmoins, leur petite fille, Carol Anne, parle à travers l’écran de la télé, comme si elle voyait quelqu’un ou quelque chose. Un soir, une épaisse fumée blanche sort de la télé. Les ennuis commencent alors pour la famille, puisqu’une foule de phénomènes paranormaux dangereux se déroulent dans leur baraque. Carol Anne disparait alors et seule sa voix résonne à travers l’écran de la télé. Paniqués, les parents font appel à des spécialistes pour sauver leur petite fille. Ils vont alors découvrir des choses terrifiantes par rapport à leur maison et au monde des esprits.

Il est difficile de quantifier l’impact des films d’horreur des années 70/80 sur notre culture actuelle tant certains films sont devenus cultes. On pense bien évidemment à l’Exorciste, mas aussi à Vendredi 13, Carrie ou Les Griffes de la Nuit. Autant de films qui sont passés à la moulinette remake (sauf L’Exorciste, l’honneur est sauf) et qui manquent cruellement aujourd’hui. Poltergeist fait partie de cette grande famille des films qui sont remis au gout du jour mais dans une version édulcorée. De ce fait, il semblait intéressant de se replonger dans l’œuvre originale pour essayer d’en saisir toute l’importance. Et c’est là que l’on voit toute la différence entre les films d’horreur d’avant et ceux de maintenant.

Poltergeist fait un énorme effort de présentation des personnages tout en restant dans une constante ambiance lugubre. On sent une famille soudée, aimante, même si la fille aînée reste un peu en dehors. Sans trop en faire, le réalisateur dresse un portrait lambda d’une famille moyenne mais qui reste heureuse. On se prend d’affection pour eux puisqu’ils ressemblent à n’importe qui et la projection du spectateur est évidente. On sent aussi une certaine profondeur dans les différents personnages, notamment le père, la mère mais aussi le petit frère qui se fait du souci pour sa petite sœur. On remarquera la distance prise avec les autres personnages, notamment les médiums, qui auront un rôle de liant dans la famille, passant alors de l’état de panique à celui de courage. On aura un peu plus de mal avec la médium naine qui apparait à la fin comme un cheveu sur la soupe, mais cela rajoute un mystère non négligeable.

En dehors d’une caractérisation des personnages assez subtile, le film n’oublie pas qu’il doit faire peur. Et c’est là la majeure différence avec les films d’horreur récent, c’est que les jump scare sont absents du film. En effet, Tobe Hooper préfère installer une ambiance pesante, sombre, mystique pour créer un climat tendu perpétuellement. Ainsi, les différentes apparitions ou encore les divers phénomènes paranormaux sont vécus comme des moments forts et importants, touchant au plus près des personnages que l’on aime fortement. D’autant plus qu’ils sont d’une grande variété, jouant avec toutes les peurs que l’on peut connaître, autant enfant (les ombres la nuit, les petits bruits, les clowns) qu’adulte (la perte d’un enfant, le déchirement de sa famille). Alors il est vrai que les effets spéciaux ont pris un gros coup de vieux, mais cet aspect vintage donne du cachet au film et le rend si savoureux. Il ne faut pas oublier aussi que c’est l’une des première fois que l’on explore le côté monde des esprits et que cela demeure une excellente idée, qui sera reprise des années plus tard par un certain James Wan dans Insidious.

18874544.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Poltergeist n’a pas usurpé son statut de film d’horreur culte, faisant partie du panthéon du genre. Réellement flippant et doté d’un rythme soutenu, le film tient en haleine sur quasiment deux heures parce qu’il fait l’effort de montrer des personnages attachants auquel le spectateur peut s’identifier. Le réalisateur (et peu importe qui qu’il soit) a tout compris sur la naissance de l’horreur chez les gens, prenant un sujet simple mais des personnages forts. Un film qui ne mérite pas vraiment de remake tant il se suffit à lui-même. Malheureusement, la loi du marché est implacable et il serait judicieux que tous les jeunes qui se jetteront sur la nouvelle pellicule tentent de voir l’original.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.