octobre 27, 2020

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

10884815_1009510935728982_15119261_n

Titre Original : Harry Potter and the Order of the Phoenix

De: David Yates

Avec Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint, Imelda Staunton

Année : 2007

Pays : Etats-Unis, Angleterre

Genre : Fantastique

Résumé :

Alors qu’il entame sa cinquième année d’études à Poudlard, Harry Potter découvre que la communauté des sorciers ne semble pas croire au retour de Voldemort, convaincue par une campagne de désinformation orchestrée par le Ministre de la Magie Cornelius Fudge. Afin de le maintenir sous surveillance, Fudge impose à Poudlard un nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal, Dolorès Ombrage, chargée de maintenir l’ordre à l’école et de surveiller les faits et gestes de Dumbledore. Prodiguant aux élèves des cours sans grand intérêt, celle qui se fait appeler la Grande Inquisitrice de Poudlard semble également décidée à tout faire pour rabaisser Harry. Entouré de ses amis Ron et Hermione, ce dernier met sur pied un groupe secret, « L’Armée de Dumbledore », pour leur enseigner l’art de la défense contre les forces du Mal et se préparer à la guerre qui s’annonce…

Avis :

La saga « Harry Potter » est en pleine évolution, après deux films de Noël offert par Chris Columbus, la saga a voulu changer de style pour évoluer vers le côté obscur. Le premier à s’y essayer avec brio c’est Alfonso Cuarón avec le très réussi « Prisonnier d’Azkaban« . Puis le réalisateur Mexicain a laissé sa place au britannique Mike Newell pour un épisode sympathique, mais inégal. La saga revient alors en 2007 avec un nouveau réalisateur, David Yates, réalisateur tout aussi britannique que Newell à qui l’on doit par exemple l’excellente série « State of Play« , ou le non moins sympa « Sex Traffic« . Avec « L’ordre du Phénix« , il s’attaque donc à l’œuvre de J.K Rowling et il va faire des petites merveilles avec ce film, que personnellement, je considère comme le meilleur de la saga.

Avec cet épisode, David Yates prend place sur les décors d’ »Harry Potter« . Après le final terrible de « La coupe de feu« , les attentes étaient grandes et le réalisateur avait une lourde de tâche à accomplir. « L’ordre du Phénix » sera un film plus noir que tout ce qu’on a vu, peut-être l’un des plus sombres même de la saga et il marquera une étape, car avec lui, commence la préparation de la confrontation finale.

10901670_1009670755713000_1886588223_o

Lord Voldemort est de retour. Harry le sait, il l’a affronté, mais le ministère de la magie ne le voit pas de cet œil. Pour lui, Harry a tout inventé et celui dont on ne doit pas parler n’est plus qu’un souvenir. Harry se voit donc mis en doute par la communauté de la magie. Alors que le danger est présent et que quelque part dehors, Lord Voldemort commence à rassembler ses forces, Harry retourne à Poudlard pour y faire sa nouvelle année scolaire. Mais un mal sévit à Poudlard. Un nouveau professeur s’installe dans l’école. Ce professeur, c’est Dolorès Ombrage, une femme typiquement British, envoyée par le ministère de la magie. Cette femme est là pour analyser si les règles de bienséance sont appliquées à Poudlard. Mais celle qui devait n’être qu’un professeur de défense contre les forces du mal, va alors très vite s’imposer et devenir la grande inquisitrice de Poudlard. Les règles vont alors changer et Harry et ses amis vont alors devoir les contourner pour apprendre à se défendre contre Lord Voldemort. Car tôt ou tard, une guerre va éclater.

« Harry Potter et l’ordre du Phénix » est un film que j’aime beaucoup, c’est même celui-ci sur les huit films qui me passionne le plus.

J’adore l’intrigue de celui-ci, beaucoup plus sombre sur plusieurs points. Harry se retrouve plus seul que jamais. Je trouve qu’il encaisse énormément dans ce film, il traverse beaucoup d’épreuves qui vont le faire mûrir. C’est comme si ce film était son passage à l’âge adulte, fini l’innocence, fini les rires, Lord Voldemort est de retour et il va falloir s’y préparer. Je trouve qu’il y règne une tension palpable, présente dans chaque scène, même la plus anodine. Et ce que j’aime plus encore, c’est que même si « L’ordre du Phénix » est sombre et tendu, il a su garder aussi une belle touche d’humour (noir) très subtile et torturée, amenée par ce nouveau professeur de défense contre les forces du mal qu’est Dolores Ombrage.

Le scénario est un petit bijou, je parle du film bien sûr, car je n’ai pas encore lu le livre. Il se passe énormément de choses et sur beaucoup de fronts. L’histoire ne nous laisse presque pas de repos. Il se passe toujours quelque chose d’intéressant, il y a toujours un nouveau problème, un nouveau rebondissement, ou encore quelque chose d’amusant. On reste pendu au film qu’on ne voit pas passer et qui nous emmène trop vite à mon goût vers ce final dantesque, qui contribue aussi largement à l’amour que j’ai pour ce film. L’histoire de ce chapitre est assez complexe, et très riche, l’ombre de Voldemort plane au-dessus d’elle en permanence, ce qui apporte aussi beaucoup de caractère et d’imprévisibilité. Le film voit amener beaucoup de changements, on en apprend plus sur le passé de la famille d’Harry et peut-être son futur aussi, ainsi que sur certains professeurs et amis du jeune sorcier. La psychologie d’Harry est mise à rude épreuve. L’intrigue le met face à ses propres démons. Le film est résolument plus adulte. Les rebondissements sont tour à tour trépidants, intrigants, agaçants, inquiétants, mystérieux, mais aussi drôles et divertissants. Même si le scénario s’obscurcit, même si le film devient de plus en plus dur, David Yates n’oublie pas de faire aussi de ce nouvel épisode un film grand public, un beau spectacle et un film divertissant. Un divertissement amené avec panache, et des claques qui se perdent, grâce au personnage parfaitement agaçant de Dolores Ombrage. À la découverte de cette femme, affreuse, il y a de quoi s’énerver. En fait, je peux même dire qu’il y a des méchants dans la saga et il y a Dolores Ombrage, la femme qu’on adore détester. La méchante parfaitement énervante, injuste, qu’on rêve de briser. Imelda Staunton, qui l’incarne, est tout simplement bluffante d’agacement.

David Yates fait de ce film un très beau spectacle avec une ambiance géniale. La réalisation est belle, classe et nerveuse. Le film prend le temps de monter peu à peu et finit par une excellente première confrontation. Les effets spéciaux sont très beaux, bien menés et servent chaque moment de l’histoire. J’adore le style donné aux combats. On ne tombe pas dans le kitsch, ça marche bien et c’est même impressionnant à regarder. On en prend plein les yeux, on frémit, bref, David Yates réussit à nous faire entrer dans le film à 100 %.

Dans cette nouvelle avancée de l’histoire, on voit arriver tout un tas de nouveaux personnages passionnants. C’est vrai que le film est en partie dominé par la fabuleuse Imelda Staunton, mais on découvre aussi la géniale Helena Bonham Carter, dans la peau de la terrible et malfaisante Bellatrix Lestrange. L’actrice est au top dans la peau de cette femme complètement folle de haine. On croirait presque que le personnage a été écrit pour elle. Ralph Fiennes prend ses quartiers dans la peau de Lord Voldemort et l’acteur démontre encore le parfait talent qu’il a à jouer ce méchant. Du côté des gentils, on fait la connaissance de l’un des personnages les plus drôles et envoûtants de la saga. Un personnage assez énigmatique et en décalage par rapport aux autres. Ce personnage, c’est Luna Lovegood, bien campé par Evanna Lynch. La jeune actrice a l’allure presque fantomatique et est captivante dans la peau de cette petite fille.

10912894_1009670719046337_1638040600_n

« Harry Potter et l’ordre du Phénix » est donc pour moi un très bon film. Quand je le regarde, je ne vois pas le temps passer, il m’enchante autant qu’il me fait frémir ce film. Une belle réalisation, une histoire passionnante, des effets spéciaux sublimes et des acteurs au top du top. Ce film, c’est une étape dans l’histoire que David Yates a très bien su gérer. Je comprends donc que le réalisateur ait pu œuvrer jusqu’au chapitre final.

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.