mars 5, 2021

Star Wars III La Revanche des Sith

18423997.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Star Wars – Episode III – Revenge of the Sith

De : George Lucas

Avec : Ewan McGregor, Hayden Christiansen, Nathalie Portman, Christopher Lee, Anthony Daniel, Samuel L. Jackson

Année : 2005

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-fiction

Scénario : George Lucas

Résumé :

C’est la guerre ! La République croule sous les attaques de l’impitoyable Sith, le Comte Dooku. Il y a des héros dans les deux camps. Le Mal est partout. Avec une audace stupéfiante, le Général Grievous, diabolique chef droïde, est entré dans la capitale pour enlever le Chancelier Palpatine, chef suprême du Sénat Galactique. Alors que l’Armée Séparatiste Droïde tente de quitter la capitale assiégée avec son précieux otage, deux Chevaliers Jedi mènent une mission désespérée pour secourir le chancelier captif.

Avis :

Après la déception du second épisode, j’ai mis très longtemps avant de découvrir ce film (un scandale pour un fan comme moi). Je n’avais pas voulu le voir car déçu des deux premiers opus, j’ai préféré garder l’excellent souvenir que m’avait laissé la première trilogie. Mais lors de la sortie dvd, j’ai quand même craqué et ai acheté le film. Mais va-t-il me réconcilier avec la prélogie ?

18832244.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

D’entrée, je me rends bien compte que non ! Pourtant, dès les premières secondes, nous voilà plongé dans le feu de l’action au beau milieu d’une bataille spatiale. Bataille à laquelle on ne croit pas une seconde tant les effets spéciaux sont bâclés. Un comble pour un film qui a nécessité autant de plans truqués (plus de 3000 !). En effet, on a l’impression que cette séquence sort d’un film d’animation tant tout sonne faux.

George Lucas veut nous en raconter beaucoup trop et survole tous ses sujets, surtout lors du dernier acte, le moment clé de la saga où Palpatine fait d’Anakin Skywalker son apprenti et qu’il devient Dark Vador. LE moment clé de toute la saga expédié à la va-vite ! Jusqu’au final on ne peut plus irréaliste dans un volcan de Mustafar. Même John Williams semble s’être fait royalement chier lors de la composition des thèmes du film car absolument aucun ne sort du lot. Il semble s’être contenté de recycler les anciens thèmes des épisodes précédents.

Et ce n’est pas la tentative désespérée de recoller avec la première trilogie qui rehaussera le niveau. Vers la fin du film, on retrouve des décors ainsi que d’autres personnages présents dans l’Episode IV. Mais c’est trop tard, il y a un monde de différence entre les deux trilogies. Différence de qualité, c’est indéniable, mais le souci majeur c’est la différence entre des effets spéciaux numériques omniprésents pour tomber dès l’épisode suivant sur des effets spéciaux « live » faite avec des cordes et des ficelles avec très peu d’effets numériques, idéal pour dégouter les jeunes enfants du matériau d’origine.

On sera content néanmoins de découvrir de nouvelles planètes, comme Mustafar ou encore la planète de Chewbacca, Kashyyyk et ses armées Wookie. On y découvre également le General Grievous, être mi-organique mi-machine.

18832255.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En résumé, cet épisode III est probablement le pire de la saga et confirme ce que je pensais depuis longtemps : si George Lucas a une imagination ultra fertile, il n’en est pas pour autant un bon réalisateur ni un bon scénariste. Le passage de flambeau à l’empire Disney est, selon moi, la meilleure chose qui pouvait arriver à la saga qui a bercé mon enfance. En effet, les deux meilleurs Star Wars sont ceux qui n’ont pas été réalisés par George Lucas : L’empire contre-attaque d’Irvin Kershner (Robocop 2) et Le retour du Jedi de Richard Marquand (L’arme à l’œil). De plus, les studios Disney ont prouvé qu’ils étaient capables de produire des divertissements de qualité (Avengers, Captain America – Le soldat de l’hiver, voire Pirates des Caraïbes) alors que personne ne croyait en eux lorsqu’ils ont racheté Marvel. En plus, le réalisateur n’est rien d’autre que l’un des cinéastes les plus doués de sa génération : J.J. Abrams (Super 8, Star Trek Into Darkness, …). Autant dire que j’attends avec impatience cet Episode VII ainsi que le spin-off que réalisera Gareth Edwards, réalisateur du génial Monsters et du monumental mais incompris Godzilla.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.