mai 25, 2022

Le Créateur

043194_af.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Albert Dupontel

Avec Albert Dupontel, Claude Perron, Frédéric Constant, Laëtitia Lacroix

Année : 1999

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Auteur à succès, Darius voit des affiches annonçant sa nouvelle pièce. Soudain pris de panique, il se rappelle qu’il a oublié de l’écrire…

Avis :

J’adore le cinéma de Dupontel. J’ai aimé tous les films qu’il a tourné et il ne me manquait plus que celui-ci pour être à jour et qu’elle ne fut pas ma grosse surprise à la découverte de son deuxième film, car sur ces films, je viens de découvrir mon préféré, mon coup de cœur, ma claque… Ce film est tout simplement incroyable, génial, amusant. Je suis complètement conquis.

On le savait déjà, mais Albert Dupontel est vraiment un très très bon réalisateur qui sait nous surprendre. Avec celui-ci, j’attends encore plus son prochain !!!!

043194_ph1.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Darius est un auteur à succès. Sa première pièce est une réussite totale, critiques et spectateurs sont comblés. Mais pour arriver à ce résultat-là, Darius a été obligé, pour trouver l’inspiration, de sombrer dans l’alcool.

Quelques mois plus tard, Darius est fin prêt et sort de sa cure. Mais le repos est de très courte durée, puisque Pierre, le directeur du théâtre, lui commande une nouvelle pièce. Comme pour sa précédente pièce, Darius est face à la page blanche et cette fois-ci, l’alcool n’y peux rien. Comment va-t-il faire ? Que va-t-il se passer s’il n’arrive pas à fournir la pièce à temps. C’est par accident qu’il va découvrir son inspiration pour cette pièce en tuant malencontreusement le chat de son voisin.

Et si pour cette pièce, il lui fallait tuer pour trouver l’inspiration ?

Dans la famille du cinéma français, aujourd’hui, je tire la carte « Albert Dupontel« . Comédien, mais aussi réalisateur, il nous offre régulièrement des films hilarants qui mettent un très bon grain de folie dans l’univers parfois trop sérieux de notre cinéma.

Son dernier en date, « 9 mois ferme » a même été l’un des meilleurs succès en salles de 2013, offrant même le César de la meilleure actrice à Sandrine Kiberlain.

Avec son gout prononcé pour l’absurde, la comédie et un petit côté cartoonesque, le réalisateur était de retour en 1999, trois ans après son « Bernie » pour nous offrir « Le créateur« , son meilleur film, surement son chef-d’œuvre. J’attendais un bon film, mais certainement pas à ce point-là.

« Le créateur » est une œuvre folle, brute, intense et profonde, comme seul Albert Dupontel est capable d’en écrire. Le film m’a complètement captivé jusqu’à son générique final.

Avec ce film, le réalisateur s’attaque avec une certaine virulence au monde du spectacle et tout le monde en prend pour son grade, acteur, auteur à l’ego surdimensionné, la presse aussi, j’ai trouvé ça jubilatoire, déjanté et à mourir de rire.

L’histoire est impeccable et beaucoup plus profonde et sérieuse qu’elle n’y parait. C’est avec cet humour décalé et improbable que j’aime tant chez lui qu’Albert Dupontel va nous entraîner dans les méandres de la création d’un auteur. Les doutes et les peurs de cet homme prêt à tout, pour arriver à écrire cette pièce et surtout ne pas perdre la face, face à son public qui l’a encensé dès sa première pièce. D’ailleurs, le twist final est terrible, surprenant et tellement juste dans la réaction du personnage de Darius. J’en avais des frissons partout et jusque-là, le film était génial, mais avec ce petit plus, le film devient autre chose, plus grand et plus jubilatoire. Vous savez ce petit moment, qui en une seule scène, nous change toute la vision d’un film et bien ici, c’est le cas et c’est pour ce petit moment, ce petit coup de génie, qu’il en devient mon favori de son réalisateur.

Comme toujours chez Dupontel, la mise en scène est complémentent folle et le film nous réserve des scènes magiques, des scènes où règnent pour notre plus grand plaisir l’absurdité et la folie de Dupontel. Le cimetière, la crêperie, la présentation du synopsis de la pièce, sur scène aussi, tout est très bon et l’on s’éclate. Le film est aussi très bien filmé, le film est énergique, il y a un truc qui se dégage de chaque moment, comme si Dupontel avait une idée par plan. J’ai aussi adoré l’ambiance un peu irréelle par moment que le réalisateur installe. Une ambiance très soutenue par l’énorme BO du film.

46825e-image-de-Le-Createur-1873

Pour son deuxième film, Albert Dupontel a fait appel à sa fine équipe, à ses habitués. Dupontel est très bon dans son personnage que j’ai trouvé touchant en fin de compte. J’ai adoré ce mec un peu désagréable qui n’est absolument pas sûr de lui. On retrouve Claude Perron dans la peau d’une actrice prête à tout pour être reconnue. Une scène entre elle et Dupontel sur le devenir de cette pièce est juste géniale, c’est trop bon. Nicolas Marié est terrible en directeur de théâtre pas très futé et Philippe Uchan m’a fait mourir de rire dans le rôle du voisin fan. Pour ce film, on trouve aussi dans un petit rôle un Michel Vuillermoz, exceptionnel en régisseur de théâtre et une très belle surprise en trouvant Terry Jones dans Monthy Python qui joue Dieu.

« Le créateur« , avec son scénario unique, avec ses acteurs possédés, avec son humour qui fait très mal aux abdos, avec ses scènes furieuses, farfelues, déjantées et improbables, avec son univers loufoque, en 1H30, Albert Dupontel nous offre son meilleur film, peut-être le plus personnel et profond. Avec « Le créateur« , Dupontel, nous offre son film immanquable de son cinéma.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=S3sZd7XJx44[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.