décembre 1, 2021

Blitz Tome 1 Black-Out – Connie Willis

1208-blitz1_org

Auteur : Connie Willis

Editeur : Bragelonne

Genre : Fantastique

Résumé :

En 2060, les voyages dans le temps sont devenus chose courante : des dizaines d’historiens partent d’Oxford pour se rendre à la guerre de Sécession, Pearl Harbor ou dans les Croisades. Mais voilà que le labo des voyages temporels annule soudainement toutes les missions et modifie les programmes. Trois agents adolescents, Michael, Merope et Polly, sont envoyés sur la Seconde Guerre mondiale. Ils y affrontent les horreurs de la guerre, des bombardements au rationnement. Mais le plus terrible, c’est cette impression grandissante que l’Histoire elle-même échappe à tout contrôle. Et si la règle d’or selon laquelle nul ne peut modifier le passé n’était plus valable ?

Avis :

Le voyage dans le temps a sans cesse fait rêver les hommes et s’est imposé dans la science-fiction, comme l’un des piliers fondateurs du genre. Les plus grands auteurs dans le domaine s’y sont essayés avec brio pour la plupart d’entre eux. En ce début de XXIe siècle, le thème connaît toujours autant d’engouement et d’inspiration à travers la littérature, le cinéma et même les jeux vidéo. Aussi, la volonté de se pencher sur cet exercice peut s’avérer très périlleuse si l’on a peu à apporter (ou rien du tout) en terme d’originalité et d’immersion, une démarche similaire lorsque l’on parle également de morts-vivants. Mais Connie Willis a fondé toute sa carrière sur le genre et n’est pas à son coup d’essai quand il s’agit de remettre les pendules à l’heure (notamment Le grand livre).

Roman-fleuve (1392 pages en grand format avec sa suite) divisé en deux parties à l’instar de Dôme, Black-out est le premier tome du diptyque Blitz. La particularité de l’ouvrage étant de s’appuyer sur le concept du voyage dans le temps pour s’en éloigner assez rapidement afin de laisser place à un traitement historique poussé étant donné que 90 % du livre se déroulera pendant la Seconde Guerre mondiale, plus précisément à Londres en 1940, lors du Blitz. Non seulement l’auteur fait montre d’une documentation fouillée et d’une incroyable justesse, mais s’écarte des habituels carcans historiques pour se pencher sur la vie civile pendant les bombardements.

De fait, on ne nous inflige pas une succession de faits indigestes ou de grands noms pour ceux qui ne se passionnent guère pour cette période. Ici, l’on voit la guerre avec une approche moins grandiloquente et explosive que n’importe quel ouvrage avec un thème similaire. Ainsi, la difficulté de concrétiser une somme de données et de dates abstraites est surmontée par cette volonté à (re)vivre les événements à travers l’œil des historiens (les voyageurs du temps). Le passé et l’avenir s’imbriquent dans un présent complémentaire qui expose les causes et les conséquences sans se montrer rébarbatif ou didactique.

Dans ce contexte mondial chaotique et incertain, ce visage de la guerre assez méconnue s’affiche tout en douceur et, parfois, en longueur. L’on reconnaîtra que certaines séquences auraient pu être raccourcies, voire supprimées. La faute aux dialogues qui s’étendent plus que de rigueurs ou des descriptions trop laborieuses qui trouvent difficilement une justification au sein de l’intrigue. Ce sera sans nul doute le principal écueil qu’on lui reprochera avec également une approche quelque peu timorée et néanmoins réaliste quant aux conséquences des bombardements d’un point de vue individuel et global. On reléguera les horreurs de la guerre et les pertes humaines à une simple notion théorique au profit des destins des survivants.

L’aspect dramatique restant de façade et présent, bien que peu approfondi, les protagonistes se développent au même rythme que l’intrigue. De fait, la caractérisation dispose d’une certaine largesse pour parfaire les personnages qui occupent le devant de la scène à tour de rôle. Tour à tour attachant ou déconcertant, on suit leur périple sans se lasser grâce à des rencontres, des situations et des choix qui s’opèrent avec fluidité au sein du récit. On saluera également un cadre retranscrit avec soin où les environnements sont malmenés par les événements. Ils se révèlent assez variés et procurent des montées de tension ou des accalmies qui soutiennent la menace permanente des bombardements.

Au final, ce premier tome ravira les amateurs d’histoire et plus particulièrement de la Seconde Guerre mondiale. Le côté science-fiction ne sert que de point de départ et de fil rouge pour parvenir à la conclusion et pourrait décevoir les puristes. Les discours sur les implications du voyage dans le temps sont peu nombreux et prêtent à conséquence simplement dans les dernières pages. Il en ressort néanmoins un récit immersif qui dispose d’une documentation solide (et titanesque), de protagonistes attachants et surtout d’un traitement réaliste, ainsi qu’un point de vue peu usité (dans n’importe quel domaine). Loin de la barbarie, de l’horreur et du spectaculaire, un roman prenant et exhaustif sur une facette de la guerre finalement peu connue.

Note : 14/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.