novembre 30, 2021

Les Sentiers de la Perdition

29-Les-Sentiers-de-la-Perdition

Titre Original : Road to Perdition

De : Sam Mendes

Avec Tom Hanks, Tyler Hoechlin, Paul Newman, Daniel Craig, Jude Law

Année : 2002

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

En 1930, deux pères : Michael Sullivan, un tueur professionnel au service de la mafia irlandaise dans le Chicago de la Dépression, et Mr. John Rooney, son patron et mentor, qui l’a élevé comme son fils. Deux fils : Michael Sullivan junior et Connor Rooney, qui font chacun des efforts désespérés pour s’attirer l’estime et l’amour de leur géniteur.
La jalousie et l’esprit de compétition les plongent dans une spirale de violence aveugle dont les premières victimes sont la femme de Sullivan et son fils cadet Peter.
Un long voyage commence alors pour Michael Sullivan et son fils survivant. Au bout de cette route, la promesse d’une vengeance et l’espoir de conjurer l’enfer. Et peut-être l’aube d’un sentiment nouveau entre un père et son fils.

Avis :

Adapté un comics n’est pas une chose facile. Beaucoup s’y sont essayés et beaucoup s’y sont cassés les dents. L’évolution technologique dans le cinéma étant en forte propension, il est logique de voir des comics, véritable vivier d’idées originales, se faire adapter au cinéma. On repense bien évidemment aux mauvais The Spirit ou La Ligue des Gentlemen Extraordinaires ou encore du très moyen Green Lantern, mais certains réalisateurs ont su tirer leur épingle du jeu en proposant des versions réussies, voire d’excellente facture. On peut citer par exemple Watchmen de Zack Snyder, même s’il prend de grandes libertés par rapport au matériau de base, mais aussi The Dark Knight de Christopher Nolan ainsi que Sin City de Frank Miller et Robert Rodriguez. C’est en 2002 que Sam Mendes décide d’adapter un comics un peu part, sans magie ni super-héros avec Les Sentiers de la Perdition. Ecrit par Max Allan Collins et dessiné par Richard Piers Rayner, ce comics est très terre à terre et tient plus du drame que du thriller ou de l’histoire violente. Maintenant, reste à savoir si Sam Mendes a relevé le défi, ou s’il s’est cassé la gueule.

les-sentiers-de-la-perdition-4184671fazik

Souriez, vous êtes photographiés.

Le récit s’arque autour d’une famille mafieuse irlandaise dans les années 30. Connor Rooney et Michael Sullivan sont des tueurs à la de John Ronney. Michael Sullivan est le père de deux enfants dont l’aîné, pas très fort en mathématiques, est très curieux du métier de son paternel. Un soir, il se glisse dans la voiture de son père qui part en mission. Il assiste alors à un massacre engendré par Connor Rooney et son père. Témoin gênant de la scène, John Rooney décide de faire tuer la famille de Michael par Connor. Seuls Michael et son fils aîné, Michael Jr s’en sortent indemne. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid et le père de famille n’a pas dit son dernier mot. Pour faire très simple, on est face à un film de vengeance qui mêle aussi le drame familial et le road trip. Si tout cela reste vraiment simpliste, le déroulement et le fond sont à la fois sombres et lumineux. Et c’est ce contexte ambigu qui va faire que le film est très intéressant.

Le film est relativement sombre car il arpente le chemin dangereux de la vengeance. Répondre par le sang n’est pas forcément une bonne idée, mais c’est souvent le cas dans les familles mafieuses et encore plus dans les années 30 lors de la prohibition. On retrouve des phases très intéressantes qui montrent l’aspect noir du film, comme un bon vieux polar. Les phases sous la pluie sont d’une grande classe (magnifique scène de fusillade) et l’ambiance globale est très lourde. On sent une menace permanente sur les personnages. D’ailleurs, certains protagonistes sont à glacer le sang, comme celui interprété par Jude Law, qui est vraiment un grand malade. La scène finale est témoin de la violence du propos et de l’angoisse permanente qui englobe nos deux personnages principaux.

Mais d’un autre côté, le film demeure optimiste. En effet, on aura droit à une relation entre un père et un fils qui s’était dégradée avec le temps et qui revient à a normale voire à quelque chose de fusionnel sur la fin. C’est très beau à voir et l’évolution des personnages et de leurs émotions est très juste. Les scènes de partage entre ces deux personnages sont bien fichues car elles forcent le spectateur à se prendre d’empathie pour eux. Cela marche très bien et on s’attache très rapidement à Tom Hanks ou au jeune Tyler Hoechlin. Le film est bon aussi sur son message de fin. Il faut comprendre que le père fait tout pour que son fils ne suive pas le même chemin que lui et aille vers quelque chose qui ignore la violence. La scène de fin est éloquente et donne un grand espoir au spectateur.

Seulement, le film n’a pas que des qualités. Si les acteurs sont bons avec un casting royal, le film demeure un peu longuet et s’appesantit parfois sur des choses non nécessaires. Le passage du cambriolage des banques par exemple est long et drôle, mais ne rend pas forcément service au côté dramatique du métrage. On peut voir quelques longueurs dans le métrage cassant le rythme et c’est assez malvenu. Il aurait peut-être fallu couper de quelques minutes pour rendre le tout plus dynamique. Mais d’un autre côté, l’ambiance en aurait pris un coup et c’est dommage. Et puis Sam Mendes ne sait faire que des films lents.

road2perdition

Iconique mon pote !

Au final, Les Sentiers de la Perdition est un bon film et une très bonne adaptation de comics. Le seul défaut que possède le film est d’être un peu long par moments, cassant le rythme. Mais ne boudons pas notre plaisir de voir une ambiance léchée, un casting aux petits oignons avec des acteurs impliqués et des décors sublimes. Un bon petit film de gangsters qui aura tout de même remporté un oscar.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=VNEb-_dQnJM[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.