novembre 30, 2022

Les Aventures de Philibert Capitaine Puceau

philibert-affiche

De : Sylvain Fusée

Avec Jérémie Renier, Alexandre Astier, Manu Payet, Elodie Navarre

Année : 2011

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Royaume de France, 1550, en Bretagne.
Philibert, robuste gaillard d’une vingtaine d’années, fils aîné d’un cultivateur d’artichauts, se démarque des autres garçons du village. Idéaliste, candide, il se prédit un avenir glorieux dans l’artichaut et préserve sa virginité pour celle qu’il ne connaît pas encore mais que Dieu lui destine. Avant de trépasser, son père lui apprend qu’il n’est pas son vrai père. Celui-ci était un gentilhomme, Fulgence Bérendourt de Saint-Avoise, lâchement assassiné par un Bourguignon avec une tache de vin en forme de rose dans le cou. Sa besace remplie d’idéaux et d’artichauts, Philibert quitte son village et galope vers la Bourgogne, accompagné de Martin son valet un peu fourbe. Le courage de Philibert, sa charité, sa pureté physique et morale seront ainsi mis à rude épreuve face à la bassesse et à la vénalité des vilains et la tentation des femmes plus libidineuses les unes que les autres…

Avis :

Si on regarde la définition du mot parodie dans un dictionnaire, on tombe sur ça : réalisation d’œuvres à caractère sexuel particulièrement obscènes… euh… merde, je me suis trompé de page, j’étais sur pornographie, le con ! Alors en fait, parodie veut dire : pastiche burlesque ou mauvaise imitation. Il est donc toujours risqué de faire des parodies de genre ou sur un thème donné, car on peut tomber sur quelque chose de véritablement mauvais, voire très con. C’est ce qui s’est passé avec les Scary movie, car hormis le premier film, le reste est vraiment affligeant de nullité. De plus, il est assez facile de prendre une idée déjà trouvée et de la détourner pour en faire quelque chose de gras et de graveleux. Ce qui est bizarre avec le film qui nous préoccupe aujourd’hui, que je résumerai en Philibert, c’est qu’il y a à boire et à manger. En effet, assumant pleinement son côté burlesque et sa connerie envahissante, le film n’est pas désagréable malgré sa tonne de défauts. Mais quels sont donc ces défauts ? Pourquoi le film me laisse-t-il dans l’embarras ? Holà, mécréant, partons en Bretagne en 1550 !

Le scénario de Philibert est d’une bêtise affligeante et reprend sans vergogne tous les poncifs du genre de cape et d’épées pour mieux les détourner en ridicule et faire un film ridicule qui s’assume. En gros, on va suivre Philibert, que l’on croise la première fois dans une grange en train d’apprendre une danse avec de magnifiques collants bleus. On apprend alors que son père, producteur d’artichauts se meurt, et le vieil homme lui apprend qu’il n’est pas son père, que son vrai père était un duc, et qu’il a été tué par un méchant Bourguignon avec une tâche de naissance en forme de rose sur le cou. Philibert va alors traverser la Bretagne pour retrouver ce mécréant et se venger de la mort de son père. Bien entendu, cela sera l’occasion de faire des rencontres incongrus, de voir des passages complètement loufoques et d’avancer tout doucement dans l’histoire. On va donc voir notre crétin de Philibert dans des situations plus qu’incongrues comme se retrouver à poil dans les frais bocages, ou encore dans des galères en train de se faire fouetter. Nous aurons aussi droit à des personnages plus idiots les uns que les autres, comme les femelles qui sont toutes sous le charme de Philibert et qui tentent vainement de coucher avec lui ou encore des ménestrels qui cherchent des rimes ou bien des vagabonds peureux et imbéciles. Bref, le scénario ainsi que les personnages sont tous dans l’excès et montrent une volonté de faire quelque chose de complètement loufoque et qui ne se prend pas au sérieux. Du coup, l’ambiance est vraiment détendue et ne se prend pas la tête. Et c’est là que le bât blesse. En effet, à force de faire dans le pastiche, le film s’enlise dans une ambiance un peu trop bête et certains éléments sont surement un peu too much. On peut parler des groins, sorte de sangliers qui vont animaux de bande-dessinée, ou encore de certains décors qui font plus théâtre et carton-pâte que cinéma. Tout cela ne favorise pas forcément une adhésion immédiate du public et on a une mauvaise impression sur la qualité intrinsèque du film.

19683335.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110228_032438

Désolé l’ami, je préserve ma virginité pour la femme de ma vie

Les acteurs ont l’air de s’amuser comme des petits fous dans ce film et c’est tant mieux. Le plus à l’aise, c’est résolument Jérémie Renier, jouant le héros Philibert. Pas forcément habitué à faire dans la comédie, il s’en donne à cœur joie quitte à passer pour un débile. Exagérant ses émotions et sa gestuelle, il entre parfaitement dans le personnage innocent de Philibert. Le grand méchant de l’histoire est joué par Alexandre Astier, et le comparatif avec Kaamelott est évident. Dans un jeu proche du roi Arthur et de Léodagan, Astier s’éclate dans ce méchant tout en noir avec parfois des paroles assez drôles, surtout lorsqu’il réécrit la chanson qui parcoure le film, cherchant désespérément pour décrire la façon de manger des corbeaux. Dans le casting, on retrouve Manu Payet en vagabond au grand cœur, qui joue son rôle mais qui ne restera pas forcément inoubliable. Il est tout de même le camarade idéal pour Philibert. Elodie Navarre joue l’amoureuse de Philibert et elle reste assez crédible malgré tout, jouant tout en démesure, faisant penser à une princesse de chez Disney. On peut aussi citer Gaspard Proust en ménestrel peu enjoué. Malheureusement, le film est trop déséquilibré pour être sympathique. Si les scènes drôles sont parfois savoureuses, comme dans la galère, elles sont très souvent ridicules et téléphonées, comme lors du baiser contre le grillage. De ce fait, on n’accroche difficilement à ce métrage qui veut trop faire dans la démesure et dans la parodie excessive. Le peu d’effets spéciaux sont mauvais, mais je pense que là aussi, c’est assez volontaire. En fait, on a un peu l’impression de se retrouver devant une bande-dessinée d’Astérix, mais sans Astérix et à une autre époque.

Au final, Les Aventures de Philibert Capitaine Puceau est une semi déception. Parodie qui se veut dans l’excès et qui assume son côté stupide, elle se fourvoie dans une réalisation bien trop kitsch et dans un script beaucoup trop crétin. Si certains moments sont sympathiques, le film devient très lourd et n’est pas du tout au niveau d’un OSS 117 par exemple. Peut-être que les fans d’Alexandre Astier seront comblés, mais pour le reste, on ne sera pas sur quel pied danser. Bref, je donne à peine la moyenne…

Note : 10/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HmBZCrFkHLg[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.