mai 17, 2021

Doghouse

Doghouse 2009

De : Jake West

Avec Danny Dyer, Noel Clarke, Stephen Graham, Terry Stone

Année: 2009

Pays: Angleterre

Genre: Comédie, Horreur

Résumé:

Sept amis partent se ressourcer dans le petit village de Morley au fin fond de la campagne anglaise pour aider l’un d’entre eux à se remettre de son divorce. Mais lorsqu’ils arrivent sur place, ils découvrent que le village est désert. Pas si désert que ça en fait, puisqu’un mystérieux virus a contaminé toute la population féminine et a transformé les braves villageoises en zombies féroces et assoiffés de sang…

Avis:

La comédie horrifique de zombies a connu de beaux jours avec des films comme Shaun of the dead. Mais il faut dire que cela faisait un bon petit moment que l’on n’avait pas vu ce genre en vidéo, et encore moins un film plutôt réussi et avec un fort capital sympathie. Encore une fois, je ne suis pas étonné de voir que ce film nous provient d’Angleterre et que l’on revoit une figure de proue du genre comédie horrifique, Danny Dyer, déjà vu dans Severance. Mais ce qu’il y a de drôle dans ce film, c’est que seules les femmes sont des zombies et qu’un groupe de gros machos va devoir affronter une horde de femelles affamées et aux gueules patibulaires. Alors ce film fait-il dans le machisme? Est-il aussi bien réussi qu’un Shaun of the dead qui reste une référence?

still-from-doghouse2

Le scénario est assez classique et ressemble à un very bad trip inversé. Je dis ça car il ne s’agit pas d’un enterrement de vie de garçon, mais plutôt d’un weekend pour remonter le moral à un pote qui se fait larguer par sa femme. Le groupe de pote décide d’aller à Moodley, petit village perdu au milieu des bois où la population est soi-disant de quatre femmes pour un mec. Malheureusement, quand le groupe arrive sur place, les femmes sont beaucoup moins sympathiques qu’il n’y parait. Ils vont devoir alors trouver un moyen de s’enfuir pour sauver leur peau. Le scénario s’apparente vraiment au film de zombies dans la plus pure tradition. On a ici un survival mâtiné de gore et surtout d’humour plus ou moins gras. Malgré cela, le tout marche assez bien et on ne s’ennuie pas un seul instant devant les péripéties du groupe.

L’ambiance voulue reste par contre assez bizarre. En effet, l’Angleterre est un pays qui se marie très bien avec le genre de zombies, car l’aspect sombre et humide du temps et des forêts procure une ambiance lugubre et souvent désespérée. Avec Doghouse, on a bien cette impression au début du film. Malheureusement, on aura plus une succession de magasins assez loufoque dans un bled comme Moodley et on se demandera parfois comment cela se fait-il qu’un tel magasin puisse survivre dans un bled comme celui-ci. Je prends par exemple le magasin de jouets ou encore le magasin d’ésotérisme. Mais hormis ce fait un poil bizarre, le rendu glauque est bien présent et on pourra tout de même frissonner devant un village aussi humide, lugubre et vide.

Les acteurs sont assez excellents dans l’ensemble. Bien évidemment, il existe des différences entre les jeux, et certains sont en dessous des autres, mais on reste dans du sympathique. Danny Dyer qui joue le macho de base qui nique une femme différente tous les soirs grâce à sa Porsche est bien drôle, le type qui se fait larguer par sa femme reste convaincant, et le geek vendeur de comics et fan de Evil Dead est assez drôle dans son rôle. Pour les autres, c’est un peu plus délicat. Le black surjoue à mort et reste assez agaçant, le militaire est ridicule et peu crédible, et l’homme aux cheveux longs qui suit une thérapie de relaxation sur son baladeur reste assez anecdotique. Mais le film ne serait pas ce qu’il est sans la présence des femmes qui ne possèdent aucun dialogue, à part des aaaaahhhh, ou encore des beeeeeuuuuhhhh. On retrouve des actrices qui jouent à fond leur rôle et qui prennent vraisemblablement plaisir à découper du monsieur. La coiffeuse avec ses ciseaux, la bouchère avec son hachoir, la mamie avec son déambulateur ou encore la grosse avec son couteau électrique sont autant de personnages récurrents que nos héros machos.

Les effets gores sont nombreux dans le film et ça fait du bien de voir des réalisateurs qui se lâchent sans s’adonner au torture-porn. On a pas mal de sang et certains passages sont vraiment sales. On a la mariée avec sa hache qui coupe une tête dans le sens de la hauteur, on a un type transpercé par une grande épée, on a un militaire qui se fait couper la colonne vertébrale avec des cisailles. Bref, un bon petit melting pot de ce qui se fait de mieux dans le cinéma gore sans jamais tomber dans l’extrême. Il faut dire aussi que ces effets gores sont relativement bien foutus. Les maquillages des zombies sont convaincants et elles font franchement flipper. Les moments de rire sont assez nombreux, mais cela est parfois un trop gras ou trop con, mais le coup du pistolet à eau qui devient un pistolet à essence avec un briquet et que le gars n’a pas calculé que le plastique prendrait feu est assez drôle. Les références y sont multiples et Shaun of the dead en fait partie, notamment avec la scène où les héros se déguisent en femme pour passer inaperçu. Je rappelle que dans Shaun, les protagonistes se faisaient passer pour des zombies.

Still-from-Jake-Wests-Dog-001

Au final, Doghouse n’est pas le film de l’année mais il reste un divertissement drôle et attachant. Il n’en reste pas moins un film pour les hommes qui en ont marre de la complexité féminine et qui désire voir des morues aussi sauvages que des guerriers. Les femmes ne seront pas en reste si elles veulent voir des machos se faire dézinguer par une horde de furie en folie. Malgré tout cela, le film reste assez gros sur certains points et cela pourrait agacer certaines personnes qui sont assez terre à terre même au niveau de la comédie burlesque. Pour ma part, j’ai bien rigolé!

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.