avril 17, 2024

Stormburner – Shadow Rising

Avis :

Les vikings. En voilà un thème qui aura inspiré un grand nombre de groupes de Métal, devenant dès lors un style à part entière. Fer de lance du genre, les suédois d’Amon Amarth sont certainement les plus connus dans le style, allant même jusqu’à inspirer une flopée de petits rejetons par la suite. A l’internationale, bien évidemment, mais aussi dans son propre pays, en atteste, Stormburner. Fondé en 2016 à Stockholm, le groupe suédois va rapidement signer chez Pure Steel Records pour sortir un premier album en 2019, Shadow Rising. Entre la pochette et l’approche Heavy/Power du groupe, rien n’est laissé au hasard, et on se doute bien que les thèmes abordés auront pour sujet les vikings, les guerres et les batailles épiques. Seulement, embrasser à bras le corps un thème déjà pris par d’autres groupes plus connus n’est-il pas un risque pour se faire connaître ?

La question est assez légitime, car hormis dans un public de niche, à savoir les fans de barbares à longues barbe et heaume cornu, qui d’autre va se risquer à jeter une oreille à un ersatz d’Amon Amarth ? De ce fait, il faut trouver un axe plus malin, et c’est ce que ne fait pas forcément Stormburner. Si le groupe est loin d’être mauvais, et que ce premier album comporte de très bonnes choses, il faut aussi noter que ce premier effort manque de prise de risque, et ne possède pas réellement de morceaux phares, d’hymnes guerriers galvanisants ou encore de titres fédérateurs. Cela en fait-il un mauvais album ? Pas du tout. Juste un skeud plaisant à l’écoute, divertissant, parfois entrainant, mais auquel il va manquer quelques petites choses pour être vraiment mémorable.

Le skeud débute avec We Burn, et c’est une excellente entrée en matière. On aura droit à quelques instruments folkloriques, puis à un riff de gratte qui de suite donner envie de se déboîter la nuque. Le groupe déroule assez vite ses envies de Heavy, et c’est vraiment pas mal. Et si le refrain n’est pas aussi entrainant que voulu, il se retient facilement, et on va se surprendre à chanter avec le groupe. Bref, une introduction percutante et bien ficelée. Metal in the Night poursuit cet état de fait, avec un morceau pêchu et très Heavy dans l’âme, délaissant un peu l’aspect viking. Mais qu’importe pourvu qu’on ait l’énergie et la technique, et là, c’est clairement le cas. Le seul petit défaut que l’on peut noter, c’est que ça reste très générique, et que ça a du mal à se démarquer d’autres groupes qui font sensiblement la même chose.

Shadow Rising continue sur le même chemin, même si la rythmique baisse un peu. Le groupe offre un bon morceau, mais il reste dans le même moule que les titres précédents, et on sent qu’une petite lassitude se fait sentir. Heureusement, Demon Fire viendra remettre un peu le feu aux poudres, avec un titre puissant et bien nerveux, doté d’un refrain relativement catchy. Puis Ragnarök va appuyer son aspect Viking avec des riffs plus lourds et une rythmique plus scandée. Alors certes, on reste sur quelque chose de très classique, et qui ne sort pas de la masse Heavy, mais c’est bien fichu, et ça fait amplement le taf. Puis Men at Arms va reprendre un peu la mélodie du titre précédent pour appuyer un peu plus son côté fédérateur et guerrier. Là, on a un vrai titre qui donne envie de chanter et de partir à la guerre.

Par la suite, le groupe offre une sorte de diptyque avec tout d’abord Eye of the Storm, qui commence doucement pour offrir un gros final puissant, puis Into the Storm sera un très bon titre qui ne laissera rien au hasard et partira rapidement vers des contrées Heavy surpuissantes, offrant même un très joli solo. Pour les deux derniers morceaux, Stormburner cherche à faire un peu plus complexe et plus long. Ainsi Rune of the Dead prend son temps pour installer une bonne ambiance, et offrir un titre qui marche du feu de Dieu. On regrette presque qu’il n’y ait pas plus de titres de cet acabit dans cet album. Enfin, Ode to War est un titre assez calme qui, enfin, renoue avec le côté viking tant promis. Et c’est un peu ça qui manque dans cet album, en plus d’un côté générique qui ne marque pas vraiment.

Au final, Shadow Rising, le premier album de Stormburner, est un effort louable et plutôt bien fichu, notamment d’un point de vue technique, mais il lui manque quelques petites choses pour vraiment imprégner l’auditeur. Si bien foutu que ce soit, il manque une identité propre au groupe et des morceaux plus fédérateurs, plus puissants. En l’état, si on passe un bon moment, cet album fait partie des skeuds que l’on oubliera assez vite, allant dans le tout-venant du Heavy moderne.

  • We Burn
  • Metal in the Night
  • Shadow Rising
  • Demon Fire
  • Ragnarök
  • Men at Arms
  • Eye of the Storm
  • Into the Storm
  • Rune of the Dead
  • Ode to War

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.