mai 26, 2024

Miss Scarlet & The Duke Saison 2

D’Après une Idée de : Rachael New

Avec Kate Phillips, Stuart Martin, Ansu Kabia, Cathy Belton

Pays : Angleterre, Irlande

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Policier

Résumé :

Le duo Scarlet-Wellington, malgré une forte complicité, se retrouve mis à l’épreuve !

Avis :

Avec l’essor des plateformes de streaming et autres supports pour diffuser du contenu télévisuel, la production de séries n’a jamais été autant prolifique ces dernières années. À tel point que bon nombre d’entre elles sont annulées dès la première saison. Et ce choix ne tient pas forcément à la qualité du scénario ou même à une audience insuffisante. Au sein de cette profusion ambiante, il arrive néanmoins que certains projets parviennent à se démarquer. Dans le domaine du polar historique, c’est le cas de Miss Scarlet & The Duke, itération aussi immersive que soignée au cœur du Londres victorien, où l’on retrouve l’atmosphère typique de cette fin de XIXe siècle.

Au même titre que la précédente saison, cette seconde incursion se construit autour de six enquêtes indépendantes. Leur cheminement respectif se fait en parallèle de l’évolution des protagonistes, proposant un rythme constant et dynamique quant à leurs relations et leur manière d’appréhender leur environnement, la société. D’un épisode au suivant, il est vrai que le schéma narratif présente des similarités, voire des redondances. En effet, la sollicitation de Miss Scarlet s‘appuie sur les mêmes prétextes où les clients désespérés font appel à ses services. Puis les investigations tournent aux habituelles confrontations avec son homologue de Scotland Yard avant qu’ils ne parviennent à trouver un terrain d’entente.

À cela s’ajoute l’incursion des incontournables fausses pistes et retournements de situation inhérents à la résolution desdites affaires criminelles. En cela, l’histoire ne présente pas de surprise particulière, encore moins notable. En différentes occasions, le manque de fulgurance peut même lorgner vers une progression routinière. Toutefois, les enquêtes font montre d’une variété évidente pour maintenir l’intérêt du spectateur. On songe, entre autres, aux meurtres en série tout droit sortis d’un roman à succès ou à la recherche d’une esquisse inestimable de Charles Darwin. La brièveté de la saison contribue néanmoins à atténuer une sensation de déjà-vu.

Cette dernière se résume à une formule qui ne souffre d’aucun changement depuis les premiers épisodes. Là encore, la teneur de la série n’en demeure pas moins bienveillante. Sans pour autant s’orienter vers le cosy-murder, les intrigues policières proposent la résolution d’affaires avec une violence modérée et, le plus souvent, occultée à l’image. Si cela peut trancher avec d’autres productions prenant place dans la même période, Miss Scarlet & The Duke se forge sa propre identité à travers un divertissement bien ficelé. Celui-ci reste à destination d’un large public, davantage friand de machinations criminelles que d’une représentation sordide, poisseuse, des bas-fonds londoniens.

Par ailleurs, le propos sous-jacent n’en oublie pas de poursuivre l’évocation des inégalités sociales entre hommes et femmes au sein de la société. Là encore, les valeurs féministes s’avèrent pertinentes et bien ancrées dans le récit, comme dans les lignes de dialogue. On retrouve cette prédominance du patriarcat qui confère parfois à l’aveuglement, sinon à la stupidité d’une partie des personnages masculins. Ces derniers ne sont pourtant pas ostracisés et, pour certains d’entre eux, peuvent même se révéler plus nuancés qu’attendu avec une remise en question de leur position. L’une des grandes forces de la série est de parvenir à dénoncer ces absurdités, sans sombrer dans la diabolisation des uns et l’hagiographie des autres.

Au final, la saison 2 de Miss Scarlet & The Duke reste dans la continuité de son prédécesseur. On y retrouve un panel de protagonistes sympathiques qui évoluent sensiblement au gré des affaires qui leur sont confiées. On apprécie aussi la diversité de ces dernières, ainsi que les méthodes d’investigation s’appuyant sur l’observation, la découverte d’indices et de preuves. Toutefois, on regrette un manque de nouveautés flagrant et des trames qui ont tendance à se construire sur le même schéma narratif. Il n’en demeure pas moins une série policière constante et qui ne manque pas d’allant pour poursuivre cette exploration du Londres victorien en bonne compagnie. Sans surprise, mais de bon augure.

Note : 14/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.