mai 29, 2024

Blood

De : Brad Anderson

Avec Michelle Monaghan, Skeet Ulrich, Finlay Wojtak-Hissong, June B. Wilde

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Horreur

Résumé :

Jess, une infirmière, s’installe avec sa fille et son jeune fils, Owen, dans l’ancienne ferme familiale. Peu de temps après, Owen est mordu par un chien ce qui entraîne une mystérieuse infection. Jusqu’à où Jess est prête à aller afin de garder son enfant en vie ?

Avis :

Au rayon des artisans du cinéma, aujourd’hui, on s’arrête sur l’américain Brad Anderson. Réalisateur qui a débuté dans les années 90 avec la comédie, Brad Anderson a très vite abandonné le genre pour s’aventurer sur les sentiers du film de genre et d’horreur. Réalisateur qui se cache derrière des films comme « The Machinist« , « Hysteria« , ou encore « Session 9 » et « The Call« , pour ne citer qu’eux, Brad Anderson, au fil des années, de manière discrète, n’a jamais cherché à renouveler le genre, ou même en être le meilleur. Non, le réalisateur a toujours cherché à divertir son public en le faisant frissonner.

Après s’être égaré sur Netflix avec « La fracture« , Brad Anderson s’apprête à faire son retour dans les salles avec un film qui navigue entre les genres. Film s’enfonçant dans l’horreur, « Blood » est un long-métrage appréciable et qui sait divertir et tenir avec son histoire, aussi tirée par les cheveux qu’elle peut également se poser comme touchante et intéressante. Cochant bien des cases du cahier des charges du film d’épouvante, on sera intrigué et intéressé par la combinaison que le metteur en scène injecte dans son horreur, car cette dernière passe par bien des genres, ce qui est très loin d’être déplaisant.

«  »Blood » ressemble à un film de vampire, ou encore un film d’infecté, voire de zombie, ou encore plus loin, un film de loup-garou. »

Jess vient de se séparer de son mari et elle s’installe avec ses deux enfants dans la ferme de sa tante. Un soir comme un autre, leur chien Pipin s’échappe, poursuivant quelque chose qu’il semble être le seul à voir. Après deux jours de disparition, Pipin est de retour et il attaque sauvagement Owen, le petit garçon de la famille, le mordant au cou. Le petit s’en sort miraculeusement, mais très vite, Jess va se rendre compte que quelque chose a changé chez son fils…

Projeté en avant-première mondiale au Festival de Deauville, « Blood » est le douzième film de Brad Anderson et pour l’occasion, le metteur en scène américain a décidé de s’engager sur des sentiers qui ne vont pas être très clairs. Des sentiers qui vont s’amuser à mélanger les genres et les inspirations pour créer l’horreur qui va infecter ce petit garçon, victime de son chien bien-aimé.

Si le film demeure très classique en un sens, avec comme je le disais, une tendance à remplir le cahier des charges du bon film d’horreur lambda, ce qui différencie « Blood » d’autres films, c’est la façon qu’il va avoir de puiser dans différents genres, et de conjuguer le tout. Ainsi, au gré des minutes, « Blood » ressemble à un film de vampire, ou encore un film d’infecté, voire de zombie, ou encore plus loin, un film de loup-garou. Brad Anderson s’amuse à mélanger tout ça, passant d’un genre à l’autre sans difficulté, et l’on se plaît à suivre cette histoire. Une histoire qui va apparaître d’autant plus sombre avec les choix de la mère de ce petit qui, pour protéger son fils, est capable de beaucoup, et même de l’impensable, ce qui donne à « Blood » un petit caractère en plus. Par la suite, même s’il y a une sorte de fatalité liée à une prévisibilité qui se dégage de l’ensemble, Brad Anderson arrive à nous tenir avec un soupçon de suspens qui est très loin d’être déplaisant.

«  »Blood » a son ambiance, ses bonnes trouvailles, son petit côté gore. »

Bien rythmé, bien tenu, Brad Anderson livre du côté de son esthétisme, un film qui tient son ambiance, même si parfois, quelques effets sonnent comme too much, notamment par exemple les yeux du chien possédé qui sortent dans la nuit. Clairement, là, c’est raté. Mais bon, pour le reste, « Blood » a son ambiance, ses bonnes trouvailles, son petit côté gore qui ne sonne pas comme cheap, et puis au-dessus de ça, il y a la tension et l’émotion de ce drame humain que vit cette famille.

Après, comme je le disais aussi, derrière l’originalité de mélanger les genres, au point de nous perdre sur ce qui a infecté le petit garçon, « Blood » est aussi un film qui résonne comme très classique dans sa forme, Brad Anderson cherchant plus à tenir son public avec un film simple et efficace, qu’un film purement original, et le fait est que ça fonctionne.

Ça fonctionne aussi parce que le casting est bon, à commencer par Michelle Monaghan qui incarne une mère de famille prête à beaucoup (trop) pour sauver son enfant, ou du moins le maintenir en vie, en attendant de trouver mieux. Parmi le casting, le petit Finlay Wojtak-Hissong, qui incarne le petit garçon possédé, s’en sort à merveille pour son petit âge.

Ce nouveau film signé Brad Anderson ne révolutionnera pas le genre, et il n’en a jamais eu l’intention, mais il nous fait passer un petit moment fort sympathique et fort horrifique, avec une intrigue qui d’un côté sonne comme tirée par les cheveux, mais de l’autre, finalement, on se laisse prendre dans ses filets, et surtout, on suit l’ensemble avec un bon intérêt.

Note : 13,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.