juin 19, 2024

Mercredi Saison 1

D’Après une Idée de : Alfred Gough et Miles Millar

Avec Jenna Ortega, Gwendoline Christie, Riki Lindhome, Jamie McShane

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 8

Genre : Fantastique, Policier, Comédie

Résumé :

A présent étudiante à la singulière Nevermore Academy, Wednesday Addams tente de s’adapter auprès des autres élèves tout en enquêtant à la suite d’une série de meurtres qui terrorise la ville…

Avis :

C’est en 1938 que l’on entend parler pour la première fois de la Famille Addams. Charles Addams va dessiner une famille lugubre et drôle pour le journal The New Yorker, et cela va donner des idées à divers producteurs pour des adaptations. Sur le petit écran, c’est en 1964 que déboule une première série, qui sera suivi par un dessin animé en 1973. On aura même droit à un téléfilm en 1977, avant de retrouver la famille dans un premier film de cinéma en 1991 sous la houlette de Barry Sonnenfeld. Depuis, La Famille Addams n’a jamais vraiment quitté les esprits, même si de longues périodes peuvent se passer entre deux nouvelles adaptations. Parmi les projets les plus récents, on peut évoquer les deux films d’animation de Conrad Vernon et Greg Tiernan, mais aussi et surtout la nouvelle série Netflix qui se porte sur le personnage de Mercredi.

Fille aînée de cette famille déjantée, Mercredi est une adolescente qui aime torturer son frère, ne supporte la joie et possède toujours un aspect triste, voire dépressif. Le potentiel du personnage, aussi dans la comédie que dans l’horreur, est incroyable, et certains producteurs l’ont bien compris, notamment chez Netflix qui est allé débaucher Tim Burton pour huit premiers épisodes autour du personnage. Bien entendu, faire une série pour raconter le personnage, c’est un peu juste, et des scénaristes ont alors inventé tout un univers autour d’un lycée de marginaux, ainsi qu’une enquête policière pour broder le tout. A destination des adolescents, mais avec quelques fulgurances gores, et des clins d’œil aux amateurs des films, Mercredi avait presque tout pour être à la fois une réussite, mais aussi un désastre. Constamment avec le cul entre deux chaises, le succès de cette série reste tout de même une énigme.

La série débute avec Mercredi qui se fait virer de son lycée normal, car elle a lâché des piranhas dans la piscine, pour venger son frère. Elle se retrouve donc dans l’académie Nevermore, où se côtoient des vampires, des sirènes, des gorgones et autres loups-garous. La jeune fille va devoir se faire une place dans cette académie qui a accueilli ses parents autrefois, dans laquelle ils ont eu un lourd passif, et ont souvent brillé dans leurs domaines. Une façon alors de voir les rivalités qu’il peut y avoir entre enfants et parents, la progéniture ne voulant pas vivre dans l’ombre de leurs ainés. La série joue quelques fois cette carte, notamment lorsque Mercredi doit affronter la notoriété de sa mère, qui semble se réjouir de revenir de temps à autre dans cette académie, affrontant sans cesse la principale qui partage de mauvais souvenirs avec Morticia.

Cependant, ce thème est assez peu repris dans la série et n’occupe qu’une paire d’épisodes. Le but ici est de présenter un univers inédit, avec des monstres qui ont tous leurs failles, et qui évolue dans un monde où les humains normaux ne les aiment pas beaucoup. On pourrait presque y voir une sorte de racisme primaire, qui vient de la peur de l’inconnu et de ce que l’on ne comprend pas. Mais là aussi, le sujet est survolé alors qu’il est le cœur même de l’intrigue policière. Les showrunners préfèrent jouer la carte de la montre afin de placer des éléments de réponse un peu partout dans les épisodes, quitte à casser un rythme déjà mortifiant. Car oui, Mercredi prend son temps et préfère s’appesantir sur les relations amoureuses des ados plutôt que de raconter quelque chose de plus sombre et de plus horrifique.

D’ailleurs, c’est vraiment le plus gros point faible de cette série, qui n’arrive jamais à se rendre passionnante, la faute à des romances interminables qui résonnent comme des passages obligés pour satisfaire le public cible. On retrouve donc une Mercredi qui semble attirer les cœurs des gentils garçons, mais on a aussi droit à une sirène qui a le cœur brisé par Mercredi, ou encore une louve-garou qui s’éprend d’un gorgone et ne sait pas trop comment faire. De cela découle des situations grotesques, qui sont même parfois à la limite de la vulgarité (par exemple, durant le bal, la louve fait tomber une boisson sur le pantalon de son cavalier, se met à genou pour essuyer et son amoureux arrive par derrière et le plan laisse à penser qu’elle fait une fellation…). A cause de cela, l’aspect enquête passe au second plan.

Tout comme l’univers même de l’académie. C’est-à-dire qu’il y a un gros potentiel fantastique, voire horrifique, avec toutes ces créatures, mais la série se noie dans la romance et une enquête qui piétine. On aura bien droit à un début d’intrigue concernant les sirènes et leurs facultés à envoûter avec leur chant, ou encore à découvrir une nouvelle race avec les Hyde, mais cela reste à peine effleuré, comme s’il fallait en garder sous le coude pour une potentielle deuxième saison. Mais en l’état, ce n’est pas pertinent. Alors oui, on peut jouer à savoir qui est le Hyde et qui celui qui manipule tout le monde, au point de vouloir détruire l’académie, mais ça reste très téléphoné. Pourquoi offrir un rôle à Christina Ricci si c’est pour en faire un personnage secondaire sans importance ? Le choix du casting est important et délivre déjà des réponses…

D’ailleurs, en parlant de casting, il faut tout de même saluer la performance de Jenna Ortega qui est très bien en Mercredi Addams. Elle est assez monolithique, possède quelques punchlines intéressantes, et rentre bien dans ce rôle pour lequel elle semble être faite. Pour le reste, on peut être un peu sur la défensif. Catherine Zeta-Jones est plutôt convaincante, mais Luis Guzman est, comme d’habitude, catastrophique. Quant à Gwendoline Christie, elle est plutôt bien dans le rôle, même si elle manque d’impact. Quant aux jeunes (pas si jeune dans la réalité), ils sont assez inconsistants et n’apportent pas forcément de plus-value à la série. Reste alors les clins d’œil aux films de Sonnenfeld, avec un épisode où débarque l’oncle Fétide, un portrait du cousin Machin et la présence de la Chose, qui sera l’atout humour et animal de compagnie un peu déjanté.

Au final, Mercredi est une série qui est bien trop timide et caresse trop son public dans le sens du poil. En fait, on ne va jamais plus loin que la romance adolescente dans un monde gothique où des créatures diverses et variées se côtoient. C’est assez banal, c’est faussement subversif dans le cynisme de son héroïne, et ce n’est pas forcément bien mis en scène. Bref, une hype encore une fois usurpée autour d’un projet qui a trop pris d’ampleur pour ce qu’il vaut vraiment.

Note : 10/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.