juillet 20, 2024

Valkyrie Apocalypse Saison 1

Titre Original : Record of Ragnarok

D’Après une Idée de : Sato Masaki

Avec les Voix Originales de Miyuki Sawashiro, Soma Saito, Tomokazu Seki, Wataru Takagi

Pays : Japon

Nombre d’Episodes : 12

Genre : Action

Résumé :

Tandis que les dieux jaugent le sort de l’humanité, une valkyrie solitaire propose un duel final entre 13 dieux et 13 champions mortels.

Avis :

Les tournois d’arts martiaux ont toujours été le sel de nombreux animés. On pense bien évidemment à Dragon Ball, Naruto, mais on peut aussi y inclure Saint Seiya et ses affrontements entre différents chevaliers. Cependant, rares sont les mangas et les animés qui ne se focalisent que sur un tournoi et des bastons à tour de rôle. C’est pourtant le pari un peu fou de Valkyrie Apocalypse, qui ne vise jamais plus loin que le bout de son nez en opposant treize dieux à treize humains qui ont marqué l’Histoire. Un concept relativement débile qui trouvera ses origines dans un manga aux éditions Ki-Oon chez nous, et qui trouve grâce aux yeux des producteurs de Netflix, qui commandent alors une adaptation. Et le constat est plutôt mitigé, entre une absence d’intrigue et une animation rigide, qui s’oppose à un spectacle régressif et finalement rigolo.

Le pitch de base est on ne peut plus simple. Les dieux en ont marre de l’humanité qui n’en fait qu’à sa tête. Ils décident alors de la détruire purement et simplement. Sauf que Brunehilde, une valkyrie, s’oppose à cela et demande un Ragnarok, un combat entre Dieux et humains. Y voyant là un jeu de massacre jouissif, Zeus accepte. Il choisira alors treize dieux et la valkyrie devra choisir treize humains, qui s’affronteront en un contre un dans une arène. Si les dieux gagnent, l’humanité disparait. Et le scénario de ne pas aller chercher plus loin. Dès le premier épisode, après une introduction rapide, on nous propose alors le premier combat où Thor va devoir combattre Lu Bu, le plus grand guerrier chinois. On sent alors que d’un point de vue écriture, il ne faudra pas trop en demander.  

Cette première saison de douze épisodes raconte les trois premiers combats. En gros, on a quatre épisodes par combat, le premier étant Thor face à Lu Bu, le deuxième, Zeus face à Adam et le troisième, Poséidon face à Sasaki, un célèbre épéiste japonais. La saison est très calibrée, on sait à quoi s’attendre et on sait comment les choses vont se dérouler. Il en découle une véritable routine qui se répète à chaque affrontement. Le premier épisode présente les deux adversaires et une attaque chacun, avec les fans dans les tribunes. Puis le deuxième va raconter les origines du Dieu ou de l’humain, ainsi que le troisième. Le quatrième établit le plus gros du combat et la résolution. C’est simple, sans surprise, mais ça fonctionne de manière automatique. En fait, l’animé doit se voir comme une paire de pantoufles que l’on enfile avec plaisir et qui détend.

Mais c’est aussi là l’un de ses plus gros défauts. Valkyrie Apocalypse se repose trop sur ses lauriers et n’arrive jamais à vraiment passionner. Le premier combat pose les bases, avec deux ou trois attaques spéciales de chaque côté, et on va nous tisser quelques flashbacks afin d’en savoir plus sur les deux protagonistes. Thor aura droit à une petite surprise avec Mjollnir, son marteau, mais globalement, on reste dans du connu. Il est tout de même dommageable que certains backgrounds ne soient pas aussi intéressants que d’autres. Par exemple Zeus, c’est le vide absolu, alors que son adversaire, Adam, a toutes les raisons du monde pour vouloir tuer des dieux. D’un autre côté, tous ces flashbacks ne brassent pas forcément des thèmes intéressants, à l’instar d’Adam qui se bat pour ses fils, ou encore Lu Bu qui veut juste connaître une défaite dans un combat.

On aurait pu croire que pour pallier à cette absence de scénario, on aurait droit à une animation de dingue, mais ce n’est pas le cas non plus. En fait, il y a très peu de mouvements dans cet animé, et on a plus la sensation de voir des images fixes avec une caméra qui va bouger de la gauche vers la droite, ou en suivant un axe vertical. Cela donne une impression d’immobilité qui est assez désagréable, d’autant plus que cela ne donne pas vraiment de dynamisme aux combats. Si l’on excepte une paire d’attaques, c’est souvent redondant et très bavard pour expliquer ce qui se passe à l’écran. Un constat étonnant pour une série qui se veut être ultra burnée et une succession de combats dantesques. Pour autant, certains moments sont plaisants, et on peut ressentir comme un plaisir régressif à suivre ces duels.

Au final, cette première saison de Valkyrie Apocalypse souffle le chaud et le froid. On ne passe pas un mauvais moment devant, car les épisodes s’enchainent assez vite et il y a une sorte de jovialité débile qui se dégage de l’ensemble. Pour autant, il est difficile de passer outre une intrigue totalement absente et une animation flemmarde qui se contente du minimum. Heureusement, les graphismes sont beaux (même si on peut noter quelques ressemblances entre divers personnages comme Adam et Poséidon) et la présence de toutes les divinités permet de jouer avec les différentes mythologies, donnant alors un patchwork intéressant. Bref, ce n’est pas l’animé du siècle, ni même du moment, mais cela reste plaisant dans un délire purement régressif.

Note : 10/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.