janvier 27, 2023

Doctor Who Saison 12

D’après une Idée de : Russel T. Davies, Steven Moffat et Chris Chibnall

Avec Jodie Whittaker, Bradley Walsh, Tosin Cole, Mandip Gill

Pays : Angleterre

Genre : Science-Fiction

Nombre d’Episodes : 10

Résumé :

A travers l’espace et le temps, les temps sombres arrivent avec la révélation de la destruction de Gallifrey, un nouveau Docteur et un mystérieux « Cyberman solitaire ».

Avis :

Scénariste, producteur et showrunner britannique, Chris Chibnall a tout d’abord commencé en tant que scénariste sur des épisodes de séries ici et là, comme « Life on Mars« , ou « Camelot« . Sa première rencontre avec l’univers du Doctor, se fait en 2006 quand il va travailler sur la série dérivée de Russell T. Davies, « Torchwood« . Par la suite, Chris Chibnall va prendre du poids, puisque c’est à lui qu’on doit en 2013, la géniale série « Broadchurch« . En parallèle de cela, c’est aussi lui qui va, entre guillemets, s’occuper d’une partie de ses remakes, avec « Gracepoint » pour les États-Unis et « Malaterra » chez nous.

En 2018, avec la régénération du Doctor, Chris Chibnall s’est vu remplacer Steven Moffat à la tête de « Doctor Who« . Pour la première fois en presque soixante ans d’existence, le Doctor est incarné par une femme, Jodie Whittaker, et si l’actrice est excellente dans le rôle, cette première saison avec elle en tête d’affiche fut une déception, la saison n’étant clairement pas à la hauteur des attentes, avec bien peu d’aventures captivantes, ou ne serait-ce que « mémorables ». C’est bien simple, je me rends compte que cela fait quatre ans que je l’ai vu et j’en garde bien peu de souvenir, si ce n’est un épisode autour de Rosa Parks, c’est dire. Mais bon, toujours optimiste, je me suis enfin décidé à me lancer dans cette saison 12 et cette dernière se fait plus intéressante et prenante que la précédente. Alors, nous ne sommes pas encore au point d’une saison avec David Tennant ou Matt Smith, mais il y a clairement du mieux.

Un peu partout dans le monde, des espions disparaissent, alors le MI6 convoque le Doctor et ses compagnons pour résoudre ce mystère. Très vite, les soupçons se portent sur un homme, Daniel Barton, PDG d’une société de média. Alors que le Doctor et ses compagnons enquêtent, le Doctor va se retrouver face à face avec son ennemi le plus redoutable et cette rencontre va bientôt déclencher tout un tas d’aventures qui pourraient bien redéfinir l’histoire du Doctor…

En 2018, comme je le disais, la saison 11 m’avait quelque peu refroidi et j’aurais mis beaucoup trop de temps à passer au-dessus de cette déception. Mais bon, j’ai passé tellement de bon temps et tant d’émotions avec « Doctor Who » que je ne pouvais pas abandonner la série. Je me suis donc lancé avec optimisme dans sa saison suivante et je dois dire que j’ai bien fait. Alors oui, on est loin de l’apogée de la série, mais cette douzième saison a su se rendre intéressante, divertissante, et même très surprenante, notamment dans ses deux derniers épisodes qui vont redéfinir bien des choses.

Peut-être fallait-il à Chris Chibnall un temps d’adaptation (temps qui n’est pas encore fini, mais j’ai bon espoir pour la suite) afin de prendre les rênes de la série, car ces dix nouveaux épisodes, même si on va y trouver à boire et à manger, se laissent suivre avec intérêt. Les aventures, même si certaines comme « Orphan 55 » ou « Vous m’avez entendu ? » laissent dubitatif, sur l’ensemble, cette saison est somme toute sympathique. Pas mal d’aventures offrent du neuf, et parfois même, elles nous bousculent. Les épisodes comme « Le contrat des Juddons« , ou encore « Praxeus« , ou encore la conclusion de la saison, m’ont franchement tenu en intérêt et surtout, certains des éléments proposés n’ont cessé de piquer et accentuer ma curiosité, et ça fait du bien.

Après, il faut toutefois souligner que en ce qui concerne le final, ce dernier remet pas mal d’éléments en questions, et ça bouscule peut-être trop les codes, au point qu’on soulève pas mal d’incohérences, et derrière ça, si ces dernières ne sont pas des incohérences, alors on quitte la saison avec pas mal de questions en tête. Des questions qui vont devoir trouver des réponses acceptables au sein de la saison 13.

Du côté des bons éléments, cette saison jouit d’un bon fil rouge, avec cet ennemi de toujours qui fait son retour (même s’il ne part jamais vraiment), et derrière ça, il est follement incarné par un acteur qui s’éclate dans le rôle. Un acteur que je découvre et que j’ai très, très, envie de voir beaucoup plus, même si… Et je n’en dirais pas plus, car ça pourrait être du spoil.

Du côté de la réalisation, la série est sympathique. Bon, là encore, il manque parfois de l’épique, comme on en trouvait dans certaines des saisons précédentes, mais bon, sur son ensemble, c’est bien géré, c’est assez plaisant, et surtout, même si on y trouve des épisodes moins forts ou convaincants que d’autres, on se laisse entraîner dans ces aventures. Des aventures parfois funs, parfois touchantes, parfois kitschouilles, et d’autres fois encore vraiment bien foutues.

C’est donc une petite chronique pour une petite saison qui petit à petit retrouve de son attrait. Amusante, intrigante et tenant un fil rouge intéressant, qui amène vers un final qui bouscule vraiment, on verra bien ce que « Doctor Who » et Chris Chibnall nous réservent pour la treizième saison, qui sera aussi la conclusion de Jodie Whittaker. D’ailleurs, je n’en ai pas parlé, mais Jodie Whittaker est toujours aussi merveilleuse dans le rôle du Doctor.

Note : 13,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.