mai 28, 2023

Les Enfants des Autres

De : Rebecca Zlotowski

Avec Virginie Efira, Roschdy Zem, Chiara Mastroianni, Callie Ferreira-Goncalves

Année : 2022

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Rachel a 40 ans, pas d’enfant. Elle aime sa vie : ses élèves du lycée, ses amis, ses ex, ses cours de guitare. En tombant amoureuse d’Ali, elle s’attache à Leila, sa fille de 4 ans. Elle la borde, la soigne, et l’aime comme la sienne. Mais aimer les enfants des autres, c’est un risque à prendre…

Avis :

Parmi les nouveaux visages du cinéma français, il y a Rebecca Zlotowski, une jeune cinéaste qui a réalisé son premier film en 2011. Très vite, la jeune femme s’impose et livre des films qui ont su susciter l’intérêt de la critique et du public. Éclectique, Rebecca Zlotowski s’essaie à tout un tas de genres et d’histoires, avec des films comme « Grand central » qui parle du nucléaire, « Belle épine » qui s’aventure dans le film de bande et de motard, ou encore « Planetarium« , qui était un film d’époque dans le Paris des années 30. Son dernier film en date était « Une fille facile« , film solaire qui avait fait parler de lui, car la réalisatrice avait offert son premier vrai rôle de cinéma à Zahia Dehar.

Trois ans après ce film et après avoir fait un tour sur le petit écran en réalisant la mini-série « Les sauvages« , Rebecca Zlotowski est de retour cette année avec un drame, et cette fois-ci, la metteuse en scène s’intéresse à la figure de la belle-mère, ou comment une jeune femme essaie de trouver sa place dans la famille de son nouveau compagnon. Beau drame tout en émotion, « Les enfants des autres » nous entraîne quelque part entre sourire et larme, délicatesse et poids, auprès d’un très beau couple de cinéma, Virginie Efira et Roschdy Zem.

Rachel, quarante ans, est professeur dans un lycée et elle tombe éperdument amoureuse d’Ali, un ingénieur fraîchement séparé et père d’une petite fille. Le couple vit une belle histoire, et Rachel se rapproche énormément de Leila, qu’elle aime autant que si c’était sa propre fille. En parallèle de cela, alors que leur relation commence, Rachel s’interroge sur son désir d’enfant, car si Ali a encore le temps, pour Rachel, c’est plus compliqué.

« Les enfants des autres » est un très joli drame. On pourrait même dire que c’est un drame dans la pure tradition des drames français, à la différence prêt que celui-ci est loin d’être chiant. Très simple et épuré dans ce qu’il raconte, le film de Rebecca Zlotowski est quasi déjà vu dans ce qu’il raconte. La réalisatrice nous parle ici d’un couple qui se construit, et comment il faut composer avec le passé de l’autre, notamment ici avec une petite fille. Abordant des sujets intéressants, tout en y apportant un renfort de nuance, avec le portrait touchant de cette femme qui s’apprend à être belle-mère, qui cherche sa place au sein de cette famille, tout en arrivant elle-même à un moment de sa vie où forcément, la question et le désir d’avoir un enfant se fait fortement ressentir.

Ici, le scénario écrit par Rebecca Zlotowski s’intéresse énormément aux petits détails du quotidien pour faire vivre ses personnages et les rendre on ne peut plus touchant et derrière ça, très vrai. Cette histoire est aussi vue et ressentie du point de vue de « la pièce rapportée », et rarement l’image d’un beau-parent n’aura sonné aussi belle et touchante. Comment trouver sa place, comment éduquer sans interférer, puis comme s’attacher à ces enfants, surtout en début de relation, alors que l’avenir peut être incertain. Bref, autant de questions et d’autres encore qui sont joliment abordées par la cinéaste.

Puis si le film est aussi touchant, c’est parce qu’il a pour lui, en plus de son écriture, une actrice incroyable en tête d’affiche. Une actrice qui ne cesse d’éblouir et de s’imposer au film des années. Cette actrice, c’est bien sur Virginie Efira qui trouve-là, encore une fois, un rôle ô combien sublime, qu’elle porte avec toute une palette d’émotions que ce dernier lui demande, passant des rires aux larmes, de la sensualité et du désir à l’effondrement ou la résignation. À bien des arguments et des émotions, le rôle de Rachel est l’un des plus difficiles qu’Efira aura tenu, et comme je le disais, elle est éblouissante. Face à elle, on trouve un Roschdy Zem très touchant et une Chiara Mastroianni très vraie. Puis, il y a la petite Callie Ferreira-Goncalves, qui du haut de son tout petit âge, nous bluffe de par son naturel, sa spontanéité et le côté sans filtre que peuvent avoir les enfants.

Du côté de sa réalisation, Rebecca Zoltowski fait très simple, mais son film est efficace et nous entraîne sans mal dans son intrigue. Au plus près de ses personnages et des émotions de ces derniers, il y a quelque chose de très honnête et de très intime qui se dégage de l’ensemble de ce film, comme si nous, spectateurs, étions les témoins indiscrets d’une vie, d’un quotidien. De plus, pour un drame, « Les enfants des autres » est un film aux couleurs chaudes, et malgré un côté dur et sombre, il est aussi et surtout un film solaire, et même s’il est très simple dans son exécution, il tient quelques idées qui sont intéressantes et marquantes, comme la façon de conclure un chapitre, et passer à autre chose.

Si « Une fille facile » avait eu du mal à convaincre, avec « Les enfants des autres« , Rebecca Zlotowski revient avec un joli, très joli, film, qui démontre bien le talent de sa réalisatrice et son importance. Parcouru d’émotions, sensible, délicat, sensuel, et tenu par une grande actrice qui brille encore et toujours, « Les enfants des autres » se pose comme l’un des meilleurs films de son auteur, et comme une belle séance de cinéma.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.