octobre 6, 2022

Vesper Chronicles – Le Grand Retour de la SF Française?

Titre Original : Vesper

De : Kristina Buozyte et Bruno Samper

Avec Raffiella Chapman, Eddie Marsan, Rosy McEwen, Richard Brake

Année : 2022

Pays : France, Lituanie, Belgique

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Dans le futur, les écosystèmes se sont effondrés. Parmi les survivants, quelques privilégiés se sont retranchés dans des citadelles coupées du monde, tandis que les autres tentent de subsister dans une nature devenue hostile à l’homme. Vivant dans les bois avec son père, la jeune Vesper rêve de s’offrir un autre avenir, grâce à ses talents de bio-hackeuse, hautement précieux dans ce monde où plus rien ne pousse. Le jour où un vaisseau en provenance des citadelles s’écrase avec à son bord une mystérieuse passagère, elle se dit que le destin frappe enfin à sa porte…

Avis :

Il y a des rencontres improbables qui peuvent changer une vie et créer des liens pour longtemps, très longtemps. Kristina Buozyte est une cinéaste lituanienne, et Bruno Samper est français et les deux se sont rencontrés en 2004 à Prague lors d’un atelier d’écriture. À cette époque-là, Kristina Buozyte travaillait sur son film de fin d’études, et comme ça avait bien matché avec le français, elle lui a demandé s’il pouvait lui donner un coup de main pour finir l’écriture de son film et depuis cette collaboration, les deux ne se sont plus séparés, au point qu’après avoir collaboré avec Kristina Buozyte sur ses deux films, voici que Bruno Samper se lance dans l’aventure de la réalisation en co-réalisant « Vesper Chronicles« .

Il leur aura fallu six ans pour pouvoir monter « Vesper Chronicles« . Six ans pour écrire cette histoire totalement originale, dans le sens où pour une fois, ce n’est pas l’adaptation d’un roman. Six ans pour créer ces univers particuliers. Puis enfin, pour réunir les cinq millions nécessaires, afin d’offrir le meilleur aux spectateurs que nous sommes.

On aura tendance à croire que la science-fiction est réservée au seul cinéma américain et heureusement non, et parfois nous avons de petits films qui sortent de nulle part et c’est tout à fait le cas de ce « Vesper Chronicles« , qui se pose comme un petit film SF qui a une immense ambition. Original, bien foutu, intriguant et surtout prenant, avec ce film, les deux réalisateurs réussissent à créer tout un univers et ils nous attrapent d’emblée pour jamais nous lâcher, et mieux encore, puisque le film nous réserve même de bonnes surprises, ce qui est très cool.

Dans le futur, le monde n’est plus. Les hommes qui ont fait le pari de la biotechnologie ont misé sur le mauvais cheval et c’est l’humanité qui s’est écroulée. Aujourd’hui, le monde se divise en deux, il y a ceux qui habitent dans des citadelles qui sont plus ou moins protégées, puis il y a les autres, qui sont livrés à eux même dans un monde plus qu’hostile.

C’est dans ce deuxième monde qu’habite Vesper, treize ans. La jeune fille s’occupe de son père très malade, et rêve d’être bio-chercheuse pour trouver une solution qui rendrait l’agriculture de nouveau possible. Un jour, un vaisseau venu d’une des citadelles s’écrase pas loin de la maison de Vesper et la jeune fille vient en aide à Camélia.

Chaque année, le cinéma nous réserve des films qui essaient, à leur petit niveau, de voir très loin et aujourd’hui, c’est le cas du métrage de Kristina Buozyte et Bruno Samper qui arrive en salle avec une histoire de science-fiction qui se pose comme l’une des jolies surprises de ce mois d’Août.

« Vesper Chronicles » est un film qui propose un univers fourni, détaillé et surprenant. C’est aussi un film qui propose une intrigue qui est originale dans laquelle on entre sans souci et mieux encore, dans laquelle on se plaît à suivre ces personnages et découvrir toutes les nuances, les espoirs et les dualités que l’intrigue nous réserve. Écrit par Kristina Buozyte et Bruno Samper, « Vesper Chronicles » est un film très riche, qui s’aventure sur bien des sentiers et il ne se perd jamais. À travers sa jeune héroïne et son histoire, les deux cinéastes questionnent l’avenir, la confiance en l’avenir, l’espoir et les adaptations dont l’être humain est capable, même quand tout semble perdu d’avance. Le scénario réserve quelques petits retournements assez audacieux qu’on ne voit pas arriver, ce qui pousse encore un petit peu à vouloir en savoir plus et aller plus loin.

Évidemment, le film tient un côté écologique, mais il ne fera jamais dans la leçon. Ce qui est étonnant aussi avec ce film, c’est la façon dont Buozyte et Samper gèrent l’histoire, dans le sens où il ne se passe pas grand-chose dans leur film, et pourtant, ils arrivent sans mal à nous captiver et nous donnent toujours l’envie d’aller plus loin dans cette intrigue. D’ailleurs, si le film se suffit à lui seul, nous ne serions pas contre une suite, car l’univers est si riche et les possibilités immenses pour faire vivre ce monde et ces personnages qu’il est possible, si le film trouve un succès, d’en raconter plus (d’ailleurs petit indice qui irait dans ce sens, il y a un S à la fin de « …Chronicles », ce qui suppose que les deux cinéastes ont déjà quelques idées en tête).

Derrière cette histoire fort sympathique à suivre, l’autre atout majeur de ces chroniques de Vesper, c’est bien sûr tout l’univers que les deux metteurs en scène ont développé. Leur film est sacrément riche et il sort des sentiers battus. Les dangers que l’histoire réserve à ces personnages, ce monde effondré où les plantes sont des systèmes organiques, qui conjuguent végétal, organe, allant même chercher du côté des insectes offrent quelque chose d’inédit et de fascinant, d’autant plus que Buozyte et Samper ont essayé le plus possible, au niveau de leurs effets spéciaux, de tout faire en « vrai », utilisant le numérique que lorsque ce qu’ils voulaient faire n’était pas possible, ou était bien trop complexe.

D’ailleurs, c’est de ce côté-là que parfois le film pêche un peu (vaisseaux et citadelles). Puis derrière ça encore, le film jouit d’un très grand travail du point de vue de ses décors, ses costumes et des textures. L’ensemble dégage vraiment quelque chose de très organique qui fonctionne très bien. Après, on sent aussi que le film est quelque peu freiné par son petit budget et on sent que s’il avait eu plus de moyens, les deux cinéastes auraient pu proposer plus qu’un sympathique divertissement. Attention, ceci n’est pas une critique, avec le peu de moyen qu’ils avaient, les deux ont réussi quelque chose d’assez fou, et terriblement ambitieux.

Enfin, « Vesper Chronicles » est un film qui tient sur les épaules de sa jeune actrice principale, Raffiella Chapman, alors âgée de treize ans. La jeune fille est excellente de bout en bout et tient un bon personnage touchant et prenant. À travers elle, à travers sa façon de voir le monde, à travers sa façon de se battre pour ses idéaux, la jeune actrice et les deux réalisateurs ont créé un bon personnage qu’on a envie de suivre jusqu’au bout (Même s’il faudra aussi avouer que de ce côté-là, le film manque de suspens. Très vite, on comprend que scénaristiquement parlant, elle ne craint rien).

Ce sentiment tient sur tous les personnages et les acteurs que Buozyte et Samper ont réuni. Ainsi, on se plaît à suivre Eddie Marsan qui tient un rôle à contre-courant de ce qu’il fait habituellement. On se plaira aussi à découvrir Rosy McEwen qui tient un personnage vraiment très intéressant. Puis enfin, il faut aussi parler de Richard Brake qui tient là en apparence un rôle très simple, celui d’un père malade et alité, et pourtant l’acteur qui, entre guillemets, ne dira pas un mot, livre une sacrée performance.

Ce « Vesper Chronicles » se pose donc comme un bon petit film de SF. Original, dense dans son univers, touchant dans son histoire et ses personnages, avec le peu de moyen qu’avaient Kristina Buozyte et Bruno Samper, les deux réalisateurs ont réussi à nous offrir un bon petit divertissement qui en un sens change de ce qu’on a l’habitude de voir, et qui derrière ça, fait preuve d’une ambition et d’une authenticité, dont certaines grosses productions feraient bien de s’inspirer.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.