octobre 6, 2022

Hard Saison 3

D’Après une Idée de : Cathy Verney

Avec Natacha Lindinger, François Vincentelli, Stephan Wojtowicz, Corinne Masiero

Pays : France

Nombre d’Episodes : 12

Genre : Comédie

Résumé :

A 40 ans, Sophie, brutalement veuve, hérite de la boîte de son mari. Elle croyait qu’il faisait du fret sur Internet. Elle découvre qu’il dirigeait une société de production de films porno. Bien qu’horrifiée par cet univers, Sophie s’éprend de Roy Lapoutre, une star du X. Va-t-elle tenter cette histoire impossible ? Va-t-elle assumer la casquette de productrice de films X face à ses enfants ados et à son entourage petit-bourgeois ? Heureusement, ses copines s’en mêlent. Et là, ça devient franchement pire…

Avis :

Après Cathy Verney, la créatrice de la série, et Benoît Pétré, cette saison trois fait peau neuve et se divise sa réalisation avec deux nouveaux réalisateurs à la barre. Pour les six premiers épisodes, on trouvera alors Mélissa Drigeart, qui après un premier film catastrophique (« Jamais le premier soir« ) se refait une santé avec Canal +, le temps de passer à autre chose. Puis pour les six derniers épisodes, « Hard » fait appel à Laurent Dussaux, réalisateur vétéran, qui a commencé dans les années 80 et qui tient une sacrée filmographie, oscillant entre le cinéma et la télévision.

« Hard » est une série qui prend son temps pour revenir, laissant de sacrés trous entre ses saisons, puisqu’entre cette saison trois et sa deuxième, il s’est passé quatre années, autant dire qu’on y croyait plus (D’ailleurs, c’est pour cela que j’ai traîné à découvrir cette troisième saison, car entre temps, j’avais commencé tout un tas de séries… Bref).

Reprenant son intrigue quelques mois après les évènements finaux de la deuxième saison, les douze nouveaux épisodes que Drigeart et Dussaux nous ont concoctés s’aventurent assez loin des saisons précédentes, et si la série nous offre encore pas mal de drôlerie, et des sujets qui sont assez sympa, il est vrai que le choix de faire une intrigue trop grande avec le personnage de Michèle Laroque dénature un peu la série, et elle l’embarque vers un final qui va peiner à convaincre, et pire que cela, comme il n’y a pas de fin (et sept ans après, on peut en conclure que « Hard » ne reviendra pas), la série nous laisse vraiment sur notre faim. Dommage.

Après avoir laissé fuiter volontairement les ébats filmés du secrétaire d’état, Sophie est condamnée à six mois de prison. SophX a donc mis la clef sous la porte et tout le monde est en reconversion. Roy habite chez les parents de Sophie avec les deux enfants de cette dernière, en attendant de se retourner. À la prison, la visite de la Présidente de la république va alors précipiter la sortie de Sophie. Roy va devoir faire plus vite que prévu pour trouver un logement, et c’est là qu’intervient son cousin qui va lui laisser son restaurant. Un restaurant que Roy voit comme un nouveau départ, loin du sexe. Sophie, une sortie de prison plus tard, verra-t-elle autre chose…

Avec ses douze nouveaux épisodes, « Hard » revient une dernière fois pour nous compter les mésaventures de Sophie et Roy, et pour cette troisième saison, Cathy Verney a fait peau neuve, s’écartant du milieu du porno pour raconter la reconversion des acteurs. Ce qui est cool avec cette nouvelle saison, c’est l’inversement des rôles que la série va opérer avec d’un côté un Roy Lapoutre retrouvant son statut et son nom d’avant, Jean-Marc Danel, voulant absolument se reconvertir dans la cuisine et la comédie, essayant de se lancer à ses heures perdues dans le one man show (sujet qui sera abandonné en cours de route d’ailleurs). Et de l’autre, on aura droit à Sophie, bourgeoise archi coincée dans la première saison, qui ne connaissait absolument rien au monde du porno, et qui se voit offrir un club échangiste parce que ce monde-là, au fond, lui manque énormément.

Une grande partie de la série oscille entre ces deux personnages, qui vont petit à petit faire un pas vers l’autre. Derrière ça, la série continuera de nous faire sourire avec ces personnages et ces situations hautes en couleurs. D’ailleurs, cette troisième saison ne voit pas le retour de certains personnages comme Lucille, la meilleure amie de Sophie, mais elle développe de manière amusante certains d’entre eux, comme la sœur de Sophie et son beau-frère. On notera aussi que la série accueille le génial Jonathan Cohen en cuisinier indien qui se fait hilarant à chaque fois qu’il apparaît à l’écran.

Mais voilà, derrière les bons sujets que la série développe (le couple, les clubs échangistes, les reconversions, la parentalité avec d’un côté les jeunes adultes qu’il faut laisser s’envoler et de l’autre la découverte du rôle de parent, avec l’arrivée d’un bébé), la série s’aventure dans une sorte de complot qui peut être intéressant sur certains de ses aspects, mais malheureusement, très vite, ce dernier s’impose trop et sur les derniers épisodes, il devient trop lourd et improbable, ce qui abîme « Hard« , car finalement, on n’avait pas envie de voir les personnages empêtrés dans un complot « Élyséen » autour de la Présidente de la république, incarnée par Michèle Laroque.

Puis ce complot entraîne les personnages autre part dans les derniers instants de la saison, et si ça aurait pu être sympa, le fait que la série se coupe, sans fin, laissant ces personnages en l’air, gâche vraiment le tout. Ainsi, « Hard » qui fut une série aussi amusante qu’intéressante, s’abîme grandement au moment de sa conclusion qui n’en est pas une et ça, c’est vraiment dommage.

Cette troisième et dernière saison de « Hard » est donc en dessous des deux premières. Si au travers de ces douze épisodes la série nous offre de quoi nous amuser, et il est plaisant de retrouver ces personnages qu’on aime, tout comme il est très amusant d’en découvrir d’autres (celui tenu par Corinne Masiero), malheureusement la saison, et la série, s’essoufflera avec un choix qui avait du potentiel, mais au final, l’axe choisi amènera les personnages vers trop d’improbabilité, puis franchement, c’est lourd. Déceptions et frustrations seront les sentiments qu’on éprouvera lorsqu’on lâche « Hard » en plein vol. C’est vraiment dommage.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.