octobre 6, 2022

Batman Chronicles 1987

Auteurs : Collectif

Editeur : Urban Comics

Genre : Super-Héros

Résumé :

Après le départ de Dick Grayson, Batman se retrouve sans un Robin, jusqu’au jour où il croise la route de Jason Todd, un gamin des rues qui tente de lui voler les roues de sa Batmobile ! Après avoir défait une organisation criminelle, le Dynamique Duo est à nouveau réuni pour affronter les plus grandes menaces qui planent sur Gotham dont le Pingouin ou Gueule d’Argile.

Avis :

Batman est un super-héros plus que culte qui a de nombreux aficionados. Depuis sa création jusqu’à nos jours, le Dark Knight n’a cessé de fasciner, multipliant alors les apparitions dans des médiums différents, comme au cinéma, en série ou même en jeu vidéo. Le problème que l’on a en France, c’est qu’avec la profusion d’histoires de Batman, on est souvent perdu, et on ne lit que quelques récits par-ci par-là, et pas dans un ordre précis. Urban Comics a alors eu la bonne idée de sortir une nouvelle collection, Chronicles, qui permet de lire les histoires de Batman année par année, dans l’ordre chronologique de sortie américaine. Et pour ouvrir le bal, c’est l’année 1987 qui nous est proposée dans un format qui peut paraître étrange pour du Urban, mais qui reste d’une qualité indéniable.

La première chose qui peut frapper à l’arrivée de cette collection, c’est le choix de l’année. Pourquoi ne pas commencer avec l’année de création du super-héros par Bob Kane ? La raison peut s’expliquer par le virage que va prendre Batman à la fin des années 80, et l’arrivée de scénaristes de renom, avec quelques récits cultes impressionnants. En effet, Max Allan Collins va venir donner un petit coup de fouet au héros. Ecrivain de polars à succès, il va alors remettre Batman au centre du récit, tout en lui apportant un nouveau Robin, plus dramatique, et en mettant en avant des méchants bigarrés et en lien avec les précédents travaux de Collins sur Dick Tracy. Plus sombre, le super-héros va alors être confronté à des méchants plus ancrés dans le réel, tout en gardant un faciès improbable.

Mais en plus de Collins, il faut aussi compter sur d’autres scénaristes qui ont fait de sacrés travaux dans le monde du comics. Frank Miller sera alors de la partie, avec le gros segment Year One. Bien sûr, les amateurs de Batman connaîtront cette histoire sur le bout des doigts. Pour autant, cela reste toujours un plaisir à relire, et pour certains, découvrir. On peut aussi ajouter à cette liste Alan Moore (Watchmen, La Ligue des Gentlemen Extraordinaires) qui vient offrir une histoire courte, mettant en avant un méchant méconnu, Gueule d’Argile n°3, qui vit une histoire d’amour tragique avec un mannequin de magasin. Bien évidemment, avec un tel scénariste, le point de vue vient du méchant, qui délivre sa prose et montre toute sa maladie mentale. Un superbe segment qui prouve, encore une fois, le virage sombre et grave que prend le super-héros.

Pour conclure cette édition, on aura droit à un autre récit culte du Dark Knight avec Son of a Demon. Là aussi, les amateurs de Batou seront en terrain connu, mais cette histoire, mettant en avant les liens étroits entre Ra’s Al Ghul, Batman et Talia, sort des sentiers battus, autant par sa narration que par ses graphismes. Ici, on est dans un réalisme prononcé et surtout, dans une histoire géopolitique assez complexe, mettant en scène un despote qui veut conquérir des territoires. Si on peut se demander s’il était nécessaire de remettre cette histoire dans cette intégrale, elle est symptomatique du virage que prend Batman, dans un ton plus réaliste, et surtout, plus dramatique. Batman n’est plus le héros des enfants, mais clairement un personnage mature que les adultes peuvent apprécier.

Alors oui, on peut se poser la question sur la légitimité d’une telle collection pour ceux qui ont déjà tout lu sur le Dark Knight. Urban Comics le sait et de ce fait, ils ont rajouté des bonus non négligeables au sein de cette collection. A la fin de quasiment toutes les histoires, on a droit à des interventions venant de différentes personnes. Si on a des précisions venant de l’équipe même d’Urban Comics, le plus intéressant viendra surtout des commentaires des scénaristes de l’époque, ou encore du courrier des lecteurs, avec notamment quelqu’un de très mécontent sur le traitement fait de Batman et Catwoman. Ces ajouts sont très sympathiques et permettent aussi de prendre le pouls d’une époque révolue. Mention spéciale à l’intervention de Mark Hamill sur le segment Son of a Demon. Petit défaut à cette édition, la couverture souple qui dénote avec le reste de la collection.

Au final, ce premier volume de Batman Chronicles 1987 est un objet plutôt satisfaisant. Certes, deux grosses histoires sont connues de toutes et tous, mais certains « petits » récits valent leur pesant de cacahuètes, et surtout, l’arrivée de scénaristes de renom permet de voir le virage plus sombre que prend le super-héros. En ce sens, ce premier volume s’intéresse finalement plus au processus créatif autour des changements opérés sur Batman que sur le contenu, qui est souvent très connu. Bref, un ouvrage malin et bien fichu, que tous les fans de Batman se devrait d’avoir.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.