août 10, 2022

I Love Greece – C’est pas la Fêta la Maison

De : Nafsika Guerry-Karamaounas

Avec Stacy Martin, Vincent Dedienne, Maria Apostolakea, Panagos Ioakeim

Année : 2022

Pays : France, Grèce

Genre : Comédie

Résumé :

Jean et Marina, un couple franco-grec, partent à Athènes pour les vacances d’été. Ils y retrouvent l’exubérante famille de Marina et une Grèce en crise. Alors qu’ils projettent de passer quelques jours en amoureux sur une petite île des Cyclades, toute la famille décide de les accompagner. Rien ne se passera comme prévu sous les feux de l’Attique…  

Avis :

Chaque année, j’aime découvrir de nouveaux univers et plus particulièrement, j’aime découvrir des premiers films, et aujourd’hui, c’est le cas avec « I Love Greece« , qui est le premier film de Nafsika Guerry-Karamaounas, une jeune cinéaste de trente-cinq ans qui est suisso-gréco-britannique. Après des études en esthétisme du cinéma à la Sorbonne dont elle sort diplômée, Nafsika Guerry-Karamaounas réalise plusieurs courts-métrages qui vont se faire petit à petit remarquer, notamment parce que la jeune femme offre une belle approche de ses personnages. En parallèle de cela, la metteuse en scène travaille avec James Cameron sur le « Deepsea Challenge Tour« , et elle participe aussi à l’écriture d’article dans la revue « L’art à Genève ».

Avec cet agenda bien chargé, Nafsika Guerry-Karamaounas a trouvé le temps d’écrire, faire produire et donc réaliser son premier film, « I Love Greece« , une petite comédie de couple sur fond de vacances familiales.

Sur le papier, même si cela ne révolutionnait pas grand-chose, le premier film de Nafsika Guerry-Karamaounas donnait envie de s’y arrêter, ne serait-ce que pour le dépaysement. Puis il y a ces deux acteurs qui sont attachants, Stacy Martin et Vincent Dedienne. Mais voilà, ça, c’est sur le papier, car une fois à l’écran, « I Love Greece » est un film qui laissera presque pantois. Sans originalité, très convenu et prévisible dans ce qu’il raconte, joli mais assez lambda dans sa mise en scène, ce premier film de Nafsika Guerry-Karamaounas n’est pas mauvais, on peut même dire qu’il se laisse gentiment regarder, mais derrière cette sensation, ce qui restera de « I Love Greece« , c’est finalement pas grand-chose, comme si on l’avait aussitôt vu, aussi oublié. Dommage.

Jean et Marina sont en couple depuis quelques années maintenant. Originaire de Grèce, Marina rêverait de retourner y vivre, ce qui ne tente pas vraiment Jean, architecte dont le cabinet vient de décrocher un joli premier contrat. Le couple part toutefois en vacances en Grèce, histoire de se détendre, profiter du soleil et par la même, de la famille de Marianne. Or, la tranquillité recherchée ne va pas être au rendez-vous, et ça, dès que le couple met les pieds sur le tarmac de l’aéroport.

Et bien en voilà une belle déception que cet « I Love Greece« . À la sortie de cette première œuvre, je dois dire que je suis assez embêté, car d’un côté, le film de Nafsika Guerry-Karamaounas se laisse regarder comme une petite comédie romantico-dramatique assez lambda, et de l’autre, je ne peux pas dire non plus que le film de la jeune cinéaste soit incroyable, ou même marquant, tant il emprunte les sentiers maintes et maintes fois empruntés avant lui.

Alors c’est vrai que le film a de jolis arguments pour lui, comme le fait de se laisser regarder sans ennui, ce qui est très bien. Le rythme est plutôt bon, le dépaysement recherché est bien là avec les magnifiques paysages de la Grèce, ou encore les lumières du pays. On y trouve même un peu d’humour qui fonctionne bien, tout comme l’alchimie entre ces personnages principaux qui marche bien. L’ensemble est joliment filmé, même s’il faut aussi dire que ça manque de caractère. Et derrière tout ça, au sein de cette petite, toute petite, histoire, la metteuse en scène aborde des sujets qui sont intéressants, comme la famille et les racines, le couple, l’usure du couple, ou encore la crise économique, notamment en Grèce.

On notera aussi le fantasme ou les souvenirs d’une Grèce d’avant, qui provoque une envie de revenir et un manque, alors que la réalité, en dehors des vacances, est tout autre. Nafsika Guerry-Karamaounas aborde plutôt bien tous ces sujets, mais il est vrai que pour beaucoup d’entre eux, ils auraient mérité d’être bien plus développés, car ici, la réalisatrice les survole, ce qui est vraiment dommage. Cette façon de faire laisse la sensation que Nafsika Guerry-Karamaounas avait des idées, peut-être même un peu trop, et qu’à la place de trancher, elle a décidé de tout mettre, sans pour autant aller plus loin que l’évocation de ces dernières. On ajoutera à cela un scénario qui crée de la péripétie qui meuble (un enterrement ou encore une panne) pour finalement pas grand-chose de plus.

Dans ce que l’on peut aussi reprocher au film, c’est ce manque d’émotion qui manque justement sur l’ensemble. Alors que l’histoire de ce couple est touchante dans ses grandes lignes, on ne peut pas dire que « I Love Greece » nous bouscule, ou même se fasse mémorable, ce qui est dommage. Nafsika Guerry-Karamaounas réunit bien des ingrédients, entre ces comédiens qui sont bons (même si Vincent Dedienne commence à légèrement s’enfermer dans le même rôle), leurs rôles, les hésitations de leurs personnages, leur crainte, leurs peurs… Il y a vraiment de quoi offrir une histoire plus émotionnelle et force est de constater que ça ne décolle pas vraiment. Un peu à l’image du film, on suit ces personnages, on se laisse toucher, mais ça ne va jamais plus loin, ce qui fait que finalement, on finira par les oublier et oublier leur histoire.

Je ressors donc partagé de ce premier film signé Nafsika Guerry-Karamaounas. Sur son ensemble, je ne peux pas dire que j’ai passé un mauvais moment, ce serait mentir, mais je ne peux pas dire non plus que je fus transcendé et bouleversé. « I Love Greece » se pose comme une petite comédie romantico-dramatique aussi sympathique à sa découverte sur grand écran, qu’elle finira par malheureusement être oubliable, face à un manque d’originalité, de caractère et au-delà de ça, d’émotion. Après, comme la séance ne fut pas désagréable, le film pourra toujours se laisser redécouvrir…

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.