mai 25, 2022

Ogre – Réussite Horrifique Française

De : Arnaud Malherbe

Avec Ana Girardot, Giovanni Pucci, Samuel Jouy, Cannelle Helgey

Année : 2022

Pays : France, Belgique

Genre : Fantastique

Résumé :

Fuyant un passé douloureux, Chloé démarre une nouvelle vie d’institutrice dans le Morvan avec son fils Jules, 8 ans. Accueillie chaleureusement par les habitants du village, elle tombe sous le charme de Mathieu, un médecin charismatique et mystérieux. Mais de terribles événements perturbent la tranquillité des villageois : un enfant a disparu et une bête sauvage s’attaque au bétail. Jules est en alerte, il le sent, quelque chose rôde la nuit autour de la maison…

Avis :

Scénariste et réalisateur, Arnaud Malherbe a tout d’abord eu une carrière de journaliste, notamment chez Ouest France et à L’Express. Arnaud Malherbe écrivait sur les voyages et le cinéma. Après avoir suivi en parallèle des cours d’écriture en scénario à l’école de la Fémis, Arnaud Malherbe se dirige alors vers la réalisation. Il commence à tourner 2007 et très vite, il enchaîne les courts, puis il commence à réaliser pour le petit écran. Dans ces réalisations, on vous conseillera la bonne et intrigante série « Moloch« . Série qui empruntait déjà les sentiers du fantastique, pour les mélanger aux codes de la série policière.

Après avoir passé des années à tester, mélanger les genres et oser, voici que débarque en salle le premier long-métrage de cinéma d’Arnaud Malherbe. Sur une intrigue originale, évidemment écrite pas Arnaud Malherbe, « Ogre » est un premier film intriguant et prenant. Un premier film qui est aussi très intéressant dans ce qu’il raconte, car en plus de se laisser prendre au jeu des frayeurs et autres tensions grandissantes, « Ogre » est un film qui pique grandement la curiosité, car sommes vraiment sûr et certain de ce qui nous a été raconté ? Un doute subsiste et plusieurs interprétations vont y être possibles, ce qui n’est pas pour déplaire, bien au contraire.

Chloé vient d’être embauchée dans un petit village perdu quelque part dans la campagne française. Chloé, qui vit seule avec son fils Jules, sera la nouvelle maîtresse de l’école primaire. Alors que Chloé s’adapte plutôt bien, pour son fils, ce n’est pas la même histoire. Le petit garçon a peur, car il est convaincu qu’une bête, ou quelque chose, rode autour de la maison et cette chose n’attend que l’instant opportun pour l’enlever et le dévorer.

Le cinéma français est un cinéma qui regorge de propositions en tout genre, et depuis le succès de « Grave« , film de Julia Ducournau, les films de genre ont comme qui dirait le vent en poupe. Après s’être illustré pour le petit écran, voici qu’Arnaud Malherbe arrive dans les salles françaises pour un petit film de genre teinté de cinéma fantastique.

« Ogre » (tout est dit dans le titre) est un film va se poser comme efficace et au-delà de ça, plaisant à suivre. Si ce premier long-métrage ne sera pas parfait, et qu’il tient ses petits défauts, comme ici des longueurs et des ficelles dans son scénario qui ne sont pas forcément utiles pour le bon déroulement de l’intrigue, il n’empêche que ce premier film demeure un essai fort sympathique qui malgré ses défauts réussit à nous tenir en intérêt de son début à sa fin.

« Ogre » est un premier film qui tient un scénario qui dans un sens peut être assez facile, mais dans un autre, il sait aussi se faire aussi ultra intéressant, dans le sens où finalement, cette histoire peut se lire de plusieurs manières, et à la sortie de cette séance, on se plaît aux interprétations, et c’est ce qui rend le projet de Malherbe encore plus intéressant, que le « simple » film de genre qu’il aurait pu être.

Avec cette optique-là, « Ogre » est alors un film qui pourrait se poser comme une reconstruction, celle d’un enfant qui essaie d’affronter un passé douloureux. Mais ça, à la rigueur, on vous laissera seul juge de ce que le film vous racontera.

Du côté de la réalisation, Arnaud Malherbe livre là un film qui tient un très joli cachet. Si, comme je le disais, le film a des problèmes de rythme, ayant un peu de mal à se lancer ou à pleinement déclencher son intrigue, cela n’empêchera pas le film d’Arnaud Malherbe d’être prenant grâce à une ambiance soignée. Une ambiance que le réalisateur sait poser d’emblée et plus son film avance et plus cette dernière va se tendre. Oscillant entre le fantastique, le drame familial et une sorte de conte à ciel ouvert, « Ogre » arrive sans mal à faire son effet. Puis, pour arriver à cela, Arnaud Malherbe fournira aussi un gros travail sur le son, sur les bruitages, ou encore sur cette BO qui habille fortement son film. On notera aussi une photographie somptueuse, des FX terrifiants, et des idées de mise en scène faciles certes, mais diaboliquement employées.

Enfin, le réalisateur nous offre un joli casting. Un casting qui réunit Ana Girardot et Samuel Jouy, mais la révélation et le héros de ce film, c’est sans conteste Giovanni Pucci qui du haut de ses six/sept ans tient le film sur ses petites épaules et ce gamin est bourré de talent.

Pour son passage au grand écran, Arnaud Malherbe revisite une histoire d’ogre et pose cette histoire dans un décor contemporain, et même si son film est imparfait, il n’en reste pas moins qu’il est un très bel essai qui fait son effet, nous amenant quelques frissons bienvenus en salles et au-delà de ça, le réalisateur propose une intrigue intéressante, car elle semble bien être plus complexe qu’elle n’en a l’air et c’est avec plaisir qu’on s’aventurera de nouveau dans « Ogre« , histoire de vérifier certaines théories. Bref, on a d’ores et déjà très envie de voir un nouveau film d’Arnaud Malherbe.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.