décembre 10, 2022

Robuste – Derrière la Carapace

De : Constance Meyer

Avec Gérard Depardieu, Déborah Lukumuena, Lucas Mortier, Megan Northam

Année : 2022

Pays : France

Genre : Drame, Comédie

Résumé :

Lorsque son bras droit et seul compagnon doit s’absenter pendant plusieurs semaines, Georges, star de cinéma vieillissante, se voit attribuer une remplaçante, Aïssa. Entre l’acteur désabusé et la jeune agente de sécurité, un lien unique va se nouer.

Avis :

Productrice, écrivaine, scénariste et réalisatrice, si « Robuste » est le premier film de Constance Meyer, elle est loin d’être une nouvelle venue dans le monde du cinéma. À trente-huit ans, Constance Meyer a déjà plus d’une dizaine d’années de carrière en tant que productrice. Du côté de la réalisation, Meyer y vient en 2012 avec un premier court, « Frank-Etienne vers la béatitude » avec Marina Foïs et Gérard Depardieu. D’ailleurs, Depardieu deviendra son acteur fétiche, puisque par la suite, il joue dans tous les films de Constance Meyer, ce qui fera en tout quatre collaborations.

Pour ce premier long, Constance Meyer avait une image en tête, celle d’un homme fort évanoui dans les bras d’une jeune femme. Une image intime, qui s’échappe des stéréotypes, et avec cette image, la cinéaste a voulu raconter les histoires et l’intime de ces deux personnages. « Robuste » est un film intime, qui raconte deux univers qui vont se croiser, s’entrechoquer et finalement s’entraider à sortir d’une certaine solitude. Touchant, tenu par deux acteurs qui crèvent l’écran, parfois drôle, tout en métaphore, « Robuste » est un film intéressant sur bien des points, même s’il lui manque un souffle pour pleinement nous emporter avec lui.

Aïssa est agent de sécurité et elle s’entend très bien avec son patron qui la considère un peu comme sa petite protégée. Quand ce dernier doit s’absenter pendant plusieurs semaines, il confie la sécurité de George à Aïssa. George est un acteur mondialement connu, qui se fait vieux. L’acteur est réputé compliqué, et pourtant, entre lui et Aïssa, un lien unique se crée petit à petit, chacun finissant par influer sur la vie de l’autre.

2022, voici donc arriver le premier film de Constance Meyer, qui après trois courts-métrages avec Gérard Depardieu passe au format long, pour une intrigue en toute intimité. Une intrigue qui se pose comme deux portraits de personnages et derrière ça, le portrait d’un sentiment, celui de la solitude. La solitude d’un acteur désabusé, qui commence à avoir fait le tour de son métier, et la solitude d’une jeune femme qui rêve peu et se met des barrières. Cette rencontre improbable de deux univers opposés va donner naissance à tout un tas de jolis moments plein de tendresse. Des moments où chacun s’observe, où petit à petit, sans qu’il y ait besoin d’appuyer sur des ressorts scénaristiques, il y a une complicité qui se crée et cette dernière, de manière très subtile, fait avancer ces personnages. « Robuste » est un film qui, derrière les épaisses carapaces des deux personnages, qui sont tout deux à l’image du titre, cache et révèle beaucoup de fragilité et l’on se laisse volontiers toucher par George et Aïssa.

De plus, comme je le disais plus haut, « Robuste » est un film qui joue de l’art de la métaphore pour faire passer tout un tas d’informations, de messages et de ressentis, la plus belle et touchante étant une passion de l’acteur pour les Himantolophus groenlandicus, des poissons des abysses qui peuplent l’aquarium plongé dans l’obscurité d’une des pièces de chez l’acteur.

Ce qui fait aussi la beauté et la simplicité de ce film, c’est aussi et surtout son casting, avec ces deux acteurs qui se sont si bien trouvés. Gérard Depardieu, qui est décidément en grande forme en ce moment (entre ce film et « Maigret« ), trouve là un très beau personnage. Un personnage fatigué, qui derrière sa carapace, apprécie le regard et la compagnie de cette jeune femme. On s’amusera de toutes les petites « manipulations » et autres mensonges de l’acteur pour passer un peu de temps avec elle. Puis en face de lui, on trouve la talentueuse Déborah Lukumuena qui offre un personnage tout en fragilité, qui cache assez bien son jeu, se défoulant, en faisant de la lutte. Tiens, encore une métaphore, mais c’est justement dans le milieu de la lutte, et plus précisément dans le vestiaire, qu’on verra des changements s’opérer chez le personnage.

Mais voilà, comme je le disais, « Robuste » est un film auquel il manque clairement quelque chose pour pleinement nous convaincre et ce manque, ce serait surtout du côté de sa réalisation qui, si l’ensemble est joliment filmé et mise en images, le rythme du film a tendance à traîner de la patte, ce qui crée des longueurs, et derrière ça, le film tient un côté auteur un peu trop poussé, ce qui a eu tendance à me sortir du film. Avec ce film, on a la sensation que Constance Meyer voulait à tout prix éviter le film de banlieue cliché et pour cela, elle en a fait son total opposé, et c’est dans un autre cliché dans lequel « Robuste » est tombé.

Ainsi, « Robuste » est un film duquel je ressors quelque peu partagé. Sur son ensemble, le moment est joli, plein de tendresse, de douceur, et même de poésie dans ses métaphores. Puis le film est tenu par deux acteurs qui crèvent l’écran et se trouvent en parfait accord. Alors c’est vrai que le côté auteur du film est de temps à autre un peu lourd, atténuant un peu les ressentis, mais sur son ensemble, bien devant ça, « Robuste » m’a fait passer un petit, mais joli, moment de cinéma. Puis ça reste une première œuvre avec ses maladresses, mais surtout ses moments de grâce, et l’un dans l’autre, je ne regrette pas m’y être arrêté.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.