mai 24, 2022

Chien de Garde

De : Sophie Dupuis

Avec Jean-Simon Leduc, Théodore Pellerin, Maude Guérin, Claudel Laberge

Année : 2018

Pays : Canada

Genre : Drame

Résumé :

JP et son jeune frère Vincent, un être impulsif et instable, sont comme deux petits princes de la rue. Leur royaume ? Verdun, quartier de Montréal, qu’ils sillonnent en « collectant » pour leur oncle, un petit malfrat plus dangereux qu’il n’y paraît. Dans le même appartement bruyant s’entassent les deux frères, leur mère Joe, alcoolique aux périodes de sobriété fragiles, et Mel, la fiancée de JP, qui, comme lui, aspire à mieux. Mais peut-on jamais échapper à son milieu, à son sang ?

Avis :

Sophie Dupuis est née en 1986 et depuis toute petite, elle veut raconter des histoires. Cette envie est d’abord passée par le théâtre puis l’écriture, avant de se fixer très tôt sur le cinéma. Après des études à Montréal, Sophie Dupuis réalise son premier court-métrage à vingt et un an et depuis, autant que faire se peut, elle n’a jamais lâché sa caméra. Ainsi, en dix ans, elle va réaliser cinq courts-métrages.

Après s’être fait la main, elle réussit enfin à se faire produire un premier long-métrage. Ce sera « Chien de garde« , un film qui suit deux frangins qui vivent de petits larcins et autres magouilles pour le compte d’un oncle véreux. Dynamique, sombre, vivant, énergique, et tenant des personnages intéressants, « Chien de garde » est un premier film qui mérite qu’on s’y arrête. Certes, ce n’est pas un grand film et au-delà de ça, il ne nous laissera pas un fort souvenir, mais sur l’instant, de par l’intime de ses personnages, de par le dilemme que cette histoire impose et surtout de par l’envie de cinéma de sa réalisatrice qui livre là un premier film étonnant aussi bien dans son intrigue que dans sa direction, « Chien de garde » nous fait passer un petit, mais bon moment.

JP et Vincent sont frères. Les deux frères bossent pour leur oncle, un malfrat qui est plus dangereux et plus vicieux qu’il n’y paraît. Les deux frangins passent leur temps à récolter des petits magots, ou mettre des coups de pression à des gens qui ont du mal à payer leur oncle. JP rêve de mieux, mais il ne sait comment échapper à tout ça. Quant à son jeune frère, cette situation a l’air de lui plaire, mais il faut dire que Vincent est à l’opposé de JP, étant imprévisible, à fleur de peau et violent. Un jour, leur oncle demande à JP d’effectuer une mission plus dure que d’ordinaire et pour le jeune homme, c’est clairement une barrière qu’il ne peut franchir, alors que faire ?

Le premier film de Sophie Dupuis est un film qui m’a intrigué dès que je suis tombé sur sa jaquette qui me vendait un film se plaçant quelque part entre le cinéma de Martin Scorsese et celui de Xavier Dolan. Un mixte pour le moins improbable et difficilement conciliable, alors autant dire que ma curiosité fut piquée à vif et je ne me suis pas posé plus de questions que cela pour me lancer dans « Chien de garde« . Alors, pour le côté Martin Scorsese, il est vrai que son intrigue, ou du moins ses personnages, dans les grandes lignes, « Chien de garde » peut y faire penser, du moins pour ses premiers films comme « Mean Streets » ou « Who’s that Knocking at My Door« . En revanche, pour le cinéma de Xavier Dolan, c’est plus compliqué et ce n’est pas parce qu’on y trouve un adolescent hyperactif comme dans « Mommy » que forcément ça évoque le cinéma de Xavier Dolan.

Voilà, ceci dit, revenons au film de Sophie Dupuis qui comme je le disais plus haut mérite qu’on s’y arrête pour une séance de cinéma pleine d’accents, de « tu veux tu », de fratrie, de dilemmes, et même émotions.

Écrit par Sophie Dupuis, « Chien de garde » est un film qui tient un scénario qu’on a déjà vu. On peut même presque dire que cette histoire, à force d’avoir été vue et revue, pourrait sonner comme anecdotique. Heureusement, le film de Sophie Dupuis jouit de plusieurs points forts, qui font qu’on se laisse emporter dans cette histoire. La première chose qui frappe, et c’est même ce qui frappe le plus fort, c’est la « puissance » de ses personnages et ses acteurs. Il y a quelque chose d’intime dans le film de Dupuis. « Chien de garde » est un film qui n’a pas un grand budget pour son intrigue et la réalisatrice a bien su comment pallier à cela. Ainsi, elle s’intéresse plus à ses personnages, à ce qui les unit, ou ce qui les oppose. Sophie Dupuis pose aussi un dilemme au sein de son intrigue, et plus son intrigue avance, plus ce dernier se resserre et plus l’on s’accroche avec étonnement, car la jeune réalisatrice évite les clichés, les facilités et les convenances, faisant prendre à ses personnages des décisions risquées, qui sonnent comme réalistes.

Ensuite, « Chien de garde » fonctionne aussi grâce à son casting et notamment ces deux acteurs qui incarnent les deux frères. Deux personnages on ne peut plus différents et qui se complètent parfaitement. Deux frères, à la fois tendres, difficiles, drôles, complexes et touchants. Puis deux frères tenus par deux comédiens terribles, qui se posent tout deux comme deux belles révélations, avec d’un côté Jean-Simon Leduc, la voix de la raison et l’envie de s’en sortir et de l’autre Théodore Pellerin, parfait en jeune chien fou, imprévisible, et finalement très touchant, pour ne pas dire un peu plus.

Après, comme je le disais aussi, « Chien de garde » n’est pas non plus un grand film, et il ne bousculera pas notre vie de cinéphile. Si le film est plaisant à suivre, il souffre de quelques longueurs, il manque de mordant et surtout, peut-être est-ce le manque de budget, mais il est vrai qu’il laisse imaginer ce qu’il aurait pu être. Ici, on sent clairement l’envie de cinéma de sa réalisatrice, qui fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a, et vu le résultat qui est déjà bien ainsi, on ne peut qu’imaginer, ce qu’elle aurait pu faire avec plus.

Ce premier film de Sophie Dupuis se pose comme une bonne petite découverte. « Chien de garde » présente une jeune cinéaste qui a du talent à revendre, arrivant à faire de cette histoire vue et revue une source d’intérêt qu’on se plaît à suivre. S’il est vrai que « Chien de garde » manque de tout un tas de choses, il n’en reste pas moins un premier film plaisant, qui ne bousculera pas nos vies, mais sur l’instant, il propose quelque chose d’intéressant et derrière ça, il est tenu par deux acteurs, Jean-Simon Leduc et Théodore Pellerin, qui sont vraiment passionnants. À voir donc en attendant un prochain film pour Sophie Dupuis.

Note : 13/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Chien de Garde »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.