janvier 28, 2022

Swort Art Online – Progressive – Aria of a Starless Night – Bis Repetita

Titre Original : Gekijouban Sword Art Online : Progressive – Hoshinaki Yoru no Aria

De : Ayoko Kôno

Avec les Voix Originales de Yoshitsugu Matsuoka, Haruka Tomatsu

Année : 2022

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

Notre histoire se passe longtemps avant que l’Éclair et l’Épéiste noir ne soient connus sous ces noms-là… Le jour où elle enfile le Nerve Gear, Yûki Asuna n’est qu’une élève de troisième, au collège, qui n’a jamais touché à un jeu en ligne de sa vie. Le 6 novembre 2022, sa vie bascule avec le lancement du premier VRMMORPG au monde, Sword Art Online. Les joueurs se retrouvent pris au piège en apprenant qu’il s’agit certes d’un jeu mais qu’ils ne sont pas là pour jouer… Toute mort dans le jeu semble se répercuter dans la réalité. Un vent de panique souffle alors sur la Ville du Départ. Sans connaître les règles, Asuna joue sa vie et tente de surmonter toutes les épreuves qui se présentent à elle. Sa rencontre avec l’épéiste solitaire Kirito risque de tout changer…

Avis :

Ayoko Kôno est un réalisateur japonais dont je n’avais jamais entendu parler. Alors comme toujours, lorsque je découvre un nouveau nom, je vais faire mes petites recherches et aujourd’hui, c’est l’une des premières fois où je me retrouve face à un mur, tant le cinéaste est passé sous presque tous les radars. Ainsi, son nom apparaît comme ça sur quelques séries d’animation japonaises à partir de 2012, des séries comme « Aikatsu !« , « Après la pluie« , « Your Lie in April« , ou « The Perfect Inside« , mais il est bien impossible de savoir ce que le réalisateur a pu y faire. Même le très riche IMDB ne le reconnaît pas.

En 2017, je découvrais par hasard au cinéma « Sword art online : The Movie« . Le film fut une énorme surprise, doublé d’une pure claque. Au fur et à mesure que le film se dévoilait, je sentais bien qu’il me manquait des éléments, comme si je prenais quelque chose en cours de route. Je me suis donc renseigné à la sortie et j’ai découvert qu’il était la suite d’une série. Je me suis donc envoyé la série qui fut elle aussi une très belle découverte, notamment tout le premier acte. À l’annonce d’un nouveau « Sword art online » au cinéma, je ne me suis même pas préoccupé de savoir de quoi il parlait, préférant garder le plus de surprise… Et quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que  » … Progressive – Aria Of A Straless Night » n’est ni plus ni moins qu’un remake d’une partie du premier arc. Ainsi, je me suis retrouvé devant un film qui me racontait ce que je connaissais déjà, ce qui malgré le spectacle, m’a donné l’impression d’avoir perdu mon temps.

Asuna est une jeune lycéenne assez discrète. Elle sympathise avec « Mito », une jeune geek qui l’invite à la rejoindre dans un univers partagé autour d’un nouveau jeu qui vient de sortir « Sword art online ». Asuna n’a jamais joué et elle ne connaît rien au jeu vidéo, mais elle se laisse tenter. Malheureusement pour elle, lorsqu’elle entre dans le jeu, le concepteur de « Sword art online », bloque tous les joueurs à l’intérieur. Il leur apprend alors que toute mort dans le jeu se répercutera dans la réalité et si les joueurs veulent s’en sortir vivant, il leur faudra aller au bout du jeu et gravir les cent paliers. Asuna et Mito vont alors faire équipe.

Je suis très embêté à la sortie de ce « nouveau » « Sword art online » (film d’ailleurs qui est très mal distribué, douze salles en France, et je dois dire que j’en ai chié pour trouver une salle). En fait, « nouveau » n’est pas vraiment le mot qui convient, car ce film, sous la direction Ayoko Kôno, est, comme je le disais, un remake ou un reboot de la série animé sortie en 2012. Alors c’est vrai qu’il y a quelques différences qui ont un petit intérêt, comme l’idée de suivre le personnage d’Asuna comme point de départ et de référence, alors que la série se concentrait elle sur Kirito, mais hormis ce petit point de détail, ainsi que ce nouveau personnage appelé Mito, ce « nouveau » « Sword Art Online » présente assez pu d’intérêt finalement. Bien sûr, on aura le plaisir de voir cette histoire avec ses quelques différences sur grand écran, mais pour ceux qui connaissaient déjà la série, ça ne sert pas vraiment à grand-chose, et l’on ne comprend pas vraiment le fait de nous resservir une sauce dont on connaît déjà la contenance et la recette.

Par contre, si jamais vous ne connaissez pas la série, alors ce premier film est une bonne entrée en matière. Une entrée qui a ses raccourcis, qui est moins détaillée que la série et au-delà de ça, qui présente le tout sous un autre angle, mais l’idée en elle-même est excellente, et découvrir SAO avec les yeux d’une joueuse qui doit tout apprendre, car elle est là quelque peu par hasard, ça reste intéressant et le film est bien fait.

Outre l’intrigue, il est vrai qu’en dix ans, la technique n’est plus la même, et le film offre un très joli spectacle. L’animation est superbe, les couleurs, l’univers, les monstres, les personnages, les combattants… Bref, on a vraiment de quoi se régaler à la condition d’arriver dans ce film à la même hauteur que le personnage d’Asuna.

Je ressors donc assez partagé et déçu de ce « nouveau » « Sword art online« . Si l’idée d’offrir le point de vue du personnage d’Asuna sur ce premier arc peut être intéressant et bon, car ça permet d’en découvrir un peu plus sur elle, l’idée de le faire dans un film de cinéma est loin d’être aussi convaincante, car pour ceux qui connaissaient déjà la série, on entre en salle pour entre guillemets voir ce que l’on connaît déjà et c’est assez décevant, car l’univers est tellement riche et intéressant qu’il y avait bien mieux à faire que de reprendre le tout et repartir à zéro… Mais en même temps, c’est un peu le symptôme de notre époque qui veut ça. On préfère largement faire de déjà vu que de l’original. Dommage, vraiment dommage.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.